Rachat De Credit

rachat de crédits: Lyondellbasell Industries N.V. (LYB) Transcription de l'appel des résultats du troisième trimestre 2019 -Simulation


Source de l'image: The Fool Motley.

Lyondellbasell Industries N.V. (NYSE: LYB)
Appel des résultats du troisième trimestre 2019
1er novembre 2019, 11h00 HE

Contenu:

  • Commentaires préparés
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

opérateur

Bonjour et bienvenue à la téléconférence de LyondellBasell. (Instructions pour l'opérateur) Après la présentation d'aujourd'hui, nous aurons une séance de questions et réponses. (Instructions de l'opérateur)

Je souhaite maintenant transférer la conférence à M. David Kinney, directeur des relations avec les investisseurs. Monsieur, vous pouvez commencer.

David KinneyDirecteur des relations investisseurs

Merci bretagne Bonjour et bienvenue à la téléconférence de Lyecell, troisième trimestre de 2019. Je suis accompagné aujourd'hui de Bob Patel, notre directeur général; et Thomas Aebischer, notre directeur financier.

Avant de commencer la discussion d'affaires, je voudrais souligner qu'un diaporama fait partie de l'appel d'aujourd'hui et est disponible sur notre site Web à l'adresse www.lyondellbasell.com. Nous discuterons aujourd'hui de nos résultats commerciaux en nous référant à des déclarations prospectives et à des mesures financières non définies par les PCGR. Nous estimons que les déclarations prospectives sont basées sur des hypothèses raisonnables et que les mesures alternatives sont utiles aux investisseurs. Néanmoins, les déclarations prospectives sont soumises à un risque et à une incertitude importants. Nous vous encourageons à en apprendre davantage sur les facteurs pouvant entraîner des différences dans nos résultats réels en consultant les avertissements figurant dans les diapositives de la présentation dans nos archives réglementées, disponibles à l'adresse www.lyondellbasell.com. / investorrelations.

Les rapprochements des mesures financières non définies par les PCGR avec les mesures financières définies par les PCGR, ainsi que d’autres informations à fournir, y compris la publication des résultats, sont également disponibles sur notre site Web. Enfin, je voudrais signaler qu’un enregistrement de cet appel sera disponible par téléphone de 14 h 00, heure normale de l’Est aujourd’hui à 23h59, heure de l’Est le 1er décembre, en appelant le 888-568-0509 aux États-Unis et le 203-369-3479. en dehors des États-Unis. Le mot de passe pour les deux numéros est 5713.

Lors de l'appel d'aujourd'hui, nous nous concentrerons sur les résultats du troisième trimestre, l'environnement actuel, nos perspectives à court terme et actualiserons nos initiatives de croissance. Cela dit, je veux maintenant transférer l'appel à Bob.

Bhavesh V. PatelDirecteur

Merci Dave. Bonne journée à tous ceux qui participent au monde entier et merci de participer à notre appel pour le troisième trimestre. Commençons par la diapositive 3 et regardons les faits saillants du troisième trimestre. Lors de notre journée des investisseurs en septembre, nous avons souligné à quel point notre portefeuille de sociétés leader et privilégié était prêt à offrir une performance résiliente et des flux de trésorerie solides dans différentes conditions de marché. Notre société a respecté cet engagement au troisième trimestre avec 1,9 milliard de dollars de trésorerie provenant des activités opérationnelles.

Notre BAIIA au troisième trimestre de 1,5 milliard de dollars représente une baisse d’environ 4% par rapport au deuxième trimestre et de 13% par rapport à l’année précédente. Le bénéfice du troisième trimestre a été de 2,85 dollars par action, ce qui représente une amélioration de 6% par rapport au trimestre précédent. C’est notre troisième trimestre consécutif de hausse du bénéfice par action. L’avantage d’abondantes matières premières liquéfiées au gaz naturel continue de profiter à nos activités nord-américaines. La demande pour nos produits non durables, dictés par le consommateur, reflétait la vigueur saisonnière typique avec une augmentation de 5% de nos ventes mondiales de polyéthylène et de polypropylène par rapport à la seconde. quart.

Les marchés axés sur l'industrie pour les produits durables ont enregistré des marges et une demande plus faibles en raison de l'incertitude des échanges. Malgré les conditions de marché difficiles, notre portefeuille d'activités s'est bien comporté au cours du trimestre et a continué de générer efficacement un excellent flux de trésorerie.

Passons à la diapositive 4 et examinons notre approche pour optimiser le rendement de cette génération de trésorerie. Nous avons suivi une stratégie d’allocation du capital cohérente et disciplinée qui offre un équilibre durable entre une croissance axée sur la valeur et des rendements élevés pour les actionnaires. Nos investissements de croissance dans de nouvelles capacités vont bon train et notre capacité de production de polyéthylène Hyperzone est en cours d'utilisation. Nous prévoyons maintenant que le volume des ventes augmentera au premier trimestre de 2020 et que la rentabilité augmentera au cours de l'année.

Les coûts du projet sont estimés à environ 900 millions de dollars. Ce projet reste très attrayant en raison de notre position privilégiée dans le secteur des matières premières en Amérique du Nord et de la technologie différenciée qui fournira de nouveaux produits de haute qualité à nos clients. Au cours de notre récente Journée des investisseurs, vous avez été nombreux à visiter la construction de notre nouvelle usine d’oxyde de propylène sur deux sites en dehors de Houston, à Channelview et à Bayport. Nous continuons de penser que cette centrale sera achevée au cours du second semestre de 2021 et qu’elle augmentera encore notre génération de trésorerie en 2022.

L'encadré à droite de la diapositive illustre nos progrès dans le domaine des opportunités supplémentaires générées par la valeur. Fin septembre, nous avons étendu notre relation à long terme avec Enterprise, en tant que client pilier de leur deuxième usine de déshydrogénation du propane, qui démarrera en 2023. Ce contrat fournit à LyondellBasell une livraison supplémentaire de propylène dans des conditions d’économie reposant sur les coûts afin de soutenir la croissance de notre capacité en aval d’oxyde de propylène.

Plus tôt en septembre, nous avions annoncé un protocole d’accord avec le groupe Liaoning Bora en vue de la création d’une entreprise commune qui élargirait rapidement notre réseau mondial d’oléfines et de polyoléfines en Chine. Le projet offre à LyondellBasell une présence de production locale sur un marché en croissance plus de deux fois supérieure au PIB mondial. Plus de 50% de ce projet est terminé et devrait commencer en 2021.

Enfin, nous avons fait une offre en juillet qui a entraîné l’achat d’environ 9,5% de nos actions en circulation pour 3,1 milliards de dollars. Ces actions démontrent notre discipline et notre détermination à trouver un équilibre entre croissance et rendements substantiels pour nos actionnaires.

