Rachat De Credit

rachat de crédits: Pitney Bowes Inc (PBI) – Transcription de l'appel des résultats du troisième trimestre 2019 -Simulation


Source de l'image: The Fool Motley.

Pitney Bowes Inc (NYSE: PBI)
Appel des résultats du troisième trimestre 2019
5 novembre 2019, 8h00 HE

Contenu:

  • Commentaires préparés
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

opérateur

Bonjour et bienvenue à la téléconférence de Pitney Bowes pour le troisième trimestre. (Manuel d'utilisation). Si vous avez une objection, déconnectez vos lignes pour le moment. Je souhaite maintenant présenter aux participants la téléconférence de ce jour: M. Marc Lautenbach, président et chef de la direction, M. Stan Sutula, vice-président directeur et chef de la direction financière et M. Adam David, vice-président, Relations avec les investisseurs. David va maintenant entamer la conversation avec l'aperçu de Safe Harbor.

Adam DavidVice Président Relations Investisseurs

Bonjour Cette présentation contient des déclarations prospectives sur nos performances commerciales et financières futures prévues. Les déclarations prospectives impliquent des risques et des incertitudes qui pourraient entraîner un écart considérable entre les résultats réels et nos prévisions. Vous trouverez plus d'informations sur ces risques et incertitudes dans notre communiqué de presse sur les résultats, notre rapport annuel sur le formulaire 10-K 2018 et d'autres rapports soumis à la SEC sur notre site Web www.pb.com et en cliquant sur Relations investisseurs.

Veuillez noter que nous n'assumons aucune obligation de mettre à jour les déclarations prospectives à la suite de nouvelles informations ou de nouveaux développements. Pour les mesures non conformes aux PCGR utilisées dans le communiqué de presse ou abordées dans cette présentation, vous trouverez des rapprochements avec les mesures correctives conformes aux PCGR correctes dans les tableaux de notre communiqué de presse et sur notre site Web Relations avec les investisseurs. De plus, nous avons fourni des diapositives résumant bon nombre des points que nous aborderons au cours de l’appel. Ces diapositives sont également disponibles sur notre site Web Relations avec les investisseurs.

À présent, notre président et directeur général, Marc Lautenbach, commencera par quelques remarques introductives. Mark?

Marc B. Lautenbachprésident et directeur

Merci, Adam. Et merci à tous pour votre participation. Nous avons établi un trimestre solide et l'un des meilleurs trimestres pour la croissance des revenus depuis très longtemps. Au niveau de l’entreprise, le chiffre d’affaires a progressé de 6% ce trimestre, ajusté pour tenir compte des devises et des marchés, grâce à une croissance de 20% de nos activités de commerce électronique à l’échelle mondiale et à une amélioration des performances de notre organisation mondiale de PME, que vous verrez dans notre presse de profit. Dans cette version, nous avons abrégé le nom Sending Technology Solutions ou SendTech.

Bien que nous ne prévoyions pas une croissance des revenus de 6% par trimestre, la performance du troisième trimestre montre clairement que les mesures que nous avons prises et continuerons de prendre pour transformer notre entreprise portent leurs fruits. Le transport maritime était le principal moteur du trimestre. Nos services de colis intérieurs ont augmenté les volumes de livraison et de retour de 27% au cours du trimestre pour atteindre 29 millions de colis traités. Les produits d'expédition ont représenté 38% de notre chiffre d'affaires total au troisième trimestre.

Pour mettre cela en perspective, les recettes des transports maritimes représentaient 20% de nos recettes totales il y a deux ans. Il est important d’attirer de nouveaux clients au cours du trimestre et, bien entendu, nous continuons à faire les investissements nécessaires pour élargir notre réseau afin de faire face à cette croissance importante. Comme je l'ai dit précédemment, vous devez investir pour cette croissance

Adam DavidVice Président Relations Investisseurs

Nous faisons également les investissements nécessaires pour pouvoir faire face à ce que nous nous attendons à devenir une haute saison très réussie, que nous commençons maintenant. Il est également vrai que le type de croissance que nous connaissons pose certains problèmes opérationnels. Bien que nous ayons rencontré des problèmes opérationnels dans nos activités d’exécution, nous sommes d’avis que nous avons réglé la plupart des problèmes, sinon tous, et sommes convaincus que nous sommes bien placés pour répondre aux besoins de nos clients. Les solutions technologiques d'envoi ont également généré de bien meilleures performances au cours du trimestre.

Le chiffre d’affaires du troisième trimestre a reculé de moins de 3% après correction des effets de change et des sorties de marché, soit bien mieux que les tendances récentes. En particulier, nous avons constaté que les ventes d’équipements ont augmenté dans quatre des sept principaux marchés, y compris les États-Unis. Au sein de SendTech, nous avons installé plus de 1 000 unités SendPro C depuis le lancement de ce produit il y a deux ans et jusqu'à la fin du trimestre et sommes en bonne voie pour déployer la solution SendPro C sur tous les principaux marchés autres que ceux d'Amérique du Nord d'ici six jusqu'à neuf mois.

Nous travaillons également à étendre notre empreinte physique au sein de la famille de produits SendPro auprès de notre clientèle bas de gamme au cours des prochains mois aux États-Unis. Ce sera une étape importante, car nous allons renouveler la plupart de nos produits SendTech avec une plate-forme d’expédition et de mailing moderne, une interface client conviviale et une connectivité via notre technologie IoT de classe mondiale. Nos activités de tri préliminaire ont enregistré une solide croissance de la performance de 5% au cours du trimestre et une amélioration des volumes. Les marges de Presort se sont également améliorées par rapport à la performance du premier semestre grâce aux initiatives que nous avons prises plus tôt cette année. Nous nous attendons à ce que cette tendance continue de s’améliorer.

