Credit Immobilier

Crédit Immobilier: Ameris Bancorp (ABCB) Transcription de l'appel des résultats du troisième trimestre 2019 – Simulation


Source de l'image: The Fool Motley.

Ameris Bancorp (NASDAQ: ABCB)
Appel des résultats du troisième trimestre 2019
18 octobre 2019, 9h00 HE

Contenu:

  • Commentaires préparés
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

opérateur

Bonjour et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats financiers d'Ameris Bancorp pour le troisième trimestre 2019. (Instructions pour l'opérateur) Je souhaite maintenant transférer la conférence à Nicole Stokes, directrice financière. S'il vous plaît continuer.

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Merci, Ally. Et merci à tous ceux qui ont pris part à notre appel aujourd'hui. Au cours de l'entretien, nous ferons référence au communiqué de presse et aux points saillants financiers disponibles dans la section Relations avec les investisseurs de notre site Web à l'adresse amerisbank.com. Aujourd'hui, je suis accompagné de Palmer Proctor, notre directeur général, et de Jon Edwards, notre responsable des crédits. Palmer commencera par quelques commentaires généraux, puis nous discuterons des détails de nos résultats financiers. Avant de nous ouvrir pour Q & A.

Avant de commencer, je vous rappelle que nos commentaires peuvent contenir des déclarations prospectives. Ces déclarations sont soumises à des risques et à des incertitudes. Les résultats réels peuvent varier considérablement. Nous mentionnons quelques facteurs qui pourraient entraîner une différence entre les résultats dans notre communiqué de presse et dans nos documents déposés auprès de la SEC, disponibles sur notre site Web. Nous n'acceptons aucune obligation de mettre à jour les déclarations prospectives à la suite de nouvelles informations, de premiers développements ou d'autres facteurs, sauf si la loi l'exige.

Au cours de la conférence, nous discuterons également de certaines mesures financières non définies par les PCGR liées à la performance de la société. Vous trouverez notre coordination de ces mesures et des mesures financières définies par les PCGR en annexe de notre présentation.

Et avec cela, je vais le transférer à Palmer pour les commentaires d’ouverture.

Palmer ProctorPrésident, chef de la direction et administrateur

Merci Nicole et bonjour à tous ceux qui sont venus à notre appel aujourd'hui. Je voulais partager quelques faits saillants sur le trimestre et pourquoi nous sommes enthousiasmés par le reste de 2019. Et ensuite, les opportunités que nous entrevoyons en 2020.

Pour le trimestre, nous avons réalisé un bénéfice ajusté de 68,5 millions de dollars, ou 0,98 dollar par action diluée. C'est plus de 8% par rapport au troisième trimestre de l'année dernière. Cela représente un rendement de 1,57% sur l'actif moyen et 18,95% sur les capitaux propres corporels.

Notre ratio d'efficacité a atteint un peu plus de 57%, ce qui était prévu car les économies de coûts résultant de l'acquisition de Fidelity ne sont pas encore pleinement réalisées et nous exploitons toujours deux systèmes centraux avec une conversion jusqu'en novembre de cette année.

Pour la période de l'année à ce jour. Nous avons réalisé un bénéfice ajusté de 156,3 millions de dollars, ou 2,85 $ par action après dilution, ce qui représente une hausse de 19% par rapport aux résultats de 2018, ce qui représente un rendement de l'actif depuis le début de l'année de 1,55%. Amélioration de 7% (phonétique) par rapport à la même période de l’année dernière.

Nous sommes très satisfaits de notre croissance organique, tant du côté des prêts que des dépôts. Notre ratio prêts / dépôts est très stable à 94% et si vous excluez l'acquisition de Fidelity, nos prêts ont augmenté de plus de 283 millions de dollars, ou de près de 13% sur une base annuelle, rien qu'au troisième trimestre. Cela laisse donc notre croissance annuelle des prêts à 13,75% pour l’année et notre croissance annuelle des dépôts sans intérêt à 13,58% pour l’année, ce qui est assez impressionnant.

Notre production de crédit dans le secteur bancaire a augmenté de 151% ce trimestre par rapport au troisième trimestre de l’année dernière. Les revenus ont bien sûr été inférieurs à ceux de la nouvelle production, comme on pouvait s'y attendre avec les récentes réductions de la Fed, mais les pipelines sont encourageants, ils sont solides au quatrième trimestre. Nous sommes donc très encouragés à ce sujet.

Comme prévu, nous avons constaté une certaine dilution de la valeur comptable corporelle ce trimestre par rapport au trimestre précédent, en raison de l’acquisition de Fidelity, mais nous nous attendons à ce que le livre tangible continue à croître de manière constante, comme nous le verrons plus loin. toujours en sécurité & # 39; Nous nous sommes arrêtés à propos des fusions et acquisitions, mais malgré la dilution résultant de l’acquisition, nous avons enregistré une croissance tangible de plus de 14% depuis septembre dernier, ce qui est certainement remarquable.

Nicole va entrer dans les détails financiers dans quelques minutes, mais je voulais d’abord commenter quelques points. Et nous regardons en arrière et regardons en arrière, que disons-nous par rapport à ce que nous avons fait. Et en regardant ce que nous avons dit, nous le ferions en décembre dernier, lorsque la fusion avec Ameris Fidelity a été annoncée et où nous en sommes aujourd’hui. Je suis vraiment fier de la performance de notre équipe.