Passons à la diapositive 5 et discutons de nos résultats en matière de sécurité. L'accent que nous mettons sur le travail en toute sécurité fait partie intégrante de notre culture. Ce n'est jamais pris pour acquis. Nous sommes conscients que nous devons travailler chaque jour pour développer des processus et des comportements qui favorisent les performances de sécurité élevées de nos employés, de nos sous-traitants, de nos communautés et de nos partenaires commerciaux. Nous continuerons de nous concentrer sur la sécurité, car nous pensons que c'est la base de tout ce que nous faisons.

Passons à la diapositive 6, où nous soulignons les activités de LyondellBasell dans la promotion de notre programme de développement durable. Dans la même semaine que notre Investor Day en septembre, nous avons publié notre deuxième rapport annuel sur le développement durable. Ce rapport sur notre site Web décrit vos objectifs et les progrès réalisés l’année précédente. Notre société développe également des modèles commerciaux innovants qui favorisent l'économie circulaire. Outre nos activités de recyclage de PE et de PP mécaniques et l'utilisation de matières premières biosourcées pour la production de nouveaux plastiques, nous avons annoncé le mois dernier la construction d'une nouvelle installation pilote en Italie pour notre technologie de recyclage moléculaire MoReTec. Nous allons de l'avant avec ces trois modèles d'entreprise pour accroître la circularité et développer des plates-formes commerciales durables et rentables au cours de la prochaine décennie.

Il est important de rappeler que les plastiques offrent de nombreux avantages à la société et nous continuerons à le faire à l'avenir. Cependant, nous devons nous attaquer au problème des déchets plastiques. Nous nous sommes engagés à lutter sans perte de granulés de plastique dans nos installations de production et nous mettons en place des solutions significatives pour prévenir les fuites de plastique dans l'environnement grâce à l'Alliance pour éliminer les déchets de plastique. De plus, notre société s'efforce de réduire de 15% ses émissions de dioxyde de carbone d'ici 2030.

Nous espérons que vous, investisseurs et parties prenantes, prenez le temps de lire notre rapport de développement durable et de nous faire part de vos commentaires sur nos progrès. Et maintenant, Thomas donnera plus de détails sur nos faits saillants financiers pour le troisième trimestre.

Thomas AebischerDirecteur financier

Merci Bob et bonne journée à tous. Passez à la diapositive 7, où vous pouvez voir comment notre revenu a augmenté au cours des trois derniers trimestres. Comme Bob l'a dit, le bénéfice de 2,85 dollars par action a été soutenu au troisième trimestre par la forte demande saisonnière de nos produits tirée par les consommateurs, ainsi que par nos importants rachats d'actions. Les résultats du troisième trimestre incluent un avantage hors caisse de 85 millions de dollars provenant du règlement de positions d’années d’imposition précédentes, ce qui a permis d’augmenter les bénéfices de 0,25 $ par action.

Les coûts d'intégration liés à l'acquisition de Schulman au troisième trimestre ont eu une incidence de 33 millions de dollars, ou 0,10 $ par action, sur le bénéfice net. Nous avons acheté 37 millions d’actions au troisième trimestre.

Examinons maintenant de plus près notre rendement en trésorerie cohérent et efficace de la diapositive 8. Nos sociétés ont généré un revenu en espèces provenant des activités d’exploitation de 5 à 6 milliards de dollars au cours des quatre années civiles précédentes et de 5 milliards de dollars au cours des 12 derniers mois. Avec 1,1 milliard de dollars nécessaires pour maintenir les dépenses en immobilisations, nos revenus de trésorerie liés aux opérations libres ont été de 13,2% au cours des 12 derniers mois.

La diapositive 9 décrit notre génération de flux de trésorerie et notre engagement au cours du troisième trimestre très actif pour notre service financier. Les flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation ont en effet doublé notre solde d’ouverture de 1,9 milliard de dollars. La dette nette a augmenté de 1,7 milliard de dollars au troisième trimestre, alors que le calendrier de l’augmentation de la dette correspond à notre offre de juillet. Vous vous souviendrez que nous avons investi environ 1,9 milliard de dollars en espèces dans l’acquisition de A. Schulman l’année dernière.

Au troisième trimestre, nous avons dépensé 1 milliard USD en euro-obligations en deux tranches et utilisé le produit de la vente pour rembourser un emprunt à terme et la partie de notre passif à court terme. Le taux du coupon pour les billets était le plus bas de l'histoire de notre société avec 0,875% et 1,625% pour une durée de 7 et 12 ans respectivement. À la fin de septembre, nous avions payé 1 milliard de dollars en billets de 30 dollars en octobre. Le taux de coupon de 4,2% sur ces billets est également le plus bas de l'histoire de la société obligataire américaine de cet appel d'offres. Nous utilisons ce revenu pour rembourser des dettes à court terme.

Comme mentionné précédemment, au cours du troisième trimestre, nous avons acheté 37 millions d’actions et versé des dividendes, ce qui a rapporté un total de 3,6 milliards de dollars aux actionnaires. Au troisième trimestre, les investissements se sont élevés à environ 740 millions de dollars, dont environ 60% dans des projets de croissance rentable, le rappel étant affecté à la détention de capital. Notre investissement dans la croissance a augmenté depuis le deuxième trimestre et nous prévoyons une tendance similaire pour le reste de l’année, à mesure que nous achèverons notre usine Hyperzone PE et accélérerons les activités de construction de notre nouvelle usine PO / TBA à Houston. Le trimestre s'est terminé avec environ 1,1 milliard de dollars d'investissements liquides et liquides.

La diapositive 10 illustre les échéances de nos dettes à long terme après l’édition d’octobre. Les deux offres d'obligations récentes ont réduit notre coût moyen pondéré de la dette de 42 points de base. Nous avons un profil de maturité équilibré qui réduit le risque de refinancement et permet à la société de bénéficier d’une présence constante sur les marchés des titres à revenu fixe américains et en euros.

Passons à la diapositive 11 et examinons notre approche disciplinée du déploiement de capital dont nous avons discuté en détail lors de notre journée des investisseurs. Le principe de notre stratégie d’allocation du capital est resté le même. Nos entreprises génèrent des flux de trésorerie énormes. Tout d'abord, nous nous sommes engagés à obtenir un dividende fort et progressif. Nous ferons des investissements qui soutiendront notre fiabilité de production et augmenterons notre empreinte sur les actifs. Nous nous efforcerons de créer des opportunités de croissance inorganique axées sur la valeur et de récupérer des excédents de trésorerie grâce à des rachats d’actions. Tous ces points de décision sont confortés par notre attachement à la flexibilité offerte par nos notations de qualité des investissements.