Comme vous le savez, nous avons également vendu nos activités de logiciels et de données au cours du trimestre. Notre société de logiciels a connu une croissance en 2017 et 2018. Cela nous a permis de vendre la société pour 700 millions de dollars, ce qui était un prix attractif pour un multiple élevé. Comme je l'ai dit à maintes reprises, nous ferons de notre mieux pour créer de la valeur à long terme pour l'entreprise. Notre éditeur de logiciels s’est avéré plus utile en dehors de PB que s’il restait dans notre portefeuille. L'industrie du logiciel a été un élément essentiel de la famille PB, en particulier en aidant notre transformation numérique.

Nous restons concentrés sur l'équilibre. La majeure partie du produit net des ventes de logiciels est utilisée pour payer des dettes. Au cours des deux derniers mois, nous avons remboursé un emprunt d'une durée de trois ans. Nous avons obtenu un nouvel emprunt à terme A. l'année suivante et plus tôt ce mois-ci. Ensemble, ces actions réduiront nos tours d’endettement à court terme et fourniront un profil de maturité beaucoup plus gérable.

De plus, on ferme

Marc B. Lautenbachprésident et directeur

Sur une nouvelle facilité de crédit renouvelable qui fournira suffisamment de liquidités pour mettre en œuvre notre plan d’affaires. Nous avons un bon accès aux marchés financiers et notre équipe a bien optimisé la structure de sa dette. Stan vous guidera à travers plus de détails de ses commentaires.

Enfin, permettez-moi de commenter brièvement la cyberattaque que nous avons connue il y a quelques semaines. Voici les principaux plats à emporter. Premièrement, rien ne prouve que les données des clients ou des employés ont été compromises ou qu'elles n'ont pas été utilisées correctement. Deuxièmement, nos processus de reprise après sinistre fonctionnent et nous sommes redevenus opérationnels assez rapidement. Troisièmement et enfin, dans la mesure où l'attaque engendrait des coûts supplémentaires, nous avons une cyber-assurance qui, selon nous, devrait couvrir la prépondérance de ces coûts.

Malheureusement, ces types d'attaques sont de plus en plus répandus dans les entreprises. Cela dit, je suis heureux de la façon dont notre équipe a traité la question et surtout des réactions de nos clients. Dès le début, nous avons expliqué à nos clients ce qui se passait. Bien qu’il n’existe pas de recette simple pour faire face à de telles situations, je suis fier de l’urgence et du dévouement de notre équipe, en particulier vis-à-vis de nos clients. Nous continuerons à faire les investissements nécessaires dans le cyber et, bien entendu, nous veillerons à tirer pleinement parti de toutes les leçons pouvant être tirées de cet incident.

Le troisième trimestre a été une étape importante dans notre transformation. La croissance des revenus est fondamentale pour la transformation et dans la manière dont nous avons livré nos produits, nous avançons rapidement dans nos activités d’expédition, un portefeuille cohérent de sociétés auxquelles nous avons le droit de gagner et un bilan en bon état. Je l'ai déjà dit, les transformations ne sont jamais rapides et faciles et notre transformation ne fait pas exception. Cela dit, je suis fier des progrès accomplis par notre équipe et particulièrement du réseau et de la résilience de l’équipe.

Je m'en tiens à ça, Stan.

Stanley J. SutulaVice-président exécutif et directeur financier

Bonjour et merci pour votre participation. Nous avons progressé au troisième trimestre par rapport à nos initiatives stratégiques et avons généralement enregistré une solide performance. Avec la vente annoncée de Software, nous créons un portefeuille plus ciblé et rationalisé. Nous pouvons davantage exploiter les synergies et réduire les coûts au fil du temps, tout en travaillant plus efficacement autour de nos compétences clés d'expédition, de courrier et de financement.

Permettez-moi de discuter des détails de notre performance du troisième trimestre. Comme par le passé, sauf indication contraire, mes déclarations pour l’avenir seront établies en monnaie constante pour les comparaisons des ventes et en données corrigées pour les éléments liés aux bénéfices, y compris les flux de trésorerie. Les rapprochements de toutes nos mesures non conformes aux PCGR sont présentés dans les états financiers qui sont publiés avec notre communiqué de presse sur les résultats et sur notre site Web Relations avec les investisseurs.

De plus, avec la vente annoncée de solutions logicielles, les résultats de cette activité pour la période en cours et pour la période précédente sont enregistrés en tant qu'activités abandonnées. Nous avons placé un fichier sur notre site Web Relations avec les investisseurs avec une représentation historique de ce rééchelonnement. Et enfin, comme Mark l'a dit, nous avons renommé Global SMB en Solutions d'envoi et nous consolidons les rapports en un seul segment. Nous allons renvoyer ce segment à SendTech dans nos commentaires.

En ce qui concerne nos résultats. Le portefeuille continue d'évoluer vers les marchés à plus forte croissance. Les services de commerce ont représenté 52% des ventes. Nos revenus liés aux transports maritimes ont représenté 38% du total des revenus du trimestre. Les deux statistiques sont des preuves solides des progrès réalisés par rapport à notre modèle à long terme.

Nous avons réalisé des revenus solides pour le troisième trimestre. Les ventes se sont élevées à 790 millions de dollars et ont augmenté de 4,5% par rapport à l'année dernière. Vous tenez compte des débouchés, le chiffre d’affaires a augmenté de 6% par rapport à l’année précédente.

En regardant les revenus par segment. Le commerce électronique mondial a augmenté de 20%, les services de pré-tri de 5% et les solutions SendTech de moins de 3% en excluant l’impact des devises et des rendements du marché.

Le bénéfice ajusté par action était de 0,24 $ pour le trimestre. Le BPA GAAP est une perte de 0,02 USD qui inclut des coûts de 0,05 USD liés aux activités abandonnées, ainsi que 0,20 USD de coûts de restructuration et d’actifs, y compris une perte de valeur hors caisse de 0,16 USD liée aux actifs immobilisés. coûts de logiciel pour le développement d'une nouvelle plate-forme d'entreprise sur certains marchés internationaux.

