Credit Immobilier

Crédit Immobilier: Aucune hypothèque sur la Zambie, déclare Mutesa à la présidentielle – Simulation


Nous voulons appeler tous les participants aux élections présidentielles du 20 janvier 2014 à mener leurs campagnes de manière à préserver la paix pour laquelle notre grand pays est connu. Pour notre part, nous ne proposerons pas de candidat pour 2015 car nous souhaitons réserver notre énergie et nos ressources aux élections générales prévues pour septembre 2016. Cependant, nous participerons aux élections de 2015 en soulevant des questions aidera les électeurs à faire des choix éclairés.

Le premier point dont nous voulons discuter est la nécessité pour tous les candidats de modérer leurs promesses avec réalisme. Ceux qui remportent les élections de janvier 2014 ne disposent que de 20 mois avant de se soumettre à un nouveau test électoral. De manière réaliste, cela signifie qu'ils ne disposent que d'un cycle budgétaire pour tenir leurs promesses. Par conséquent, il faut éviter de faire pression pour obtenir un avantage concurrentiel sur ses concurrents en faisant des promesses irréalistes. Nous recommandons que, lors de la définition de leur vision à long terme, l’accent soit mis sur ce qu’ils souhaitent atteindre au cours des 20 mois qui suivent les élections. Promettre beaucoup de choses à tout le monde ne fera que conduire à une crise d’attentes non satisfaites, ce qui reviendra certainement à la poursuite du parti victorieux lors des élections générales de septembre 2016.

Deuxièmement, nous pensons qu'entre les élections de 2015 et 2016, quiconque est élu à son poste doit expliquer comment il entend mener à bien le processus d'élaboration de la constitution, l'éternel problème des retards de paiement dans le secteur alimentaire. Reserve Agency (FRA), qui finance les projets de développement d’infrastructures que le gouvernement a déjà lancés et améliore la gestion et l’utilisation des fonds publics. Nous pensons que ce sont là quelques-unes des questions les plus importantes sur lesquelles devraient débattre les membres les plus prometteurs de la présidence et leurs partisans.

Enfin, mais non moins important, nous voulons avertir les participants de ne pas hypothéquer la Zambie pour des intérêts étrangers par désespoir de lever des fonds pour la campagne. La souveraineté de la Zambie ne devrait jamais être mise en péril par les candidats qui cherchent à tout prix à remporter une victoire électorale. La Zambie n'est pas à vendre. Les électeurs doivent donc s’interroger sur les sources d’argent des candidats où l’extravagance est détectée.

Dr. Fredrick Mutesa

Président

Zambiens pour l'autonomisation et le développement (ZED)

Retour à l'accueil