Merci beaucoup et je vais renvoyer l'appel à Bob. Merci

Bhavesh V. PatelDirecteur

Merci Thomas. Comme beaucoup d’entre vous le savent, Thomas prendra sa retraite dans les prochaines semaines. Je voudrais saisir cette occasion pour remercier Thomas pour son travail acharné au cours des quatre dernières années en vue de renforcer et d’améliorer notre organisation financière. Ses contributions au développement de notre stratégie de croissance et son leadership dans la normalisation de divers processus. Je souhaite tout le meilleur à Thomas et à sa famille. Je tiens particulièrement à remercier Thomas pour sa permission de nous aider à gérer une transition réfléchie pour son successeur, Michael McMurray, qui a rejoint la société en tant que vice-président exécutif et chef de la direction financière le mardi 5 novembre.

Michael nous a rejoint après avoir occupé le poste de CFO pour Owens Corning dans une carrière de plus de 30 ans dans divers postes au sein des finances, de la trésorerie et des relations avec les investisseurs chez Owens Corning et Royal Dutch Shell. J'espère que vous venez tous avec moi pour souhaiter la bienvenue à Michael à LyondellBasell.

Passons maintenant à la diapositive 12 et voyons notre rendement BAIIA pour le troisième trimestre. Notre empreinte mondiale et notre portefeuille d'activités diversifié continuent de faire preuve de force et de résilience dans un environnement de marché difficile. Le BAIIA pour le troisième trimestre était de 1,5 milliard de dollars. La rentabilité de la production intégrée de polyéthylène est restée forte en Amérique du Nord et en Amérique du Sud, avec des marges de référence de l’industrie de l’ordre de 700 à 600 USD par tonne au troisième trimestre.

Au cours du trimestre, nous avons maintenu des taux de traitement du pétrole brut élevés à notre raffinerie de Houston et bénéficié d’une amélioration des marges par rapport au deuxième trimestre. Plusieurs de nos activités chimiques intermédiaires sont principalement le styrène, qui souffre de faibles marges en raison d’une demande industrielle modérée sur un marché bien approvisionné.

Commençons par le segment des oléfines et des polyoléfines (Amériques) présenté à la diapositive 13. Le BAIIA du troisième trimestre était de 653 millions de dollars, soit une hausse de 18 millions de dollars par rapport au deuxième trimestre. La rentabilité a été stimulée par la vigueur de la demande mondiale et par notre capacité à tirer profit des fluides de gaz naturel abondants et abordables grâce à l'optimisation de nos ressources.

Les résultats des oléfines ont augmenté de 120 millions de dollars par rapport au deuxième trimestre. Les marges ont augmenté en raison de la hausse des prix de vente de l'éthylène et de la baisse des coûts des matières premières. L'exploitation de l'éthylène a diminué de 80% à la suite d'un changement de maintenance planifié que nous avons effectué dans notre usine de Clinton, Iowa, au troisième trimestre.

Comme les prix du propane et du butane ont chuté de près de 20% au troisième trimestre, nous avons tiré parti de la grande flexibilité des matières premières de notre flotte de six craqueurs d'éthylène aux États-Unis. Nous avons augmenté l'utilisation de propane et de butane au troisième trimestre de près de 10 points de pourcentage, pour atteindre 35%. Les résultats des polyoléfines ont diminué d’environ 100 millions de dollars au troisième trimestre. Le polyéthylène réparti sur les prix de l'éthylène a diminué d'environ 220 dollars par tonne, en partie à cause des coûts plus élevés de l'éthylène et de la baisse des prix des polymères.

Les volumes de polyoléfines ont augmenté en raison d'une augmentation des exportations de polyéthylène. Nous nous attendons à ce que le quatrième trimestre suive les tendances saisonnières typiques avec une demande réduite, car les clients subissent des pertes liées aux vacances et tentent de réduire leurs stocks à la fin de l'année. Maintenant que près de 80% de la nouvelle capacité de polyéthylène américaine est sur le marché, le moment est venu d'examiner l'impact de la nouvelle capacité et des prix du polyéthylène.

La diapositive 14 illustre les variations trimestrielles des prix contractuels pour l’industrie nord-américaine du polyéthylène au cours des cinq dernières années. Les barres vertes indiquent des augmentations, les barres oranges indiquent des diminutions. L'amplitude et la volatilité des variations de prix au cours des années 18 et 19 ont été relativement modérées par rapport aux quatre années précédentes. La variation de prix nette déclarée au cours des trois premiers trimestres de 2019 a même été nulle.

Les statistiques de l'industrie indiquent que les jours de vente des stocks ont diminué en septembre, les ventes à l'exportation représentant désormais 35% de la production. L'augmentation des exportations, la diminution des stocks et la baisse des prix, impliquent que les nouvelles capacités répondent à la demande du marché mondial. Nous pensons que la nouvelle capacité provoquera des fluctuations à court terme, en particulier sur les marchés locaux. Cependant, nous pensons que la nouvelle capacité est finalement nécessaire et que les marchés mondiaux du polyéthylène restent relativement équilibrés, offrant une bonne rentabilité aux producteurs privilégiés tels que LyondellBasell.

Passez maintenant à la diapositive 15 pour visualiser les performances de notre segment des oléfines et des polyoléfines en Europe, en Asie et à l’international. Le BAIIA s'est établi à 291 millions de dollars au troisième trimestre, soit une diminution de 40 millions de dollars par rapport au deuxième trimestre. Les résultats d’exploitation sous-jacents ont été influencés par les marges plus faibles de la chaîne du polyéthylène, mais ont été soutenus par une demande vigoureuse de polyoléfines. Les résultats des oléfines ont diminué d’environ 10 millions de dollars en raison d’une légère baisse des volumes. Les résultats combinés des polyoléfines étaient comparables à ceux du trimestre précédent. Le volume de polyéthylène a augmenté de 10% au deuxième trimestre. Après une pause dans la seconde moitié de juin, les clients sont revenus sur le marché.

Les marges de polyéthylène ont diminué pour compenser l'amélioration du volume. Les modestes réductions de la marge de nos coentreprises ont entraîné une baisse du bénéfice tiré des actions d’environ 15 millions de dollars. Nous prévoyons que le quatrième trimestre suivra la même tendance saisonnière que celle des Amériques, avec une baisse de la demande en fin d’année.

Passez à la diapositive 16. Regardons notre segment des produits intermédiaires et dérivés. Le BAIIA du troisième trimestre s'est établi à 390 M $, en baisse de 58 M $ par rapport au trimestre précédent. Les résultats ont été influencés par une diminution des marges résultant d'un marché bien approvisionné pour nos activités chimiques intermédiaires, mais renforcée par la forte rentabilité saisonnière d'Oxyfuels. Les résultats des produits chimiques intermédiaires ont diminué de 95 millions de dollars par rapport au deuxième trimestre en raison d’une baisse de la marge dans toutes les activités, principalement le styrène. Nous avons commencé la maintenance programmée de notre usine Acetyls à La Porte au troisième trimestre, ce qui réduira les volumes des troisième et quatrième trimestres.