Les PCGR et le résultat net ajusté par action incluent également un avantage net de 0,13 USD lié à la constitution d’une provision pour évaluation des actifs d’impôts différés étrangers, précédemment divulguée et comme élément unique. Les flux de trésorerie disponibles se sont établis à 69 millions de dollars et les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation selon les PCGR, à 96 millions de dollars, comparativement à 7 millions de dollars de moins l’an dernier, en raison de la baisse de notre résultat net et de la hausse des investissements ce trimestre partiellement compensés par la hausse des dépôts dans la réserve. En ce qui concerne la répartition du capital, le bilan à la fin du trimestre était de 652 millions de dollars en liquidités et en placements à court terme.

Au cours du trimestre, nous avons utilisé le flux de trésorerie disponible pour rembourser environ 14 millions de dollars à nos actionnaires. Nous avons acheté 1 million d’actions pour 5 millions de dollars et nous avons versé des dividendes de près de 9 millions de dollars à nos actionnaires ordinaires. Depuis le début de l'année, nous avons acheté un total de 18,6 millions d'actions de nos actions, pour un total de 105 millions, mais nous ne prévoyons aucun rachat d'actions pour le reste de l'année.

Au cours du trimestre, nous avons également utilisé des liquidités pour des investissements de 36 millions de dollars et pour des paiements de restructuration de 6 millions de dollars. Au sein de Wheeler Financial, nous avons financé plus de 6 millions de dollars de prêts à la fin du troisième trimestre et notre portefeuille de projets en bonne santé lorsque nous entamons le quatrième trimestre. Nous aidons nos clients à mieux réussir dans leurs affaires. mais en même temps, nous tenons compte de la qualité des clients à qui nous fournissons un financement. Du point de vue de la dette, nous avons clôturé le trimestre avec une dette totale de 3,1 milliards de dollars, soit environ 200 millions de dollars de moins que l’année dernière et 175 millions de dollars de moins que le trimestre précédent. Au troisième trimestre, nous avons payé le solde de notre emprunt à terme de 165 millions de dollars en septembre 2020.

De plus, en novembre, nous avons remboursé notre emprunt à terme de 150 millions de dollars, échu ce mois-ci, ainsi que le solde d'environ 280 millions de dollars d'un emprunt à terme dont l'échéance était en décembre 2020. Nous avons également obtenu un nouvel emprunt à terme d'une durée de cinq ans et un montant de 400 millions de dollars. . Et comme nous l’avons indiqué, nous utilisons le produit net de nos ventes de logiciels pour réduire nos dettes. Nous essayons également de refinancer d'autres échéances à court terme afin de réduire nos échéances futures. En regardant la composition de notre dette aujourd'hui, lorsque vous prenez en compte la dette implicite liée à nos créances financières brutes de 1,1 milliard de dollars, ainsi que la trésorerie et les placements à court terme au bilan de 652 millions de dollars, notre position d'endettement net implicite sur le nombre de sociétés en exploitation s'élève actuellement à 1,3 milliard de dollars.

De plus, nous avons remplacé notre facilité de crédit renouvelable existante par une nouvelle, garantissant 500 millions de dollars sur une période de cinq ans. Nous avons eu un bon accès aux marchés des capitaux et notre équipe a réussi à réduire les dettes à court terme en effectuant plus de travail sur les échéances à plus long terme, ce qui rend nos échéances plus gérables.

En ce qui concerne le compte de résultat, à commencer par la performance des ventes par poste par rapport à l’année précédente. Le chiffre d'affaires des services aux entreprises a augmenté de 15% et les ventes de matériel, de 2%. Nous avons constaté des baisses et un financement de 6%, un loyer de 7%, des services de soutien de 8% et des livraisons de 10%. Plus tôt dans l’année, le marché avait abandonné l’impact sur la baisse annuelle de plusieurs postes, ce qui avait eu un impact négatif de plus d’un point sur la comparaison des ventes totales du trimestre.

La marge brute s'est établie à 333 millions de dollars, avec une marge de 42,2%. Il s’agit d’une baisse de 4 points par rapport à l’année dernière, qui reflète en grande partie l’évolution de la composition de notre portefeuille. Les frais de vente, généraux et administratifs s’élevaient à 253 millions de dollars ou 32,1% des ventes par rapport à l’année précédente. Les frais de vente, généraux et administratifs ont augmenté d’environ 12 millions de dollars, soit un pourcentage relativement stable des ventes. L’augmentation des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux est due en grande partie à l’augmentation de la rémunération variable des employés par rapport à l’année précédente, ainsi qu’aux investissements dans le commerce électronique, partiellement compensés par la réduction des dépenses de SendTech.

Les coûts de R & D se sont élevés à 12 millions de dollars, soit 1,6% des ventes. Par rapport à l’année dernière, les dépenses en recherche et développement ont diminué d’environ 3 millions de dollars et se sont améliorées d’un demi-point en pourcentage des ventes. Le BAII a atteint 69 millions de dollars et la marge du BAII était de 8,7% par rapport à l’année précédente. Le BAII a diminué de 28 millions de dollars et la marge du BAII a diminué de 4 points, principalement en raison de la baisse du bénéfice brut et de la hausse des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux ce trimestre.

Les intérêts débiteurs, y compris les intérêts de financement, se sont établis à 40 millions de dollars, soit 2 millions de dollars de plus que l’an dernier. La provision pour impôts sur le résultat courant était un crédit de 12 millions de dollars, reflétant un dégagement non récurrent de 23 millions de dollars d'un actif d'impôt différé comptabilisé au cours du trimestre pour les actifs d'impôts différés. En moyenne, les actions diluées diluées à la fin du trimestre s'élevaient à 171 millions de dollars, soit environ 17 millions d'actions de moins que l'an dernier.