Nous avons annoncé l'accord, nous avions des succursales pro forma dans environ 199 succursales ensemble. À la fin du troisième trimestre, nous étions tombés à 172 points de vente, ce qui représente une réduction nette de 27 points de vente depuis l'annonce de la fusion. Nous l'avons fait de manière très stratégique et avec une usure minimale de notre financement de base.

Et également lors de l'annonce de la transaction, nous avions annoncé une dilution du BPA de 0,18 USD en 2019, qui générerait une augmentation chiffrée en 2020 grâce aux économies de coûts intégrées et dont les résultats ont été meilleurs que prévu à ce jour. sur la base de notre mise en œuvre et de la mise en œuvre accélérée de certaines stratégies de réduction des coûts plus tôt que prévu initialement.

Nous avons projeté notre TCE pro forma sur les immobilisations corporelles à 8,37% après l’acquisition et nous publions aujourd’hui un ratio de 8,43% TCE, ce qui est légèrement au-dessus de nos projections. Et j'ai vraiment mentionné tous ces éléments pour souligner à quel point nous sommes sérieux dans la mise en œuvre de la stratégie et pour nous assurer que nous suivons les plans que nous avons décrits.

Jusqu'ici, nous avons atteint tous les objectifs que nous recherchions et les objectifs que nous nous sommes fixés. Nous sommes convaincus que nous continuerons à créer de la valeur de franchise pour notre société, nos investisseurs et les nous positionnera exceptionnellement bien pour chaque environnement économique dans lequel nous opérons. Une autre étape importante que je mentionnerai dans l’histoire de notre société est que nous, la charte de la banque et les bureaux de la société de portefeuille, avons déménagé à Atlanta et que nous deviendrons la plus grande société de portefeuille bancaire dont le siège se trouve à Atlanta, en Géorgie. le contrat réel (phonétique) est fermé.

Nous avons commencé le lancement officiel de notre nouvelle image de marque. Nous espérons que certains d’entre vous l’ont déjà vu avec notre stratégie ce mois-ci. Il a été très bien reçu et nous restons conscients de nos efforts pour promouvoir cette marque sur tous nos marchés.

Un point important à mentionner est l’intégration, elle bat son plein, tout va bien, nous l’avons déjà fait – le groupe SBA a déjà subi une conversion. L’intégration de l’hypothèque est achevée à environ 75% pendant que je siège ici aujourd’hui. Elle sera entièrement terminée au moment de la conversion de notre système principal au cours de la première semaine de novembre.

Mais la manière dont nos collègues du secteur des affaires et de la technologie ont traversé cette intégration est excellente et nous progressons bien. Et comme je l’ai dit dans notre communiqué de presse, être en mesure d’obtenir ce type de résultats financiers que nous avons obtenus au cours de ce trimestre, même si nous avons également procédé à l’une des plus importantes intégrations de notre société, c’est vraiment un reflet direct de la situation actuelle. L’équipe et les efforts de tous nos banquiers et j’attends avec impatience l’intégration au quatrième trimestre afin que nous puissions reprendre le travail, c’est 100% de notre temps consacré aux opportunités de croissance organique et à la mise en œuvre des stratégies. que nous avons pour nous.

Mais je vais en rester là de temps en temps, puis céder la parole à Nicole et la laisser discuter des résultats financiers plus en détail.

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Génial, merci Palmer. Comme vous l'avez dit, Palmer, nous publions aujourd'hui un bénéfice ajusté de 68,5 millions de dollars, ou 0,98 dollar par action, au troisième trimestre, contre 43,3 millions de dollars ou 0,91 dollar pour le troisième trimestre de l'exercice précédent. année. Ces résultats ajustés excluent principalement environ 65 millions de dollars (Phonetic) des coûts de fusion, un bénéfice de 4 millions de dollars sur un BOLI rapportant environ 1 million de dollars de pertes de valeur de MSR des trimestres précédents et une perte de 889 000 $ sur les ventes de succursales. – la vente d'une succursale.

En tenant compte de ces éléments, nous rapportons un bénéfice total conforme aux PCGR d’environ 21,4 millions de dollars, soit 0,31 $ par action. Le bénéfice ajusté par action de 0,98 USD représente une augmentation de 8,5% par rapport au 0,91 USD gagné au troisième trimestre de l’année dernière et le bénéfice – le revenu de 68 millions USD représente une augmentation de 58% par rapport au revenu ajusté du troisième trimestre de 2018.

Notre rendement ajusté des actifs au deuxième trimestre était de 1,57%, ce qui représente une augmentation par rapport à 1,56% au trimestre précédent et à 1,53% au troisième trimestre de l’année dernière. Pour la période de l'année à ce jour. Notre ROA ajusté est de 1,55% comparé à 1,46% l’an dernier. Et comme mentionné précédemment, nous poursuivons nos efforts pour obtenir un ROA compris entre 1,55% et 1,65%.