Les résultats concernant les carburants à l'oxygène et les produits connexes ont progressé de près de 30 millions de dollars, en raison de la hausse de la prime liée aux mélanges d'essence et de la baisse des prix des matières premières de butane. Les marges d'Oxyfuels ont chuté en octobre avec une demande d'essence plus faible à la fin de la saison estivale. Nous prévoyons des baisses saisonnières typiques au quatrième trimestre pour le segment et une pression continue exercée par un marché bien approvisionné.

Passez maintenant à la diapositive 17 pour afficher les résultats de notre segment Solutions avancées de polymères. Le BAIIA du troisième trimestre s'est établi à 102 millions de dollars, soit une diminution de 18 millions de dollars par rapport au trimestre précédent. Les résultats ont été influencés par des coûts d’intégration plus élevés et par la persistance de facteurs défavorables dans le secteur automobile, partiellement compensés par une légère amélioration de la demande en construction. Les résultats incluent des coûts d'intégration de 43 millions USD pour le troisième trimestre, qui ont eu un impact sur le bénéfice de 0,10 USD par action.

Les résultats en matière de composition et de solution sont restés relativement inchangés en raison de la faiblesse du marché automobile. Les résultats du polymère avancé ont augmenté de 10 millions de dollars. La performance du troisième trimestre a été soutenue par l'amélioration de la demande saisonnière du marché des toits. Notre équipe progresse continuellement dans ses efforts d'intégration. En fait, nous avons augmenté notre objectif de synergie de coûts semestriel de 50 millions de dollars pour atteindre un total de 200 millions de dollars. À la fin du troisième trimestre, nous avons réalisé des synergies de coûts avec un taux d’intérêt annuel d’environ 125 millions de dollars. Nous prévoyons que la rentabilité du secteur continuera d’affecter les tendances saisonnières normales, l’incertitude des échanges et les perturbations de la main-d’œuvre, et que nos activités continueront probablement de suivre l’optique générale de ce marché.

À propos de la diapositive 18. Discutons des résultats pour notre segment de raffinage. Le BAIIA s’est amélioré de 60 millions de dollars au deuxième trimestre pour atteindre un montant négatif de 6 millions de dollars au troisième trimestre. Nous continuons à démontrer les avantages de notre programme de fiabilité à la raffinerie de Houston, avec un débit brut atteignant 264 000 barils par jour, fonctionnant à 99% de la capacité de typage du trimestre. Notre raffinerie de Houston traite des pétroles bruts fortement acides provenant du Mexique, du Canada et d’autres endroits.

Au troisième trimestre, les marges de raffinage ont bénéficié d'une amélioration des marges de diesel et de réductions plus importantes de la proportion de pétrole brut lourd que nous avons achetée sur le marché libre à Houston. Le marché américain du raffinage a été mis à l'épreuve par les perturbations mondiales de l'offre de pétrole brut lourd, entraînant une série de pertes trimestrielles dans notre secteur du raffinage.

En septembre, notre rentabilité a également été influencée par les augmentations inhabituelles des prix du pétrole brut brut au Mexique. Ces décisions en matière de prix nous ont amenés à utiliser davantage de pétroles bruts de remplacement pour la réalisation à long terme de nos activités de raffinage. À mesure que la mise en œuvre du règlement sur le carburant marin 2020 de l'OMI se rapprochera, nous prévoyons une amélioration continue de la marge de nos résultats de raffinage au cours du quatrième trimestre. Nous sommes bien placés pour tirer parti de cette modification législative en convertissant le pétrole brut à haute teneur en soufre en carburants marins plus écologiques.

Passez à la diapositive 19 car nous avons examiné les résultats de notre secteur de la technologie. Le BAIIA s’est établi à 83 millions de dollars au troisième trimestre, soit une diminution de 24 millions de dollars par rapport au trimestre précédent. Le modèle commercial de notre secteur technologique repose sur la concession de licences de technologies de production de polymères et la vente de catalyseurs. Les conditions contractuelles individuelles et le calendrier des étapes du projet déterminent le rythme des revenus de licence pour la société.

Au troisième trimestre, nous avons enregistré moins de jalons de licences que le trimestre précédent, ce qui a entraîné un BAIIA moins élevé. Le volume des ventes de catalyseur et l'activité de licence devraient être importants au cours du quatrième trimestre.

Permettez-moi de résumer les résultats de ce trimestre sur la diapositive 20. Au cours du trimestre, nous avons augmenté notre bénéfice à 2,85 $ par action. Notre rentabilité demeure forte et les activités d'exploitation ont généré des flux de trésorerie de 1,9 milliard de dollars. Notre société offre des performances résilientes sur un marché difficile, où les incertitudes commerciales et le manque de confiance dans le secteur industriel ont réduit la demande pour nombre de nos produits. Le cycle très attendu du polyéthylène a maintenant commencé avec environ 80% de la capacité des États-Unis maintenant en ligne.

Le polyéthylène se répand sur le naphta en Asie approchent du minimum de 10 ans. Comme les stocks sont en grande partie en stock, toute amélioration de la confiance des industriels est susceptible de renverser et de revigorer ces tendances, ce qui devrait resserrer les marchés et les marges. En plus des améliorations du marché, LyondellBasell dispose de sources tangibles de croissance de ses flux de trésorerie, indépendantes du climat du marché. En octobre, la mise en œuvre imminente du règlement sur le carburant marin 2020 de l'OMI a entraîné des différences favorables entre le pétrole brut et des écarts de diesel plus élevés, ce qui a amélioré la rentabilité de notre société en octobre.

Nous allons augmenter notre capacité de production de polyéthylène et réduire nos investissements dans l’année à venir avec l’achèvement de notre nouvelle usine Hyperzone. Avec des revenus plus élevés et des dépenses en capital plus faibles, nous nous attendons à ce que des flux de trésorerie supplémentaires soutiennent davantage notre dividende sécurisé et le rachat opportuniste d’actions propres. Nous continuons de promouvoir nos objectifs de croissance en recherchant un nouveau partenariat en Chine et un accord de fourniture de propylène avec Enterprise.

En bref, nous utilisons notre portefeuille de premier plan dans des positions privilégiées pour soutenir des investissements disciplinés qui devraient générer une valeur durable pour nos investisseurs.

Nous sommes heureux de répondre à vos questions maintenant.

Questions et réponses:

opérateur

Merci Nous commençons maintenant notre session de questions et réponses. (Instructions pour l'opérateur) Notre première question vient de Duffy Fischer de Barclays. Votre ligne est maintenant ouverte.

Duffy FischerBarclays – Analyste

Oui Bonjour les hommes.

Bhavesh V. PatelDirecteur

Bonjour

Duffy FischerBarclays – Analyste

La première question est que, si vous regardez quelques-uns des conseillers les plus importants de cette salle, ils auraient intégré des marges en polyéthylène qui durent plus ou moins jusqu'en 2020. Évidemment, vous obtenez leurs données et les analysez. Où penses-tu qu'ils ont tort? En quoi sont-ils trop punitifs, car ils seraient plus négatifs que votre vision du polyéthylène?