Permettez-moi de parler de la performance de chacun de nos secteurs d’activité au cours du trimestre. Dans notre groupe de services de commerce, les ventes se sont chiffrées à 410 millions de dollars, soit une croissance de 15% par rapport à l’année précédente. Le BAII était une perte de 4 millions de dollars et le BAIIA était de 21 millions de dollars. Les ventes chez Global E-commerce ont atteint 279 millions de dollars, soit une croissance de 20% par rapport à l’année précédente. Ces meilleures performances ont bénéficié de la croissance en volume de toutes nos solutions de commerce électronique. La croissance des revenus provient principalement de la forte croissance continue des volumes de nos services de colis intérieurs, qui a augmenté de 27% par rapport à l’année précédente, pour atteindre 29 millions de colis au cours du trimestre et 89 millions à ce jour.

Les volumes de nos solutions d'expédition et de nos offres transfrontalières ont également augmenté ce trimestre par rapport à l'année dernière. Nous continuons d'ajouter de nouveaux clients ce trimestre. À titre d'exemple, Etsy montre que Pitney Bowes fournit à ses vendeurs des options d'expédition supplémentaires et rentables. Le BAII a été une perte de 22 millions de dollars pour le trimestre et le BAIIA, de 4 millions de dollars. La perte a été causée par trois zones principales; des investissements continus, une combinaison d'activités commerciales et des coûts supplémentaires liés à nos services d'exécution. Laissez-moi élaborer sur chacun de ces domaines.

D'abord, continuez à investir. Comme indiqué dans les appels précédents, nous continuons d’élargir notre réseau, en particulier sur les marchés importants des côtes est et ouest. Bien sûr, cela nécessite des coûts opérationnels et des investissements en avance et nous ne lirons pas les avantages de productivité avant que les installations ne soient pleinement fonctionnelles. En plus des nouvelles installations, nous continuons d’investir dans des programmes d’ingénierie et de marketing qui soutiennent la croissance de cette société et améliorent ses marges. Nos investissements nous permettent de rester compétitifs en termes de rapidité et de fiabilité des délais de livraison. En moyenne, nous continuons à livrer des colis qui prennent un peu moins de trois jours ouvrables.

Deuxièmement, la composition des activités, nous continuons à augmenter les volumes de notre service de colis intérieurs pour des revenus de livraison et d'exécution supérieurs aux retours. Comme nous l'avons dit par le passé, nos activités de retour ont une marge plus élevée, ce qui entraîne un déplacement de la marge totale. À mesure que la livraison et la mise en œuvre sont à l’échelle, l’impact de ce changement de mélange s’atténuera. Dans la troisième, les coûts différentiels associés à nos services d'exécution, nous avons ajouté un certain nombre de nouveaux clients, qui ont ajouté des volumes différentiels auxquels nous avons dû réaffecter et, dans certains cas, augmenté les ressources à traiter en fonction des besoins de nos clients. Nous avons également rencontré des problèmes de mise en œuvre, que nous avons résolus par une série d’actions qui simplifieront la prise de décision, nous travaillerons plus près du client et améliorerons la mise en œuvre opérationnelle. De plus, nous avons dû augmenter nos créances irrécouvrables au cours du trimestre en raison de la faillite de l'un de nos clients privés.

Les ventes de Presort Services ont atteint 131 millions de dollars, soit une croissance de 5% par rapport à l’année précédente. Le volume total traité a augmenté de près de 6% pour atteindre près de 4,3 milliards de dollars au cours du trimestre. Les volumes ont augmenté dans toutes les catégories. avec première classe et poste de marketing comme les moteurs les plus importants. Les marges brutes ont augmenté par rapport au trimestre précédent et à l'exercice précédent en raison de la baisse des coûts unitaires de main-d'œuvre résultant des mesures de productivité que nous avons adoptées plus tôt cette année. Le coût total de la main-d'œuvre a même diminué malgré une croissance en volume de près de 6% sur une base annuelle.

Ceci a été partiellement compensé par des rendements plus bas par unité générés par un mélange. L'EBIT s'est élevé à 18 millions USD et la marge EBIT à 13,5%, ce qui représente une amélioration par rapport au premier semestre de cette année et inférieure de moins d'un demi-point à celle de l'année dernière. Les marges de ce trimestre incluent également les frais de conseil de tiers. Le BAIIA s’est établi à 25 millions de dollars et la marge du BAIIA à 19%. En ce qui concerne nos ventes dans le secteur SendTech, elles se sont chiffrées à 380 millions de dollars, en baisse de 5% par rapport à l’année précédente. Hors effet de sortie de marché, les ventes ont diminué de moins de 3%. Les ventes d'équipement ont augmenté ce trimestre, alors que nous avions enregistré une croissance dans quatre des sept principaux marchés. Aux États-Unis, la croissance est due en partie à la résolution du retard que nous avons évoqué à la fin du dernier trimestre. (Unchipherable) a également progressé en France grâce à une grosse affaire, et nous avons enregistré une croissance au Japon et en Allemagne au cours du trimestre.

Le taux de diminution de nos sources de revenus récurrents était comparable à celui des périodes précédentes. Le chiffre d'affaires des services aux entreprises a augmenté, ce qui est favorisé par les nouveaux flux d'expédition que nous créons grâce à nos options d'expédition. L'EBIT s'est élevé à 131 millions de dollars et la marge EBIT à 34,5%, soit une amélioration d'un point par rapport à l'année dernière, malgré des coûts plus élevés liés aux taux chinois. Le BAIIA s’est établi à 141 millions de dollars et la marge du BAIIA à 37%.