Notre rendement ajusté sur les actions ordinaires corporelles s'est établi à 18,95% au troisième trimestre, comparativement à 18,79% au trimestre précédent et à 20,50% au troisième trimestre de l'exercice précédent. Depuis le début de l'année, notre rendement ajusté sur les actions ordinaires tangibles pour 2019 est de 18,87%, contre 18,47% l'an dernier. Comme prévu, nous avons constaté une diminution de la valeur comptable des matériaux ce trimestre à la suite de l’acquisition de Fidelity. Nous avons terminé le trimestre avec une valeur comptable tangible par action de 20,29 $, en baisse de 0,52 $ par rapport à 20,81 $ à la fin de juin. Bien que cette dilution de la valeur comptable matérielle ait été supérieure aux prévisions et qu'elle résulte – et résulte des coûts de résiliation supplémentaires de certains contrats de fournisseur – la valeur comptable matérielle est toujours supérieure de plus de 14% à celle de l'année dernière.

Tous nos coûts de fusion supplémentaires – les coûts associés à la résiliation du contrat entraîneront des économies de coûts à l'avenir, alors que nous travaillons à l'amélioration des processus à l'avenir. Nous estimons que tous les coûts importants de fusion et de conversion ont été comptabilisés au troisième trimestre et qu’aucun coût supplémentaire important n’est prévu du fait de l’intégration future de Fidelity.

Notre ratio d’actions ordinaires ordinaires a diminué de 25 points de base, passant de 8,68% à la fin du deuxième trimestre à 8,43%, ce qui est également conforme à nos prévisions. Nous prévoyons que notre accumulation de capital se poursuivra et nous prévoyons toujours de terminer 2019 avec une croissance à deux chiffres de la valeur comptable tangible par action.

Notre marge d'intérêt nette conforme aux PCGR a diminué de 7 points de base, passant de 3,91% à 3,84% au cours du trimestre. Il y avait beaucoup de pièces en mouvement, je vais donc essayer de prendre ceci ci-dessous et je m'excuse pour le fait que cette partie sera répétée à partir du dernier trimestre, mais je veux simplement m'assurer que ma marge est claire.

Donc, si vous remontez au trimestre précédent, nous nous attendions à ce que l’acquisition de Fidelity ait un impact négatif sur notre marge de 11 points de base. Nous nous attendions à ce que toute réduction de 25 points de base (Phonetic) abaisse notre marge de 5 points de base à 6 points de base, à l’exception de la première réduction de juillet, car nous avions assez de vent pour absorber cette perte.

Eh bien, nous avons fait un peu mieux que prévu. La fusion avec Fidelity a eu un impact sur notre marge d’environ 9 points de base et la première réduction de la Fed en juillet a eu un impact sur notre marge d’environ 3 points de base. Vous voyez au bilan que nous avions contracté des prêts supplémentaires pour la vente et que nous avons également utilisé des prêts de la FHLB pour financer ceux détenus en vue de la vente. En raison de l'hypothèque, nous en reparlerons un peu plus tard. pour les prêts à la vente de conserver ces prêts plus longtemps avec un écart moins important qui a affecté notre marge d’environ 4 points de base.

Ensuite, nous avons eu des obstacles, y compris la comptabilité d’achat au cours du trimestre, qui ont compensé environ 9 points de base pour la marge. Nous nous sommes donc retrouvés avec seulement 7 points de base de compression de la marge au lieu des 11 points de base attendus. Au troisième trimestre, notre rentabilité des bénéfices a diminué de 9 points de base, tandis que nos coûts de financement n’ont diminué que de 4 points de base. Cependant, le total de nos coûts de dépôt avec intérêts a diminué de 11 points de base, car nous continuons de nous concentrer sur nos coûts de dépôt.

Et nous continuons de croire que toute réduction de 25 points de base de la part de la Fed réduira notre marge de 5 points de base à 6 points de base que nous prévoyons ou espérons atteindre à 45 points de base. Les revenus de production de nos principales banques sont tombés à 5,08% pour le trimestre contre 5,49% au deuxième trimestre. Concernant les dépôts, nous avons poursuivi sur notre lancée et amélioré notre composition de sorte que les actions ne portant pas intérêt représentent désormais 29,85% de notre dépôt total, contre 28 , 9% à la fin du deuxième trimestre et 25,4% à la même période l’an dernier.

La production de dépôts ne portant pas intérêt représentait plus de 13% de notre production totale de dépôts. La croissance des produits autres que d’intérêts a été exceptionnelle au cours du troisième trimestre, ce dont nous avons discuté il ya deux secondes, en plus de l’augmentation des coûts des services imputable au compte de dépôt supplémentaire de Fidelity, qui a été partiellement compensée par l’impact de Durbin ce trimestre. Notre groupe de crédit hypothécaire combiné a enregistré une production record de revenus en raison des taux d’intérêt.

Au troisième trimestre, les revenus hypothécaires ont augmenté de plus de 186% par rapport au deuxième trimestre de cette année et de plus de 276% au cours de la même période de l’année dernière. Cela tient en grande partie à l’ajout de la nouvelle équipe Fidelity.

La production hypothécaire continue d'atteindre des niveaux record. Cependant, nous avons constaté une baisse du bénéfice sur ventes à 2,67%, contre 3,11% au trimestre précédent, et cet écart de profit a été influencé par une modification de la gamme de produits ainsi que par la transition du modèle de prix Fidelity au modèle de prix Ameris.

La production de prêts dans le secteur des prêts hypothécaires privés a augmenté de 278% par rapport au troisième trimestre en raison de l’ajout des banquiers Fidelity à l’équipe et de la productivité accrue due au faible taux d’intérêt.

Nous ne prévoyons pas que l'activité hypothécaire reste à ce niveau et nous pensons qu'elle retrouvera un volume historique plus normal au quatrième trimestre.