Bhavesh V. PatelDirecteur

Eh bien, Duffy, tout d’abord, si vous examinez l’environnement actuel du marché et le déclin antérieur. Du côté de la demande, nous avons déjà beaucoup d'incertitude qui a influencé la demande. Quand on pense au secteur automobile, aux incertitudes commerciales, à la peur de la récession, au Brexit, etc. Ils ont pesé à la demande tout au long de l'année et nous avons assisté à une réduction des stocks. Nous pensons donc que du côté de la demande, nous avons déjà constaté un certain recul. Et pour répondre à votre question sur ce qui pourrait leur faire défaut, si vous – je voudrais souligner la propagation entre Asia-P et le naphta, elle avoisine les 300 $ la tonne et si vous regardez au cours des 10 dernières années, elle a atteint son point le plus bas. me semble – cela pointe vers une gouttière et des marges en polyéthylène.

opérateur

(Instructions pour l'opérateur) Et notre prochaine question vient de Kevin McCarthy de Vertical Research Partners. Votre ligne est maintenant ouverte.

Kevin McCarthyPartenaires de recherche verticaux – analyste

Oui Bob, quelques questions sur la raffinerie. Vous faites référence à OMI 2020. Pouvez-vous discuter de l'impact attendu de cet événement? Cela affecte-t-il la façon dont vous gérez vos actifs dans le domaine de l’ardoise avec des catalyseurs, une combinaison de produits et comment l’unité s’est-elle déroulée en octobre, s'il vous plaît?

Bhavesh V. PatelDirecteur

Donc, l'unité a très bien fonctionné en octobre. Et si vous vous souvenez de nos conversations précédentes, l'OMI a plusieurs conséquences pour nous. La première est que nous bénéficierons d’une différence plus importante entre le plus léger et le plus lourd, ce qui signifie que les bruts acides connaîtront moins de demande, car toutes les raffineries ne répondent pas aux nouvelles spécifications. Nous avons également besoin de voir des spreads de distillats plus larges, des spreads de diesel. Nous pouvons déjà le voir, en partie en octobre. Donc, pour vous donner un point de référence, le September Maya 2-1-1 se situait autour de 14,60 $, la moyenne en octobre est maintenant de 21,30 $. Nous avons donc constaté une amélioration d’environ 6,50 dollars dans Maya 2-1-1 de septembre à octobre.

Nous pensons que lorsque nous entrons l'année prochaine. Nous avons une influence considérable sur cette amélioration ou l’élargissement de la lumière dans le différentiel léger-lourd. En ce qui concerne le positionnement de nos raffineries, vous vous souviendrez également que nous avons achevé toutes nos activités de redressement. L’année prochaine, notre raffinerie n’aura donc pas une activité de redressement majeure. Nous sommes donc prêts à fonctionner à plein régime l'année prochaine et nous faisons de notre mieux pour acheter le pétrole brut le plus compétitif qui convient à notre raffinerie et nous continuerons à nous concentrer sur cela. Je pense donc que nous sommes vraiment bien positionnés et que nous pensons tirer parti du volume de 950 millions de barils que nous traitons et de 95 millions de barils que nous traitons. Ainsi, chaque dollar a un impact assez important pendant une année lorsque vous multipliez par 95 millions de barils.

opérateur

Merci Et notre prochaine question vient de David Begleiter de Deutsche Bank. Votre ligne est maintenant ouverte.

David BegleiterDeutsche Bank – Analyste

Merci Bonjour Bob, uniquement chez Hyperzone, vous pouvez déterminer si la contribution attendue de l'EBITDA restera la même. Comment allez-vous semer vos volumes qui – comment vont ces progrès? Et les coûts ont finalement augmenté pour le projet. Merci

Bhavesh V. PatelDirecteur

Oui Donc, à propos des intervenants – d'abord le calendrier des réunions. Donc, en ce qui concerne les coûts, effectivement, il a augmenté, nous affichons actuellement environ 900 millions de dollars de dépenses d'investissement. Toujours très compétitif par rapport aux factures récentes. En fait, je dirais toujours mieux que la moyenne du marché de ce que nous pouvons dire. En ce qui concerne la planification, nous mettons actuellement en service différentes parties de l'usine et nous prévoyons de commencer la production très tard dans l'année ou au début de l'année prochaine. En ce qui concerne la contribution à l'EBITDA, elle augmentera jusqu'à l'année prochaine, à mesure que nous démontrerons la production et commencerons à démontrer les types de produits que l'usine peut fabriquer. Mais il est très typique des nouveaux départs que vous ayez des hauts et des bas au début et que vous fassiez des essais hors spécifications tout en essayant de prouver la technologie. Certes, nous aurions certainement d’ici la fin de l’année bon nombre des produits que nous avions à l’esprit produire cette technologie différenciée.

opérateur

Merci Et notre prochaine question vient de PJ Juvekar de Citi. Votre ligne est maintenant ouverte.

PJ JuvekarCiti – Analyste

Oui Bonjour, bonjour Bob.

Bhavesh V. PatelDirecteur

Bonjour

PJ JuvekarCiti – Analyste

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre terre d'ardoise sur la côte du golfe? Vous avez parlé de stimuler les rations de propane et de butane. Un de vos concurrents est allé à zéro naphta. Donc, avec votre accord sur le propylène avec Enterprise, vous pouvez devenir encore plus léger. Pouvez-vous simplement parler de la façon dont votre produit de base évolue et que voyez-vous?

Bhavesh V. PatelDirecteur

Welnu, PJ, allereerst, op basis van onze overweging van de grondstof tot nu toe heeft de hoeveelheid propyleen die we produceerden niet echt de grondstofbeslissing gedreven. Het gaat meer om de relatieve prijs en relatieve economie. Misschien heeft de prijs van propyleen meer impact dan de hoeveelheid volume die we produceren, omdat we onze flexibele eenheid hebben, waar we ook ethyleen kunnen omzetten in propyleen als we meer propyleen nodig hadden dan economisch zinvol was. Zoals ik al eerder zei, verhoogden we het kraken van butaan en propaan tot 35%. En ik denk dat we dat misschien wat meer kunnen rekken. Het belangrijkste punt met betrekking tot de flexibiliteit van grondstoffen is dat ik denk dat we met ons vermogen om zoveel mogelijk LPG en meer Y-kwaliteit te kraken, als Y-kwaliteit zuinig wordt, het volledige scala aan grondstoffen tot onze beschikking hebben om te profiteren van welke feedstockomgeving zich ook voordoet . We zien nog steeds dat ethaan echt goed wordt geleverd en goed geprijsd om het Amerikaanse voordeel te behouden, als je nadenkt over de wereldwijde kostencurve.

opérateur

En onze volgende vraag komt van Bob Koort van Goldman Sachs. Votre ligne est maintenant ouverte.