Permettez-moi maintenant de vous tenir informé de nos lignes directrices annuelles pour 2019. En ce qui concerne l'attaque par ransomware d'octobre, nous avons une assurance pour couvrir ces événements et nous travaillons avec nos assureurs. À l'heure actuelle, presque toutes les opérations sont actives et aucune donnée n'a été compromise. Il est important de noter que nous prévoyons qu'une grande partie de l'impact du bénéfice sera couverte par une assurance. Cependant, le moment de recevoir ces revenus devrait être en 2020. Comme cette attaque par ransomware est un événement unique, la majorité des coûts différentiels et des polices d’assurance ultérieures seront exclues de notre résultat net ajusté par action. Cependant, la perte de revenu, le bénéfice résultant de cette perte de revenu, était toujours éligible à une couverture d'assurance et restait dans les résultats ajustés de la société et affectait la performance de la société tout au long de l'année.

Nous confirmons nos directives annuelles en matière de bénéfice par action ajusté et de flux de trésorerie disponibles. Nous nous attendons à ce que l’impact du ransomware sur nos ventes se situe autour de 1,5% pour toute l’année. Nous prévoyons une croissance du chiffre d'affaires à taux de change constants comprise entre 1% et 2% par rapport à 2018. Cette fourchette ne tient pas compte de l'impact de l'attaque par ransomware, qui pourrait avoisiner les 1,5%. Nous nous attendions à ce que le BPA ajusté se situe entre 0,65 et 0,75 dollar. Et les flux de trésorerie disponibles vont de 175 millions à 205 millions de dollars.

En résumé, nous avons bien progressé dans nos initiatives stratégiques. Nous avons annoncé le logiciel de vente, qui crée un portefeuille plus ciblé et rationalisé, tout en renforçant notre stratégie visant à opérer sur des marchés pour lesquels nous possédons un avantage concurrentiel. Sur une base comparable, nous avons augmenté notre chiffre d’affaires de 6% ce trimestre, grâce à la croissance de l’e-commerce mondial à 20%, qui témoigne du travail que nous avons accompli pour déplacer notre portefeuille.

Notre secteur SendTech, récemment renommé, a dégagé de solides marges EBIT et EBITDA, avec encore de nombreux emplois dans les domaines de l'expédition et du financement par des tiers. Nous restons concentrés sur notre bilan. Nous utiliserons la majeure partie du produit net tiré de la vente de logiciels pour réduire la dette à court terme et nous continuerons d’évaluer les marchés financiers à court terme afin de rendre notre profil de dette plus gérable.

Alors ouvrons la ligne pour les questions. Opérateur?

Questions et réponses:

opérateur

Merci (Manuel d'utilisation). Votre première question provient de la ligne des valeurs mobilières nationales d'Allen Klee. S'il vous plaît continuer.

Allen KleeNational Securities – Analyste

Oui bonjour Pour commencer avec la question – avec les commentaires sur ce que vous avez fait avec votre dette. Pour le nouveau prêt de 500 millions de dollars sur cinq ans, pouvez-vous nous dire quel est le taux d’intérêt et quel est votre taux d’intérêt pro forma basé sur tous les changements que vous avez annoncés jusqu’à présent?

Marc B. Lautenbachprésident et directeur

Hey, Allen, bonjour. Merci. Ainsi, dans un premier temps, par souci de clarté, la durée du prêt que nous avons contracté était en réalité de 400 millions de dollars, tandis que la facilité de crédit renouvelable était de 500 millions de dollars. Donc, si vous jetez un coup d'oeil et parcourez les 400 millions de dollars de TLA et que vous pouvez le voir sur les pièces jointes 8-K que nous faisons ici plus tard dans la matinée, le LIBOR était à plus de 175. Cela met donc à la portée de la nouvelle dette ici le TLA pour 400 millions de dollars

Et je pense que votre deuxième suivi a été effectué sur une base pro forma. Je vous dirais, si vous regardez ce que nous avons arrêté ici avec le TLA de 300 millions de dollars qui devrait être en décembre et le TLA de 200 millions de dollars en septembre, soit 3,6% et 3,8% respectivement sur le dernier taux tout compris. Vous pouvez donc voir que nous avons un impact matériel là-bas. Ce qui aura un impact si nous continuons, c'est ce que nous allons faire avec le reste des revenus nets du logiciel et nous nous ajusterons à la dette de l'année prochaine.

Nous n’allons donc pas donner d’orientation pour l’année prochaine, mais je pense que vous aurez une idée de ce que nous examinons à partir du troisième trimestre.

Allen KleeNational Securities – Analyste

Ok, merci Et puis avec Global E-commerce, je comprends les investissements qui vont après une grande opportunité. Est-ce que tout cela – et cela a eu un impact sur vos marges du trimestre, ce qui, espérons-le, a été bénéfique à long terme. Cela change-t-il ce que vous avez dit lors de la journée des analystes de votre prévision concernant le calendrier et le potentiel de rentabilité du commerce électronique mondial?

Marc B. Lautenbachprésident et directeur

Alors, avec le commerce électronique mondial au cours du trimestre, je commencerai par là. Tout d’abord, les ventes ont augmenté de 20%, ce qui est en fait la plus forte croissance de cette année. Et nous avons enregistré une perte d’EBIT au cours du trimestre, en raison de trois zones, l’investissement en cours, de deux nouvelles installations plus importantes, l’une du côté est et l’autre de la côte ouest, mais elles sont nécessaires pour augmenter le volume et nous les volumes ont augmenté de 27% au cours du trimestre et les API d’expédition, qui ont augmenté de 155%. Donc, de bonnes performances en termes de croissance en volume.

Deuxièmement, dans la composition des activités dont nous avons discuté, nous continuons à augmenter les volumes de nos packages nationaux avec des revenus de livraison et d’exécution supérieurs au rendement avec un effet de mix, ce qui a affecté la marge. Et nous avons parlé de certains problèmes de mise en œuvre et de mise en œuvre. Nous avons à présent recruté un certain nombre de nouveaux clients en construction et, tout en intensifiant nos activités, nous avons dû mobiliser des ressources supplémentaires et les résoudre. Je pense que c'est une période plus courte. Nous travaillons donc toujours sur le commerce électronique pour atteindre l'EBIT en 2020 de manière positive. Si nous regardons cela, ce sera une augmentation des volumes pour construire, des améliorations opérationnelles et réduire la structure de coûts.