Auparavant, Ameris produisait environ 2 milliards de dollars de production par an et Fidelity, environ 3 milliards de dollars par an, pour une production combinée de 5 milliards de dollars. Ils n’ont gagné que 1,8 milliard de dollars au troisième trimestre, ce qui représente une augmentation de la production combinée de 48% par rapport au niveau historique du troisième trimestre.

Et ils ont fait cette production tout en étant distraits par l'intégration, en raison de ce volume et de la pression opérationnelle de l'intégration, nous avons terminé le trimestre avec des prêts hypothécaires offerts à la vente plus élevés que prévu, que nous avons financés avec des avances à court terme de la FHLB. Nous pensons que ces prêts seront conditionnés et vendus le plus rapidement possible au quatrième trimestre et que nos avoirs à vendre ainsi que les prêts de gros destinés à les financer reviendront au quatrième trimestre et, comme je l’ai déjà indiqué, cela contribuera à la réduction de la marge au quatrième trimestre. quart. Comme l'a dit Palm, l'intégration de l'hypothèque est achevée à environ 75%. Notre ratio d'efficience ajusté a augmenté pour atteindre 57,25% ce trimestre, car nous ne bénéficions pas d'une intégration complète du système et les coûts administratifs générés par l'acquisition de Fidelity restent élevés. Nous avons précédemment indiqué que nous avions l'intention de maintenir le ratio d'efficience pour le reste de 2019 et nous répondons bien à ces attentes.

Nous avons en fait fait un peu mieux que prévu en raison de la mise en œuvre précoce de certaines économies de coûts.

Le total des frais autres que d'intérêts s'est établi à 192,7 millions de dollars pour le trimestre. Toutefois, si vous supprimez les coûts de fusion et de conversion et la perte sur les ventes des succursales, nos frais autres que d’intérêt ajustés s’élèvent à environ 127 millions de dollars, soit une augmentation de 51,5 millions de dollars par rapport au deuxième trimestre, soit environ 26 millions de dollars ou plus. L’acquisition de Fidelity a représenté la moitié de cette augmentation.

Les produits dans ce domaine ont également augmenté d’environ 42 millions de dollars, ce qui représente un taux d’efficacité de 62%, sans les économies de coûts entièrement réalisées, que nous réaliserons après la conversion des données au quatrième trimestre. L'augmentation restante des frais autres que d'intérêts de 25 millions de dollars est imputable au service des prêts hypothécaires privés, principalement en salaires et commissions. Cette augmentation est due à une production accrue, à la fois à la suite de l’acquisition de Fidelity et à la faiblesse du cycle des taux d’intérêts ce trimestre.

Comme je l'ai dit, la production de cette division a augmenté de plus de 200% et les ventes ont dépassé les 39 millions de dollars, ce qui est amplement suffisant pour couvrir cette augmentation des coûts. Au bilan, la croissance organique du crédit a été d’environ 283 millions de dollars, soit un peu plus de 12% sur une base annuelle. Les détails de cette production sont inclus dans la présentation aux investisseurs, mais ils ont été répartis entre notre secteur bancaire et nos activités, représentant environ 35% de la croissance du noyau bancaire et la croissance restante répartie de manière égale entre prêts hypothécaires et dépôts, financement à primes et lignes spéciales.

Je parais comme un record de crédit – qualité du crédit, mais ils restent solides. Je suis assis à côté de Jon Edwards, notre responsable du crédit, qui est disponible pour répondre aux questions au cours de la période de questions, mais je ne parlerai que de quelques points saillants.

Notre ratio de charge annuel calculé sur une base annuelle était de 7 points de base du total des prêts et 19 points de base des prêts non vendus. Nos actifs non productifs, exprimés en pourcentage du total des actifs, ont augmenté pour atteindre 73 points de base, contre 51 points de base le trimestre précédent, en raison de l’acquisition de Fidelity.

Le nombre d’APM à la fin du trimestre était inférieur de 19 points de base au nombre prévu de notre due diligence initiale, et la diversification concernant le type et la géographie du prêt est également reflétée dans les diapositives du prêt. Et puis le dernier point, je voudrais l’avoir – avant de redonner la parole à Palmer, l’intégration, mais pas seulement la conversion de données, mais l’intégration de l’équipe proprement dite et je dois vous dire que tout se passe très bien.

Comme Palmer l'a dit plus tôt, nous avons déplacé le siège de la holding à Atlanta plus tôt ce mois-ci. La majorité des membres de l'équipe de direction vivent à Atlanta. Certains d'entre nous ont récemment déménagé, eux-mêmes et leurs familles. J'ai personnellement fermé ma maison à Atlanta la semaine dernière. Et cela – c’était plus stressant à la fin du trimestre d’acheter une nouvelle maison et j’en ai appris plus sur ce qu'est réellement le trafic – ce que le trafic signifie vraiment, mais honnêtement et sérieusement, nous sommes tous attachés à Ameris et à l’avenir. s'applique à nous. Les relations que nous avons en équipe et le leadership que nous avons reçu de Palmer ont vraiment rendu la dynamique d’équipe et cette transition plus faciles que prévu.

Sur ce, je le redonne à Palmer pour les observations finales.