Bob KoortGoldman Sachs – Analyste

Merci Bob, ik wilde een beetje praten over kapitaalallocatie, met name herinvestering in Lyondell versus potentiële anorganische doelen. Ik denk dat we sinds de zomer een behoorlijk goede rally hebben gezien in sommige van deze cyclische namen die waarderingsniveaus leasen, maar ook eerlijk gezegd, maar kun je het hebben over de spanning tussen hoe je over M&A denkt en misschien de korte- termijnschommelingen in waarderingen op de lange termijn waarde en misschien kunt u ook spreken met de integratiekosten van Schulman en hoe die cadans eruit ziet in de toekomst? Bedankt.

Bhavesh V. PatelDirecteur

Dus Bob, allereerst, over fusies en overnames, er zijn een paar principes waaraan we ons echt houden. Een daarvan is dat we ons inzetten voor een zeer sterke rating van beleggingskwaliteit door de cyclus heen, een minimale BBB-rating na elke transactie die we als belangrijk beschouwen en die de flexibiliteit en de kracht hebben in onze balans.

Ten tweede moeten we strategisch fit zijn en we zullen zeer waardegericht, geduldig en gedisciplineerd zijn en ik denk dat we al die dingen hebben aangetoond door onze beslissingen over wat we wel en niet hebben gedaan.

Om uw punt over de spanning tussen het verwerven van onszelf en het verwerven van misschien anderen en de manier waarop ik hierover denk, is dat voor het gebruik van onze operationele cashflow. Eerst en vooral zetten we ons in voor het sterke, veilige en progressieve dividend in de loop van de tijd. En zoals we hebben aangetoond op Investor Day, is het echt goed gedekt. Door de kapitaaluitgaven met $ 1,1 miljard te handhaven, zal de organische groei afnemen. So we think we'll have excess cash flow to dedicate to opportunistic buybacks, as we progress over the next 12 to 18 months. As far as using our balance sheet, likely we would not use that for buybacks. We would consider more of that for very value-oriented M&A.

So look for us to stay discipline, stay close to our core, and constantly solve for a strong investment-grade rating. And your question about Schulman integration. The integration costs will ramp up further and Thomas — I don't know if you wanted to comment on how much will flow through 2020.

Thomas AebischerDirecteur financier

Tourner à droite So we — Thank you, Bob. So you have seen the integration costs for the third quarter where we are now at $43 million, so we made further progress in accelerating the integration of Schulman, after-tax $33 million. And so we are — we are at — We will go live with a large part of the SAP integration of Schulman into LyondellBasell in the first half of 2020 and that's virtually where integration cost will peak.

opérateur

Merci And our next question comes from Vincent Andrews from Morgan Stanley. Votre ligne est maintenant ouverte.

Vincent AndrewsMorgan Stanley — Analyst

Merci Bob, just another question on the refinery. And I guess my question is, as you've obviously improve the reliability of it and now there is the opportunity for a structural change in its and its margins are earnings power. How core to LyondellBasell is the refinery and would you consider monetizing it?

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Thanks for your question, Vincent. Well, as I've said in the past, I mean our focus has been to improve reliability and control the controllables if you will, which is run the asset really well and we're really proud of the team. At the refinery, I think they've delivered really great performance. We wanted to position ourselves for IMO 2020. I think we've done that completing our turnaround work, so that we have a clear runway for next year to operate at maximum capacity. The key focus, Vincent, at the moment is I want to see the refinery turn a profit, generate free cash flow that we can reinvest back into LyondellBasell. We're going to continue to focus on that. And in terms of portfolio, we'll continue to — we'll consider options over time. But at the moment, the key is to get the refinery to generate free cash flow.

opérateur

Merci And our next question comes from Steve Byrne from Bank of America. Votre ligne est maintenant ouverte.

Steve ByrneBank of America – Analyste

Hi Bob. You talked about both mechanical and molecular recycling and just curious, your longer term views on these, is your motivation to develop these projects to help drive a plastic recycling industry or do you think either one of them could become really meaningful contributors to your business model in say the next five years?

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Good morning, Steve. First of all, I think what's really important when we undertake this plastics debate is that we've got to close the loop. We have to prevent leakage of plastics into the environment. That's the first first objective. Then when we've collected that waste, my view is that we're going to need a range of solutions. Chemical recycling, mechanical recycling and so on and so yes, indeed our ambition is to have a platform in both areas in mechanical and chemical recycling and have a sustainable business platform over the long-term. We expect to earn returns just like we do in any other investment, where I wouldn't — where I would perhaps draw a difference here is that the timeline will be a little longer in terms of how long it takes for us to have a platform that's scalable, but we're very committed to that in both chemical and mechanical recycling and I see a path to success there.

opérateur

Merci And our next question comes from Arun Viswanathan from RBC Capital Markets. Votre ligne est maintenant ouverte.

Arun ViswanathanRBC Capital Markets – Analyste

Great. Bedankt. Bonjour My question is on polyethylene. So just wanted to get your thoughts on price evolution here. There was a $0.03 increase that the industry was able to get in September. Do you see that potentially sticking through the next quarter or two. And if so why and if not, would you expect prices to come down in December per usual kind of seasonality? What are the drivers that you're looking at to help you understand or form some outlook on polyethylene pricing? Bedankt.

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

D'accord So Arun, first I'll start with the market backdrop and in the prepared remarks, in our slides, we showed you that through the end of the third quarter, the net price change is zero. So to me that indicates that markets are somewhat balanced. We've seen reasonable amount of destocking, recent industry reports have indicated, even PE inventories have come down in the US. So the backdrop going into the fourth quarter to us feels like there's not a lot of excess inventory downstream, because of all of the factors that are — the macro factors that have created lack of confidence.

Also, I mentioned that the Asia-PE to naphtha spreads are currently at very low levels, around $300 per ton. And if you look back over the last 10 years, these are kind of trough levels when we get to this — when we get to this point on Asia-PE to naphtha spreads. So yes, we could have some seasonal pricing adjustments, like we do every year in the fourth quarter, but I don't expect extraordinary changes because we've reached some evidence of trough sort of conditions, whether you think about destocking or if you look at this PE to naphtha spread in Asia. And I think that's one that's held true, if you look back over the last 10 years.

So that's kind of how I'm thinking about things and then next year, once we get into the spring season, we'll see continued demand growth like we do every year. And you will recall that typically the growth in a year happens in the first nine months of the year. So by the time we get into the spring, we should start to feel the impact of demand growth going into 2020. So I'm quite constructive on all of this, because I think we've already had in some ways, quite a correction in terms of inventories and and margins and the evidence, I would point to is the Asia PE to naphtha spread.

opérateur

Merci And our next question comes from John McNulty from BMO Capital Markets. Votre ligne est maintenant ouverte.

Bhavesh LodayaBMO Capital Markets — Analyst

Hey, good morning, Bob. This is Bhavesh Lodaya for John.