Nous continuons donc d’investir dans les débouchés nets et nous sommes conscients que ce sera un grand pas par rapport à notre position en 2019. Mais nous continuons à travailler sur cette croissance qui apporte de l’échelle, nous avons annoncé, vous avez peut-être vu le communiqué de presse, nous avons annoncé une augmentation des prix qui sera inférieure au prix du marché et à des coûts moins compétitifs. Nous allons augmenter la marge brute grâce à l'efficacité, à la fois au transport, à la main-d'œuvre et à notre taux grâce à l'échelle. Enfin, comme nous l'avons souligné dans les commentaires, ce groupe a pris un certain nombre de mesures structurelles pour améliorer à la fois leur efficacité et la rapidité de la prise de décision. Maintenant, ce que nous faisons dans une perspective globale pour PB intègre également une structure d'entreprise supplémentaire. Nous sommes donc en voie d'atteindre ce bénéfice en 2020 et avec un plan B pour entrer dans une structure supplémentaire.

Allen KleeNational Securities – Analyste

Ok, c'est génial. Et puis j'ai pensé que pour le segment des PME, vous pouvez parler. – Vous avez dit que vous souhaitiez déployer SendPro à l’international. Et puis, j'ai cru entendre une version destinée aux clients bas de gamme. Pourriez-vous peut-être en dire plus à ce sujet et quelle est la chance?

Marc B. Lautenbachprésident et directeur

Sans aucun doute. Donc, au sein de SendTech, j’avais d’abord une meilleure performance financière. Nous avons diminué de 3% hors sorties de marché, ce qui représente la meilleure performance de cette année. Je pense qu’il est important que les ventes d’équipement aient augmenté au cours du trimestre et qu’elles se soient développées à la fois en Amérique du Nord et à l’international. La chance avec une opportunité internationale, nous venons de commencer à déployer SendPro C et cela sera mis en œuvre sur nos marchés internationaux dans les mois à venir. Ce sera donc certainement un obstacle pour ces marchés s'ils ont la possibilité de vendre cette nouvelle technologie. Et que nous continuions d’investir dans cette gamme de produits et que ce contenu supplémentaire soit destiné aux clients finaux.

Allen KleeNational Securities – Analyste

Ok merci beaucoup.

Marc B. Lautenbachprésident et directeur

Merci Allen.

opérateur

Votre prochaine question vient de la ligne d'Ananda Baruah de Loop Capital. S'il vous plaît continuer.

Ananda BaruahLoop Capital – Analyste

Bonjour Marc, Stan, bonjour. Merci d'avoir répondu à la question. Quelques-uns si je pouvais. Je voulais juste avoir une idée – juste pour m'assurer de bien comprendre, comment voyez-vous la question de l'acheteur en général, les 90 derniers jours et ce que j'essaie de comprendre, c'est lorsque vous avez annoncé la vente de l’industrie du logiciel, il semblait que les conseils de la société principale étaient un peu plus bas, du moins au bas du guide.

Et puis, il semble que l’avantage fiscal aurait été supérieur de 0,3 $ aux prévisions initiales. Corrigez-moi si ce n'est pas correct, ce qui semble correspondre à une sorte de – avec les conseils des ventes de logiciels. Dus kun je er zoiets mee doorlopen, en me gewoon op een bepaald niveau zetten op al deze dynamieken? Bedankt.

Marc B. Lautenbachpresident en directeur

Zeker. Laat ik beginnen

Stanley J. SutulaExecutive Vice President en Chief Financial Officer

Nummerzijde van die vraag. Dus, ten eerste, als we een kijkje nemen, onthoud dan, toen we de gids deden, dat onze softwareactiviteiten de neiging hebben om meer back-end geladen te zijn en terwijl we dit jaar hebben uitgepakt, werd dat weerspiegeld in onze begeleiding. We komen ook op een ander – moeilijker vergelijken als we door de laatste helft van het jaar gaan, maar als je terugkomt – in Q3, hadden we over het algemeen een goed groeijaar en als je alle segmenten doorloopt drie presteerden echt goed in het kwartaal vanuit omzetperspectief.

Dus vanaf die kant hebben we solide prestaties gezien en dat komt weer naar voren, zeg Q4. Over het belastingvoordeel hadden we in onze rij onthuld dat dat belastingvoordeel ongeveer $ 20 miljoen bedroeg en dat het net iets minder dan $ 23 miljoen bedroeg. Dus nogmaals, het is op belastingbasis. Dus dat is $ 0,02 $ 0,025. Wilt u reageren –

Ananda BaruahLoop Capital – Analist

Begrepen. Ik –

Marc B. Lautenbachpresident en directeur

Ja, ik bedoel, op aanvraag ga ik gewoon een beetje omhoog, als ik mag. Als u onze wereldwijde e-commerce-activiteiten bekijkt, blijven we daar een sterke vraagomgeving zien. Als je kijkt naar wat de analist voorspelt voor de feestdagen, is het 4% hoger, dat is sterk. Als je kijkt naar de leverings- en retourprestaties hieronder, wordt hier binnen enkele dagen de winkel-enquête vrijgegeven, maar blijft er een sterke vraag naar een betere levering- en retourervaring. Wat betreft SendTech in de meterbusiness, je hebt gelijk, de afgelopen 90 dagen was een behoorlijk sterke vraagomgeving die anders was dan de trend. We blijven optimistisch over onze kansen om goed te presteren in die branche, met name met het nieuwe product, maar het is duidelijk dat de vraag zal blijven worden aangevochten zoals die is voor Mail. Dus ik zou zeggen dat het gemengd is, maar we vinden het leuk hoe we in elk van de markten zijn gepositioneerd.

Ananda BaruahLoop Capital – Analist

En Marc, het klinkt als – het klinkt alsof de kernmeting niet is – is de afgelopen 90 dagen niet zachter geworden, het is het de moeite waard het klinkt alsof je zegt dat het waarschijnlijk een beetje stabiel is geweest?

