Loi Pinel

Loi Pinel: EIFFAGE confirme ses perspectives pour 2019


(AOF) – Eiffage a réalisé au troisième trimestre un chiffre d'affaires consolidé de 4,7 milliards d'euros, en hausse de 8,9% (+ 10,5% dans la construction et + 1,8% dans les concessions). Les ventes consolidées au 30 septembre 2019 s'élevaient à 13,2 milliards d'euros, soit une augmentation de 10,6% en valeur réelle et de 8,6% en valeur publiée. L'activité dans l'usine en particulier a augmenté de 12,7% pour atteindre près de 11 milliards d'euros. En ce qui concerne les concessions, l’activité a progressé de 1,5% à 2,251 milliards d’euros.

Le carnet de commandes s'élevait à 14,5 milliards d'euros au 30 septembre 2019, en hausse de 4% sur une base annuelle (-3% sur 3 mois) et représente 11,7 mois d'activité.

Dans ce contexte, Eiffage a confirmé les perspectives de croissance de ses activités et ses résultats pour l’année 2019.

AOF – PLUS D'INFORMATIONS

Eiffage – À retenir

– leader européen de la construction et des concessions;

– Groupe organisé en 4 branches: infrastructures (routes, génie civil) pour 33% du chiffre d’affaires, 16,6 milliards d’euros, systèmes énergétiques pour 30% (génie électrique, climat, mécanique et automatisation des processus), construction pour 24% et finalement concessions (autoroute). et travaux d'infrastructure ferroviaire, 17%;

– une présence majoritairement européenne, la France représentant 74% des ventes, devant le reste de l'Europe (21%);

– Deuxième concession autoroutière française et troisième européenne, activités très bien équilibrées, résilientes et récurrentes, dont les autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APPR), AREA et ADELAC;

– Des implantations permanentes à long terme – Estampage intensif en France, d'origine européenne et sénégalaise, désir de se renforcer en Europe et dans les spécialités du secteur de la construction et, dans le secteur de la concession, pour les optimiser, pour poursuivre les partenariats public-privé et d'explorer de nouveaux secteurs tels que l'aéroport en France;

– Visibilité de l'entreprise, avec un carnet de commandes presque égal au chiffre d'affaires annuel, renforcé par le bénéfice des travaux en région parisienne;

– des restrictions budgétaires dans les pays européens favorables aux projets de concession et de PPP (partenariat public / privé) très rentables pour le groupe (18% du chiffre d'affaires mais 77% du résultat opérationnel);

– Situation financière saine avec un endettement en recul malgré la croissance externe;

– culture d'entreprise forte et forte proportion d'employés;

– Forte augmentation du dividende de 2018, à 2,4 €.

Eiffage – Les points à voir

– une très forte exposition en France, où 80% du chiffre d'affaires et 90% du résultat opérationnel sont toujours générés;

– Dans la branche concession: recouvrement de trésorerie limité dû au poids de la minorité Macquarie (50% du capital – 1%) – ralentissement du trafic de voitures et de camions sur les autoroutes APRR, entraînant une forte diminution du le titre de la valeur boursière;

– marges importantes entre construction, infrastructures, énergie (moins de 5%) et concessions (48%);

– Partie d'activité sensible aux conditions économiques, aux taux d'intérêt (coût du crédit) et au climat (plus ou moins propice au lancement de chantiers de construction);

– sensibilité de la bourse aux déclarations du concurrent Vinci;

– Progrès en cours du plan stratégique Eiffage 2020 avec une croissance des revenus résultant d'acquisitions d'un tiers;

– vers des acquisitions de niches technologiques d'un montant de 1 milliard d'euros et des spéculations sur une constitution du capital de Getlink (5,03%), dans le cadre desquelles le groupe souhaite prolonger la durée moyenne de ses concessions;

– Evolution de la prise de contrôle de la capitale de l'aéroport de Toulouse, dont Eiffage est le négociateur exclusif, de 49,99% de la prise de contrôle de la concession RCEA (Route Centre-Europe-Atlantique) dans le Combineer et de la reprise du Participation minoritaire des Abertis à Sanef (Gascogne);

– objectif 2019 relatif à la croissance et aux résultats des nouvelles entreprises;

– valeur non opérationnelle, salariés détenant plus de 13% du capital, avant Blackrock (10,1%) et après Amundi (13,4% et près de 21% des droits de vote).

Construction – Construction

Les indicateurs sont rouges pour le secteur de la construction. Au premier trimestre, les mises en chantier ont chuté de près de 8% sur une base annuelle. Cette légère amélioration par rapport à février 2019 (-10%) résulte d'une légère amélioration du logement collectif. Les mises en chantier de maisons unifamiliales ont diminué de 9,4% au cours de la période.

En 2018, les mises en chantier ont diminué de 7%, en deçà de 400 000, pour s'établir à 398 100 unités. En ce qui concerne les permis de construire, ils ont diminué de 7,1% à 460 500. Ces évolutions négatives sont le résultat d’une série de facteurs pour le secteur: notamment les mesures d’économie de 800 millions d’euros imposées à HLM, une augmentation de la TVA sur les logements neufs (de 5,5% à 10%). , l'abolition du programme d'investissement locatif de Pinel dans les petites villes et les zones rurales, et dans les mêmes zones, révisé à un prêt à taux zéro (PTZ). Un autre facteur cyclique s’ajoute: à l’approche des élections municipales, de nombreux maires ont raccourci la distribution des permis de construire pour satisfaire leurs citoyens.