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Bonjour

Bhavesh LodayaBMO Capital Markets — Analyst

On the Chinese JV with Bora, it appears everything is going according to plan there. Can you share kind of like what goalpost are you tracking there as you go ahead? And what gets you more comfortable in terms of making additional investments in the region?

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Well, there's few factors, especially with the Bora JV. First of all, it's — it's based on our polyolefin technology and as the construction costs are almost half of what they would be on the Gulf Coast. So those are two really important factors and construction is about 50% complete now. So by the time we have definitive agreements and we're at a point where we're going to contribute equity into the venture, it will be even more closer to start up. So all of those factors give us good confidence about the costs and the denominator in the return equation, if you will. It's product that's produced in China, for China. So it's a large growing market and we're very confident about our ability to place that product.

And as we look ahead to other investments. I think this will be a very good test case for us and build our capability in our presence locally in the region. So that if, when there are future phases in the Bora JV, we should be able to invest with confidence and grow our position in a very important market. So those are all of the factors that give us confidence in our investment, when we conclude the joint venture with Bora.

opérateur

Merci And our next question comes from Frank Mitsch from Fermium Research. Votre ligne est maintenant ouverte.

Frank MitschFermium Research — Analyst

Merci Bonjour Hey, Thomas, it was nice to work with you and certainly wish you the best for the future.

Thomas AebischerDirecteur financier

Thank you, Frank.

Frank MitschFermium Research — Analyst

Bob, as I look at the I&D business, you've had four quarters in a row of negative year-over-year comps and your LTM EBITDA is at $1.6 billion. Is this kind of base level that we should be thinking about this business or how do you think about kind of the base level of earnings of I&D. And I guess as part of that, is there anything you can offer with respect to with the pace of economic activity has been either on the industrial or consumer side that has had that impact on I&D being down, as I said four quarters in a row.

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Well, so Frank that puts and takes an I&D has been that styrene has weakened considerably as has methanol and as you know when you think about the I&D business, that's the part of the portfolio that provides the upside and when it's not there, we kind of land where we are now that's an indication of those value chains and how the demand is evolving in the styrene value chains. PO has been a bit weaker as well because of automotive. So it's been of a consistent story throughout the year and methanol has weakened as well.

Now, offsetting a better Oxyfuels business, so we've had not only better blend premiums this year, but also cheaper butane, especially in the US. So Frank, for I&D, I mean, you really have to look at this whole portfolio, because there are typically offsets, if one is doing better, the other doesn't, not that they're correlated, but we find that it's unusual if all of them were trough conditions. So difficult to really point at an exact number, but the part of our portfolio that provides upside has corrected considerably, when you think about styrene and methanol.

opérateur

Merci And our next question comes from Hassan Ahmed from Alembic Global. Votre ligne est maintenant ouverte.

Hassan AhmedAlembic Global — Analyst

Good morning, Bob.

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Bonjour

Hassan AhmedAlembic Global — Analyst

Bob, a lot of discussion around ethylene polyethylene and I think you've made your case pretty clear that most the capacity additions are behind us, things potentially could cycle up from here. Could you also give us your views on the polypropylene side of things, how are you thinking about supply demand over there and how should we be thinking about sort of 2020, I mean what sort of margins be a tailwind, headwind any sort of thoughts around that would be good?

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Sure, Hassan. So on polypropylene, there is some new capacity that's starting up next year, but our sense is that we kind of go sideways, as demand grows likely this capacity, new capacity will be absorbed and polypropylene growth rates have been pretty strong. We think those could be bolstered by an improvement in the automotive sector. I've seen this over the last 10 years that when the automotive sector comes back, you really see a big burst in demand and we saw this back in '12 and '13, we saw it in '16. so likely that will benefit PP as well. And in today's economics include or today's margins factor in a very weak automotive market, which probably has more impact on PP than PE. So, I think kind of net of more supply maybe better demand, we go sideways from '19 to '20.

opérateur

Merci And our next question comes from John Roberts from UBS. Votre ligne est maintenant ouverte.

John RobertsUBS – Analyste

Merci And best wishes as well, Thomas.

Thomas AebischerDirecteur financier

Thanks, John.

John RobertsUBS – Analyste

There is relatively little discussion about polypropylene. I assume it underperformed polyethylene, because it's more durables exposed and was Europe significantly different than the US?

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

No. You'll recall that polypropylene is really more, more of a regional market. There is some global trade, but generally there is more — it's more of a regional market. So in Europe and US, in terms of demand performance are similar, US probably a little bit better because the automotive sector has been hit much harder in Europe than it has here. And frankly, we see that more in our compounding business, where Europe is weaker. So polypropylene has been a decent business this year for us. And as I mentioned in the prior question that I see the net of sort of capacity additions in demand growth showing sideways sort of performance from this year to next.

opérateur

Merci And our next question comes from Mike Sison from Wells Fargo. Votre ligne est maintenant ouverte.

Mike SisonWells Fargo — Analyst

Hey guys, nice quarter. Bob, when you think about your outlook for the fourth quarter, you sort of talked about normal seasonal kind of declined fourth quarter versus third quarter and a lot of companies are seeing much more dire sort of outlook sequentially. So is there anything different in other polyethylene or your other markets that you're not seeing a sort of a weaker sequential decline?

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Well, I think we've already seen a lot of the destocking and then sort of weakness in our markets throughout the whole year. I mean, if you go back to Q1, Q2, trade uncertainty, recession fears, expectations of new capacity causing pricing to come down. That has all caused destocking downstream and so typically when you go into fourth quarter, you see some destocking because of year-end, but my sense is, a lot of that's already occurred, especially in polyethylene. And again, I would point you to the Asia-PE to naphtha spread and it's really showing trough conditions. So this expectation of weaker markets has been around and the sentiment has been there for most of this year and has driven buyer behavior. So other than directionally some seasonal impacts that we get every year, it's difficult to imagine there would be a lot more. And Mike, I would remind you that the fourth quarter of '18 was very weak. So it should be easy — fairly easy to beat that comp.

opérateur

Merci And our next question comes from Jeff Zekauskas from JP Morgan. Votre ligne est maintenant ouverte.

Jeff ZekauskasJP Morgan — Analyst

Thanks very much. Over the past four or five years, polyethylene globally has grown, I think pretty close to 5%. At what rate do you think it grew or it's growing in 2019?

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

So Jeff, polyethylene has grown, probably more like 4% to 4.5% in the time frame you described and this year, it's still growing kind of in that range, maybe a little bit lower. Again as I mentioned earlier with destocking happening globally and the concerns around trade and so on, I think we've seen a little bit reduction in this demand growth, but a lot of it's packaging based, so and consumable and used demand. So we're still very constructive about demand growth on polyethylene going forward.