Marc B. Lautenbachpresident en directeur

Ik bedoel, ja, ik bedoel, kijk achteraf, de afgelopen 90 dagen, het was sterker dan de trends die we hebben gezien, als je kijkt – Allen stelde eerder een vraag over de kans aan de lage kant. Ik bedoel dat de kans in de low-end tienduizenden, honderdduizenden low-end meters is. Dus de markt voor mailing blijft de seculiere achteruitgang doormaken. That said, we've got opportunities to continue to refresh internationally for SendPro C and the low-end opportunities entirely in front of us. So we like our product positioning, if you will, in a market that continues to be challenged.

Ananda BaruahLoop Capital — Analyst

And Marc, what — how should we think about the puts and takes from sort of Your normalized EBIT run rate is going through the end of the year. The puts and takes to EBIT as we go into 2020. And I know you're not giving guidance here, but should we think of the goal of the EBIT growth for 2020, I think, you can help us there with the lead will be useful?

Marc B. LautenbachPresident and Chief Executive Officer

Well, you're right, we're not going to 2020 guidance now, but we will do it in late January or February. As Stan said there's several things that are positive, that are in front of us. So the Global E-commerce team has taken structural actions that have already taken effect, Presort have taken structural actions that have already taken effect. And then there is corporate actions on top of that, so there's a series of actions from an expense perspective that are already done. The mix dynamics will continue as the mix of the business continues to change. So — but suffice it to say that our focus is getting to EBIT positive here sooner versus later.

Ananda BaruahLoop Capital — Analyst

Okay. Okay. Super goed. Just, Stan, a couple of quick ones for you. Any particular reason that corporate costs increased year-over-year. I think it was about $20 million?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Oui So, if we take a quick look at what happens overall on the expense side of the equation. One of the drivers is employee variable comp and that's as much to do with last year on a release as it is to do with this year in an accrual. If you go and peel that back little farther though, Commerce Services actually improved on a year-to-year basis. Mark referenced, some of the structural actions and the overall corporate spend improved as well. And then and SendTech they improved by over $10 million year-to-year, and I apologize I said Commerce Services actually was an investment here of about $5 million on a year-to-year basis, that investment is really coming along for expanding the go to market. So when you kind of put that together SendTech was clearly a help, the employee variable comp here was a hurt which had more to do with last year than this year and then we continue to make the investment in Commerce Services.

Ananda BaruahLoop Capital — Analyst

Begrepen. Begrepen. And then, just last one from me, for now, guys, I appreciate it. Can you just give us, I think you've touched on sort of refinancing the remainder of what you are going to refine it, can you — but just more specifically, can you just refresh us on the timeline that you're looking at now to get the refinancing done? How much now are you — can you update just how much you're looking internal refinance and then the third part I can repeat this within a moment, if this is And broadly specifics, but just on the new loan, is that secured debt and can you just — when you can tell us about the term, will be helpful?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Oui So a lot in that question, Ananda, but let me take a shot here. So, first of all, you can see, we were very active in Q3 rolling rate into Q4. So if you take a step back, we had three term loan payments between Q3 and Q4, we did $165 million in September, and then we had a pay-downs of roughly $150 million and — $278 million in November. So if you kind of add all those up at a big round number, that's roughly $600 million of pay down.

Now some of that we took out of cash on hand and then we took a new Term Loan A, which we talked about earlier, for $400. So kind of round numbers, that's a net $200 million reduction. Now, the timing is obviously going to be influenced by when we conclude on the sales of Software Solutions unit. So that's going to impact the timing as we go through. Then you hit some year-end dynamics here as well in terms of timing. So we expect to close on that transaction in 2019, which would enable us now to go into the second mode of what we're looking to do for the refinance

I'm not going to give the exact time line of that, that's obviously going to take what we can do in the market. I will tell you we're looking and evaluating all of those options and we have a map of how we want to use those proceeds, but I think you'll see two things coming out of that. First is that, there'll be a reduction to the near-term towers. And second, that we will look to set up those towers a very longer period of time to be a more manageable debt profile. So that's what I'd want to leave you with on that action. On the securitized component, so, yes, the term loan, our RCF are secured facility. And I would tell you that those are in line with companies that are equivalent on a grade.

Ananda BaruahLoop Capital — Analyst

Okay. That's super helpful. Okay. This is the last one from me, just Marc a clarification, your comment about working to get to profitability is it possible if that that could occur for the overall company in 2020 ?

Marc B. LautenbachPresident and Chief Executive Officer

We'll do guidance in January. But yeah, I mean it's possible.

Ananda BaruahLoop Capital — Analyst

Okay, thanks a lot guys. I appreciate it.

Marc B. LautenbachPresident and Chief Executive Officer

Thanks .

Operator

Your next question comes from the line of Kartik Mehta from Northcoast Research. Please go ahead.

Kartik MehtaNorthcoast Research — Analyst

Hey, good morning. Stan, you talked about the Global E-commerce business and a couple of execution issues that happened in the 3rd quarter, are those resolved or could those linger into the 4th quarter and have an impact on the results of the business?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Oui Kartik, thanks. So the Execution issue is really around fulfillment and we brought in several very large clients, we had to step up, catch up on the backlog and then open the malware incident, the ransomware incident wasn't helpful as we went through that component. I would tell you that fixing the underlying structural components of being able to handle that volume, I do believe has been addressed. And obviously as we're heading into peak, we also believe we've addressed the staffing that goes along with that. So while we're recovering through the ransomware incident, which I think the teams have made incredibly good progress on, we look go forward. I would tell you that those execution issues are largely behind us.