Palmer ProctorPrésident, chef de la direction et administrateur

Merci Nicole Je voudrais conclure avec ce commentaire. Comme vous le savez, il y a tant de vie et d'opportunités que de timing et je peux vous dire que notre timing pour tout réunir chez Ameris, qu'il s'agisse de nos coéquipiers, de notre conseil, de nos systèmes ou de notre intégration globale, rien ne pourrait être mieux si nous positionnons la banque pour qu'elle profite de la grande opportunité que nous avons sur les marchés sur lesquels nous opérons et que nous sommes certainement au bon endroit au bon moment et surtout, nous avons les bons coéquipiers pour nous assurer que cela fonctionne .

C'est pourquoi je tiens à remercier une nouvelle fois tous ceux qui ont écouté nos résultats du troisième trimestre, alors que nous attendons avec impatience le reste de 2019 et ce que 2020 nous réserve.

Je vais maintenant rendre la parole à Ally pour les questions du groupe.

Questions et réponses:

opérateur

(Instruction pour l'opérateur) La première question vient de Casey Whitman avec Sandler O'Neill.

Casey WhitmanSandler O & # 39; Neill – Analyste

Bonjour

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Bonjour, Casey.

Casey WhitmanSandler O & # 39; Neill – Analyste

Super quartier. Quelques questions concernant la croissance des prêts, je me demandais si vous pouviez nous parler ce trimestre de la croissance organique des prêts dans le secteur bancaire et la production. Une grande partie de cela est tirée par le marché d'Atlanta, ou vous voyez une bonne croissance dans tous vos marchés. Je pense que ma question sera simplement de savoir quels marchés ont la croissance la plus importante ou d’autres sur des marchés spécifiques (phonétiques).

Palmer ProctorPrésident, chef de la direction et administrateur

Oui, Casey. Bonjour Nous constatons actuellement l'essentiel de la croissance du crédit. La croissance du crédit prédominante au cours du dernier trimestre et l’activité en termes de production proviennent d’Atlanta, puis de parties de notre marché de la Floride, dans cet ordre.

Casey WhitmanSandler O & # 39; Neill – Analyste

Ok. Ensuite, vous avez également évoqué la vente d’un portefeuille du groupe Corporate Finance du groupe, je pense, au cours du trimestre. Pouvez-vous nous donner une idée du calendrier de cette vente et du type de décision prise?

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Bien sûr, Casey, c’était la division du financement des entreprises que nous avons obtenue l’an dernier avec l’acquisition de Hamilton. Et d’un crédit et d’un risque, nous n’avons vraiment pas grand fan de ce portefeuille. Donc, il était prévu depuis un certain temps de mettre cela de côté et de vendre ces prêts. Ils ont été déplacés à la fin – pour la vente – au deuxième trimestre, puis nous avons fermé au troisième trimestre – septembre.

Casey WhitmanSandler O & # 39; Neill – Analyste

Septembre. D'accord Utile Merci Enfin, s’agissant de la croissance du prêt, s’agirait-il uniquement de la voiture indirecte, je pense que la tendance était à l’égout? Et pouvez-vous nous rappeler à quoi nous pouvons nous attendre dans ce livre tous les trimestres?

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Sans aucun doute. Ainsi, lorsque nous avons procédé à l’acquisition de Fidelity, c’était environ 1,2 milliard de dollars, soit 1,3 milliard de dollars. Aujourd'hui ou à la fin de septembre, il est tombé à 1,05 milliard de dollars et nous – la course (Phonetic), qui représente entre 130 et 150 millions de dollars par trimestre.

Palmer ProctorPrésident, chef de la direction et administrateur

Et cela rapporte comme nous avions, comme toujours. C’est un aspect de ce secteur qui rend les flux de trésorerie très prévisibles et continue de fonctionner de cette manière. Et la qualité des actifs reste intacte.

Casey WhitmanSandler O & # 39; Neill – Analyste

Merci beaucoup J'en demande une de plus et laisse quelqu'un d'autre sauter dessus. En ce qui concerne les dépenses, vous avez mentionné des économies de coûts accélérées dans vos commentaires préparés. Pouvez-vous simplement nous rappeler un peu ou nous faire savoir combien d’économies supplémentaires vous devriez réaliser en réalisant des économies de coûts entre le groupe bancaire et le groupe hypothécaire entre le quatrième et le premier trimestre? Et aidez-nous un peu avec la façon dont nous devrions penser au calendrier de tout ce cours de réduction des coûts?

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Certes, nous nous attendions donc à ce qu'environ 20% de ceux qui viendraient au troisième trimestre viennent du troisième trimestre, devrais-je dire. Et puis environ 30% sortent dans le – un autre 30% sortira au quatrième trimestre et le reste sortira en 2020.

Nous avons donc configuré notre conversion de données pour le premier week-end de novembre, de sorte que nous avons toujours des coûts de ce type surexploités pour l’exploitation de deux systèmes. C’est donc le redressement du quatrième trimestre du troisième trimestre qui a À la fin de novembre, bon nombre de ces coûts administratifs et de systèmes en double ont été perdus.

Nous étions donc un peu en avance sur nos économies de coûts. Nous avions prévu 20%, nous sommes plus proches de 25% à 30%. Et ensuite, nous prévoyons 20% à 25% supplémentaires au troisième trimestre, ce qui est une honte au quatrième trimestre, ce qui est similaire à ce que nous avons dit plus tôt. C’est normal, nous avons pris 5% de plus au troisième trimestre et ensuite. le reste sortira au premier trimestre.