I think it's hard to sort out this year because of the increased exports from North America, and we're going to have to see where all that polyethylene ended up at the end of things, especially after that the trade lanes Scott we adjusted after the tariffs.

opérateur

Merci And our next question comes from Jim Sheehan from SunTrust. Votre ligne est maintenant ouverte.

Jim SheehanSunTrust — Analyst

Good morning, Bob. You said earlier that return timelines in plastic waste projects might be longer than for a conventional projects. Related to that, you recently signed on to a commitment with the trade association to serve the interest of all stakeholders, not just shareholders. Could you please comment on how you would address another situation, in which a stakeholder interest might conflict with maximizing value for shareholders. For example, if a stakeholder objected to using cash for share repurchases and instead wanted you to use that cash for something else, how would you resolve the conflict? I'm just trying to understand where shareholders fit in the hierarchy of priorities?

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Indeed, well I think with stakeholders, we have to emphasize that our aim is to be a going concern that generates good results, so that we can have sustainability in our business model and we're responsible and disciplined in how we deploy the cash flow we earn, not only how we do it, but what we do with it after we earn the cash flow. And so, I would frame it in that way that it's important that we generate the results we do, keeping all stakeholders in mind and deploy the cash flow that we deploy keeping all stakeholders in mind. And I think frankly, we've done that. So I don't know that this this new commitment requires a change in our approach. I think we've been living by this in the past and we'll continue to do that in the future and as it as it relates to share repurchases, the idea is to have a really strong company over a long period of time and so we're going to be very prudent and where we invest and shareholders are a very important stakeholder constituency.

opérateur

Merci And our next question comes from Jonas Oxgaard from Bernstein. Votre ligne est maintenant ouverte.

Jonas OxgaardBernstein — Analyst

Well, thank you for squeezing me in here. When you look — you're talking about increasing export. Could you talk a little bit about what percentage of your PE is exported now, where it's going, and what kind of price realizations you get on those volumes?

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

So today Jonas, about 20% of our PE is exported. That's come up actually from low-double digits. So we've already increased our exports and I can imagine next year after we start Hyperzone that we will increase that further and approach the industry average of something like mid 30s I think in exports 30% to 35% of exports out of the US. We will likely still be under that, but approach that a little bit more as we go into next year.

opérateur

(Operator Instructions) Our next question comes from Laurence Alexander from Jefferies. Votre ligne est maintenant ouverte.

Laurence AlexanderJefferies — Analyst

Bonjour On the sustainability and circularity discussion, could you provide some initial thoughts to help you think about what the next 10 years might look like. In terms of your willingness to shift to using bio-naphtha for example in Europe, your willingness to let circularity investments, move about say 10% of capex over time. And would you be willing to buy recyclable products from other companies in order to get to a certain mix in your total portfolio over time.

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Oui So Laurence, on bio-based naphtha, that we've already demonstrated that we can crack that our investment in Germany site. And as we find more sources of that, our aim is to scale that up and I think over time based on availability of feedstock and our ability to evolve technology, I'm convinced that we're going to have very sustainable good return sort of business models. And it's been sort of the nature of our industry and our company is that first we innovate and then we get to scale, so we can earn returns. And I don't see mechanical recycling, chemical recycling, any differently, we're on the front end of this investment.

I'm fully prepared that while the investments are very modest at this point, they perhaps will have a little longer time horizon, but we'll be able to scale up at the right time and we welcome the adoption of circularity. We think it's very important as we think about the use of plastics going into the long-term. And again as I mentioned earlier, the most important imperative today is to prevent the leakage of plastic waste or plastic pellets into the environment. Then once we collect that, companies like us are endeavoring to use that waste in many different ways to create new products to close the loop and we're very committed to that and we'll continue to invest in that regard.

opérateur

Merci And our last question comes from Matthew Blair from Tudor, Pickering, Holt. Votre ligne est maintenant ouverte.

Matthew BlairTudor, Pickering, Holt — Analyst

Hey, Bob. Thanks for taking my question. So naphtha pricing is generally weak in this year relative to crude. There is the thought that it may soften more going forward and that could either come from the demand side as crackers shift to lighter feedstocks or maybe from the supply side as US shale crude production grows. Do you — what's your view on this, are you worried about naphtha getting weaker and if so, how would that affect the cost curve for PE and potential pricing for PE?

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Hey, Matthew. Bonjour Good question. So as you mentioned rightly, naphtha has already come off quite a lot and frankly that's part of what's ailing our refining performances. We don't have a reformer at the refinery, so when some of these products like naphtha and propylene and others come down in price that further directionally affects the results of the refinery. Having said all of that, I always kind of go back to historical naphtha premiums or discounts and I think we're at a point where if there is — if there is further reduction in naphtha relative to crude oil, it's hard to (Indecipherable) would be sustained. If it does, I mean there are offsets, obviously our European operations would benefit from that because naphtha would become a lot cheaper.

We also could crack more naphtha if it was advantage compared to ethane here in the US. So I mean, I think there is sort of — there's two sides to the ledger in terms of naphtha and we'll have to work our way through that. But it seems to me that a sustained step down in naphtha is more difficult to contemplate.

opérateur

Merci And that was our final question. And now I will turn the meeting back over to Mr. David Kinney.

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Well, thank you. This is Bob Patel. I will offer a few closing remarks. First of all, thanks for all the great questions. Our company is delivering resilient performance during these times of macro uncertainty, market headwinds, and weak industrial demand. At LyondellBasell, we're not simply waiting for markets to rebound. We're taking steps to further increase our cash flow, make disciplined investment decisions, and create more value for our shareholders. Thank you for your interest in our company and we look forward to updating you on our full year results and growth initiatives during our fourth quarter earnings call.

With that, we'll end the call. Hope you all have a great weekend. Merci

opérateur

(Fermer les commentaires de l'opérateur)

Duration: 61 minutes

Appelez les participants:

David KinneyDirector of Investor Relations

Bhavesh V. PatelChief Executive Officer

Thomas AebischerDirecteur financier

Duffy FischerBarclays — Analyst

Kevin McCarthyVertical Research Partners — Analyst

David BegleiterDeutsche Bank — Analyst

PJ JuvekarCiti — Analyst

Bob KoortGoldman Sachs – Analyste

Vincent AndrewsMorgan Stanley — Analyst

Steve ByrneBank of America – Analyste

Arun ViswanathanRBC Capital Markets – Analyste

Bhavesh LodayaBMO Capital Markets — Analyst

Frank MitschFermium Research — Analyst

Hassan AhmedAlembic Global — Analyst

John RobertsUBS – Analyste

Mike SisonWells Fargo — Analyst

Jeff ZekauskasJP Morgan — Analyst

Jim SheehanSunTrust — Analyst

Jonas OxgaardBernstein — Analyst

Laurence AlexanderJefferies — Analyst

Matthew BlairTudor, Pickering, Holt — Analyst

More LYB analysis

Tous les appels de revenus pour les transcriptions


Logo AlphaStreet