Casey WhitmanSandler O & # 39; Neill – Analyste

Très utile. Merci les gars pour les questions. Allez-y, Nicole.

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Merci, Casey.

Casey WhitmanSandler O & # 39; Neill – Analyste

D'accord

opérateur

Notre prochaine question vient de Jennifer Demba de SunTrust.

Jennifer DembaSunTrust – Analyste

Merci Bonjour

Palmer ProctorPrésident, chef de la direction et administrateur

Bonjour

Jennifer DembaSunTrust – Analyste

Question: cette activité de production hypothécaire se terminera-t-elle au quatrième trimestre?

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Jennifer, la pièce qui peut saigner. Nous avons donc – c'est le groupement et la vente de celui-ci, mais nous avons cette valeur marchande. Donc, nous ne nous attendons pas – maintenant, il peut toujours y en avoir, je veux dire, je ne pense pas que tout le volume soit coupé le 30 septembre. Il y aura donc un surplomb, par exemple un peu. Mais nous pensons vraiment que le quatrième trimestre reviendra à des volumes plus normaux.

L’effet le plus important au quatrième trimestre est le regroupement et la vente de ces prêts. Mais il ne devrait y avoir aucun impact sur le compte de résultat.

Palmer ProctorPrésident, chef de la direction et administrateur

Comme l'a dit Nicole à Jennifer. L'élan est définitivement là. Nous entrerons donc dans le quatrième trimestre, mais ce sera beaucoup plus normalisé que ce que nous avons connu ce trimestre.

Jennifer DembaSunTrust – Analyste

D'accord Nicole, avez-vous une estimation provisoire pour l’ajustement de votre réserve pour pertes sur créances de CECL?

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

C'est une excellente question – et Jennifer. Et ce que nous n’avons pas donné par le passé avec un numéro spécifique avec l’acquisition de Fidelity. Nous avons effectué cette analyse au troisième trimestre et nous l’analysons toujours. Je pense qu'il y aura des directives supplémentaires dans le 10-Q à ce sujet. Ce que nous avons dit et continuerons de dire, même en sachant que nous ne sommes que le 18 octobre et que nous souhaitons obtenir toutes les données de Fidelity à partir de deux systèmes du modèle CECL, c’est que nous ne sommes toujours pas surpris et que le modèle est toujours conforme à nos prévisions, nous ne sommes donc certainement pas surpris des résultats et je pense que nous aurons plus de conseils dans notre liste de demandes pour le troisième trimestre que nous avons soumis à la SEC.

Jennifer DembaSunTrust – Analyste

Ok, une dernière question, chaque recrutement au troisième trimestre, vous avez mentionné les options de perturbation, juste ajouter un peu plus de couleur.

Palmer ProctorPrésident, chef de la direction et administrateur

Eh bien, heureusement, vous le savez pour nous, compte tenu de notre position sur le marché. La perturbation nous permet de tirer parti de nos coéquipiers existants sans avoir à attirer vraiment beaucoup de nouvelles personnes. Cela dit, nous sommes constamment devant beaucoup de gens. Je pense que nous allons voir plus de mouvement là-bas que nous entrons dans le quatrième trimestre. Nous avons embauché quelques nouveaux employés – en particulier en Floride, mais nous avons un pipeline très actif pour répondre à votre question.

Jennifer DembaSunTrust – Analyste

Merci beaucoup

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Merci Jennifer.

opérateur

Notre prochaine question vient de Tyler Stafford avec Stephens.

Tyler StaffordStephens Inc – Analyste

Hé, bonjour les gars.

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Bonjour, Tyler.

Tyler StaffordStephens Inc – Analyste

Hé, je voulais commencer par le secteur des prêts hypothécaires et vous avez mentionné à quelques reprises que vous vous attendiez à ce que le quatrième trimestre revienne à un niveau plus normalisé. Donc, pour plus de clarté. Êtes-vous, dites-vous, à terme, coûtant environ 5 milliards de dollars. Mais avec le type normal de saisonnalité en forme de cloche pendant les mois d’été, nous devrions donc disposer d’environ 5 milliards de dollars, avec une sorte de déchets saisonniers au quatrième trimestre.

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

C'est vrai. C'est vrai. Ainsi, les résultats du troisième trimestre étaient environ 43% plus élevés que. Si vous regardez l'historique Ameris du troisième trimestre et la fidélité du troisième trimestre, nous avons été augmentés – environ 60% ont été augmentés et nous pensons que 43% de cela est lié à la nature du faible taux d'intérêt, nous avons vu une petite masse dans notre rachat. Je parle de notre refinancement lorsque nous avons proposé d’acheter. Nous nous attendons donc à ce que le quatrième trimestre revienne, si vous preniez le taux courant du quatrième trimestre de Fidelity et le taux courant du quatrième trimestre d’Ameris, historiquement à ce niveau plus un augmenter de 10% à 15% simplement en raison de la croissance annuelle.

Tyler StaffordStephens Inc – Analyste

Ok, je comprends. Et puis Nicole, avez-vous acheté le premier refi-mix au troisième trimestre?

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Je fais Nous en avons donc généralement environ 85%. En réalité, Fidelity était un peu plus élevé. Ameris a acheté environ 85% et 15% de refi et Fidelity en a acheté environ 89%. Et ce trimestre, il est tombé à 70% – environ 71%, 72% d'achat.

Tyler StaffordStephens Inc – Analyste

Sur une base combinée?

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Sur une base combinée. C'est vrai.

Tyler StaffordStephens Inc – Analyste

Compris. Et est-ce que ce genre de profit de 2,67% sur la marge des ventes que vous avez vu au troisième trimestre? Est-ce ce à quoi vous vous attendriez en tant que niveau normalisé?

Nicole S. StokesVice-président exécutif et directeur financier

Je pense que cela se normalisera avec le temps. Pour qu’en 2020, il se rapproche de la normale – un peu – plus près du bénéfice d’Ameris sur le chiffre d’affaires. Mais je ne pense pas que cela se produira immédiatement au quatrième trimestre.

Tyler StaffordStephens Inc – Analist

Ok, je comprends. En toen had de hypotheekbranche volgens mij $ 1,3 miljoen aan huurherstel. Ik veronderstel, hoeveel servicebaten heb je dit kwartaal gerealiseerd en vervolgens enige gedachten over wat je van plan bent te doen met die serviceportfolio?

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

In de serviceportfolio op dit punt hebben we verschillende functies van mogelijkheden bekeken om dat te doen. En vanaf nu is het plan om dat te behouden en dat te blijven doen tot de dag van vandaag en Tyler, het spijt me, ik heb dat nummer niet recht voor me. Daar zal ik mee moeten omgaan.

Tyler StaffordStephens Inc – Analist

Dat is prima.

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Dus ik mag het afzonderlijk vermelden.

Tyler StaffordStephens Inc – Analist

Dat is prima. En ik veronderstel tot slot dat je, alleen op het gebied van hypotheek, de aangehouden voor verkoopsaldi terug zou zien komen. Is er een genormaliseerd niveau van HFS dat u nu van plan bent te houden met Fidelity in de plooi?

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Ja, we denken dat dat genormaliseerde niveau ergens tussen 400 en 450 (Fonetisch) een genormaliseerd getal zal zijn gecombineerd. En gewoon om – het is geweldig, geweldig – het is niet echt jouw vraag, maar ik bedoel, het is een geweldige tijd voor mij om daarover te praten. Een van de dingen waarbij onze hypotheekbedrijven samenkomen gaat door de integratie. Eén ding waar ze zich echt op richtten, was de klant blijven bedienen, zodat ze de productie niet vertraagden. Ze waren in staat om door te gaan en het stuk dat wel een beetje werd vertraagd met die achterkamer van verpakkingen en ze verkocht te krijgen. Dus dat is echt waarom dat aantal groeide.

Maar nogmaals, we verwachten dat om naar beneden te gaan, waarschijnlijk een meer genormaliseerd nummer tussen 4 en 4,50 ligt (Fonetisch).

Tyler StaffordStephens Inc – Analist

Parfait D'accord Ik zal eruit springen. Merci.

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Bedankt, Tyler.

opérateur

Onze volgende vraag komt van David Feaster met Raymond James.

David FeasterRaymond James – Analist

Hallo. Goede morgen mannen.

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Good morning, David.

David FeasterRaymond James — Analyst

So I'd like to just start on the margin. So I guess, looking — looking at the fourth quarter with the held for sale wind down that you talked about being about 4 basis point help. And then the indirect runoff offset by a September cut. It sounds like you think you can hold your core NIM fairly steady here?

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

So well and you think about that September cut that really was even though it was a third quarter event. We don't have the — really impact of that in the third quarter because it was so late in the third quarter and then if we had another cut. So we're still guiding that we could have a, you know 4 basis points, 4 basis points to 5 basis points of margin compression in the fourth quarter and then there, it could potentially be another cut.

David FeasterRaymond James — Analyst

Okay, OK. That's helpful. And then do you have any expectation — could you just give us some thoughts on your accretion expectations going forward?

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Sure. So the only guidance that we've given in for 2019 because we're being cautious because of CECL impact for next year. So and you'll see that our accretion income went up this quarter by about $1 million, $1.1 million. And so that that's about the normal run rate for the fourth quarter as well.

David FeasterRaymond James — Analyst

Okay and then just following up on the — the loan origination strength that you're seeing in Atlanta, obviously there is a lot of disruption there as you've mentioned. Could you just talk about, we've talked before about you wanting to get more in that middle market there, which is a huge opportunity, how's that going? What — what success have you've seen in the middle market in Atlanta?

Palmer ProctorPresident, Chief Executive Officer & Director

Yeah, Tyler. We're starting to see success there. You know, obviously there is a lead time on those relationships and a lot of them, been locked down for years, but we're starting to see some movement there and it — on the lower-middle market end and that's where we're really focused. And so I think as we move into especially into 2020 that's where we'll start seeing more of that lift but the migration of those relationships certainly is — there is a lead-time. We're encouraged by the, not just the opportunities, but the execution on that especially in the Atlanta market.

David FeasterRaymond James — Analyst

D'accord And then I guess just high level. Could you just talk about what you're seeing in the markets. Anecdotally, we've heard that pricing competition increase in that underwriting standards are loosening with less recourse and lower levels of leverage. Are you seeing a similar phenomenon and are there any segments or markets where you're seeing that more?

Palmer ProctorPresident, Chief Executive Officer & Director

Non I will tell you, competition is fierce in terms of pricing, but — but I will tell you that that all the banks that we run into in terms of competition, nobody is compromising on the asset quality itself. Structures are getting a little bit looser in terms of duration and pricing, but there aren't any deals out there that we're seeing other banks do that that just don't make sense, which is encouraging for us as an industry. That being said, there is still a lot of movement out there and in terms of the different sectors. We have certainly pulled back a little bit. I just threw a discipline and a caution on a lot of our commercial construction. But that's more just us positioning ourselves in terms of capital as a percentage of some of these construction loans, not because we're seeing any cracks or inherent cracks in any sectors out there.

I mean, if you look at absorption, especially on the multifamily side and on the single-family side, it's all still very strong. There is actually a lack of inventory in a lot of our metro markets. So we still feel very encouraged by what we're seeing and right now, do not see any or anticipate any cracks in the near future.

David FeasterRaymond James — Analyst

Okay, that's helpful. Thanks, guys.

opérateur

Our next question comes from Woody Lay with KBW.

Woody LayKBW — Analyst

Good morning, guys.

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Good morning, Woody.

Woody LayKBW — Analyst

So it's good to see the interest bearing deposit costs come down. I was just wondering, what impact Fidelity had on that number and sort of what impact was just legacy Ameris cost of deposit?

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

That's a great question. So the Fidelity impact was included in that. Their deposit costs were about 25 basis point less than ours. And then also we dropped deposits across the board. So it's a little bit hard to give an exact number, because Fidelity, we dropped their rates with the July cut and the Ameris rate with the July cut as well.

So it was absolutely a blend of both items.

Woody LayKBW — Analyst

Compris. And I think, last quarter, you said you were assuming a 50% deposit beta in your margin guidance. Is that still holding true?

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Oui

Woody LayKBW — Analyst

Okay, that's it for me. Thanks, guys.

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Great, thank you.

opérateur

(Operator Instructions) Our next question comes from Christopher Marinac with Janney Montgomery Scott.

Christopher MarinacJanney Montgomery — Analyst

Hey, good morning. Palmer or Nicole. I want to drill back down on the competition comment of a few minutes ago. How often do you have price concessions either on deposits or loans? And as you move relationships in the future, is that going to be part of the equation or something that you can avoid?

Palmer ProctorPresident, Chief Executive Officer & Director

Well it's, some we try — certainly try to avoid. And I would tell you, we have less concessions on the deposit side and more concessions on the loan side. So as a result, because we look at it from a relationship standpoint, Chris. And so we are, we do feel the pressure more on the loan side, than people trying to beat us down on the deposit side. So we look at it holistically.

But that being said, I think the important thing is to make sure we aren't looking at just transactions and looking at the entire relationship which is how the bankers are. We're getting floors in some of our deals, wherever we can, which just (Phonetic) on hard to believe, I didn't think, we'd be saying that again, but we are getting floors and people now borrowers in particular are more sensitive to that and aware of that, but we have been successful in implementing some of the floors, especially if we're being competitive on the REIT.

Christopher MarinacJanney Montgomery — Analyst

Over time, is there a percentage of the portfolio that you think will have floors. I know it's kind of an evolution as you reset.

Palmer ProctorPresident, Chief Executive Officer & Director

Well I would love for a higher percentage to have those floors, but right now, I think where we're able — we're more successful in obtaining the floors is obviously on the residential construction lending on the commercial side, as we're trying to take business and take more market share and having to be more competitive. That's where we're having less success in terms of the floors. But we're having more success and, where you'll see it is on the liability side. In terms of bringing over that core funding. So if you look at the balance there in terms of the NIM pressure, while we may be given a little bit of a yield up on the loan side, we're hopefully garnering more on the low-cost funding side to offset that.

Christopher MarinacJanney Montgomery — Analyst

Compris. That's helpful. Ok super. And the last question just has to do with the systems conversion. Once that's behind you, to what extent are there new products and sales that you can implement. Are there things kind of in the wings that you'll see next year?

Palmer ProctorPresident, Chief Executive Officer & Director

Well, the exciting part of that is more looking at the — the efficiencies. We are a big user of the sales force and in CNO (Phonetic) and fortunately both companies, legacy Fidelity and Ameris utilize that technology and you will see us leveraging more and more of that, not only in specific areas but throughout the bank. Obviously, new online account openings. We're focused on streamlining that process with a lot of what we're going to be focused on is tweaking the current technology we have. It's just making it more efficient, and the process more efficient. If banks today still have way too much bureaucracy in terms of action and the fun thing about being a $17 billion, $18 billion bank is being able to make small tweaks here and there that can be meaningful in the overall scheme of things, whether it's just reduction of paper or just efficiency through less printer use, just a lot of simple technologies there that we're going to, we're zeroing in now and so our Chief Innovation Officer, which is our CIO obviously is — is sole mission right now.

Christopher MarinacJanney Montgomery — Analyst

Great, thanks again, guys. I appreciate the color.

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Merci

opérateur

(Operator Closing Remarks)

Duration: 39 minutes

Appelez les participants:

Nicole S. StokesExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Palmer ProctorPresident, Chief Executive Officer & Director

Casey WhitmanSandler O'Neill — Analyst

Jennifer DembaSunTrust — Analyst

Tyler StaffordStephens Inc — Analyst

David FeasterRaymond James — Analyst

Woody LayKBW — Analyst

Christopher MarinacJanney Montgomery — Analyst

More ABCB analysis

Tous les appels de revenus pour les transcriptions


Logo AlphaStreet