Kartik MehtaNorthcoast Research — Analyst

And then you talked about getting to a positive EBIT for Global E-commerce I believe in 2020 and as you said Stan that's a pretty big delta of to where you are now. And I'm wondering, is that all related to the volume, are there other components within that business that would allow you to achieve that?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

It's a overall balanced equation here, Kartik. So, a few things; first, volume is clearly going to help, right. The more volume the better rates you can negotiate. But we've had a whole series of productivity actions within our Global E-commerce unit and we are seeing some traction on labor and transport as well. So, we're going to see productivity come across. Those two facilities we brought on, obviously, those are very large facilities, you have to gear up and invest in transport and labor to get them stood up before you start moving volume. But we expect that will move volume through those in the fourth quarter at peak.

So that was clearly a headwind here that we had in Q3 and one of the things I think we'll get better. We've also — as you saw, the press release, launched a price increase that goes out and that's in line with the industry. I think our's is a little bit lower and has far less fees associated with it, but that will also provide us a tailwind. And then we also mentioned that, that unit has taken some structural actions. And I think those structural actions — this unit has grown so rapidly over a short period of time that inherently we've become an efficient and Leila and her team I think have taken the appropriate actions which will streamline their decision making, but also take out that structure.

So I think those tailwinds are what will help us driving into 2020 to drive toward that profitability.

Marc B. LautenbachPresident and Chief Executive Officer

I just make one additional point. I mean if you just — Stan started and I think it's fair repeating, if you look at those structural actions; pricing, done. Structural cost take-out, done. If you look at the other cost takeout that tends to be around a negotiation with particular carriers, much of that is done. So this isn't the stuff that we're betting on the come (Phonetic) , this is the stuff that's either in side or already done and there is still go get for sure, but there's a lot more of this that's already done. Then meets, yeah, and we'll have more to say in general, for sure.

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

And on the revenue component, we continue to add new clients and we grew volumes here 27% and we've had good traction on that side as well.

Kartik MehtaNorthcoast Research — Analyst

And then just one last question, Stan, as you talked about the Presort business, is the margin that your third quarter margin a good run rate or are there any puts and takes on it that will impact margins as you move forward?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Look, I've been pleased with the progress our Presort team has made. If you take a look, know that EBIT margin has gone from 11.2% in Q1, 12.1% in Q2 to now 13.5%. And there is a combination here. I think one of the telling comments I made in the script is, while labor cost has come down at the same time volumes went up, I think that's a good sign that we're delivering productivity through Presort. We're also growing revenue here. So we continue to see traction in the market. I would expect that those margins will improve off of this level. Our long-term model is to get greater than 15% and I think we'll make progress here in fourth quarter.

Marc B. LautenbachPresident and Chief Executive Officer

The other expense that we had in the third quarter which Stan mentioned was that the expense for the consultant. So that's obviously an expense that subsides over time.

Kartik MehtaNorthcoast Research — Analyst

Thank you very much. I really appreciate it.

Operator

Your next question comes from the line of Anthony Lebiedzinksi from Sidoti & Company. Please go ahead.

Anthony LebiedzinksiSidoti & Company — Analyst

Good morning and thank you for taking the question. So I guess first on the Global E-commerce, so you mentioned that you opened two new facilities. Just wondering if perhaps you could isolate the initial start-up costs for those facilities. And as you get into 2020 do you anticipate to open additional facilities to handle the volume ?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Yeah, so, thanks Anthony, thanks for joining this morning. So I can't isolate out the exact cost of those facilities. As you would imagine there is capital expenditure cost that we have that gets capitalized on our balance sheet as we set up the equipment within those facilities, then obviously staffing labor and the management and the transport that all goes in with setting those up.

Clearly that had an impact in the quarter. As you look on a go-forward basis, we have mapped out our plan and that's included in our comments on Global E-commerce on the capital and the number of facilities that will be needed to support the growth inherent in the model. So short answer is, yes, we will continue to add facilities and that's going to be variablized by the growth that we see and a traction we see in the market.

These two new facilities are both quite large ones, roughly half a million square feet and the other one is a little bit bigger. So large on the each end-of-the-coast here which will help us do a lot of our China inbound as well.

Anthony LebiedzinksiSidoti & Company — Analyst

Begrepen. Okay, thanks for that explanation. And so looking at the equipment sales, obviously, those were up for the first time in a while, Stan you talked about closing a large deal in France if you were to exclude that French deal, would your equipment sales still be up and how should I think about that line item going forward?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Yeah, hey look, large deals are part of our business. So if we don't have a large deal, we don't get down back end. So this is part of something team worked really hard on. But I would tell you that we still would have grown and roughly with without that large deal. When we think about equipment sales, one of the tailwinds we had coming into the quarter which we won't have on a go-forward is, if you recall we talked about a large backlog in North America. The team did a good job working through that backlog and getting those installed, and that helped to drive equipment sales in the quarter.

But having equipment sales grow, we've said before it's not going to be a straight line. We're going to see some ebbs and flows with that. I'm pleased with the international growth if you heard the comments we also grew in other countries outside of France and Japan and in Germany. So, the growth wasn't isolated to just the country, it's a large deal. As we head into the fourth quarter, you won't have that backlog to clear out, but we have new product offerings coming in, in the international marketplace.

Anthony LebiedzinksiSidoti & Company — Analyst

Begrepen. Okay, thanks for that. And also at the Analyst Day, you guys talked about the SMB or now SendTech segment that you're looking to have the EBIT in that segment be flat or grow in 2021. Are you still on track with that goal?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Clearly I can give guidance for 2020, what I'd point to is the performance in the quarter. We had a very strong EBIT margin, the strongest we've had this year and it was up year-to-year. So that contribution from SendTech I think is a good indication that they're making progress. And you saw it in multiple fronts, in multiple places, this isn't just one angle that came, they've reduced their structural expense. They're bringing out new product wheeler Financial is an investment that is just pulling up, but will yield over time. So they're making long-term investments, they're taking productivity actions to contribute. And I think we see that in their performance here with a very strong EBIT performance.

Anthony LebiedzinksiSidoti & Company — Analyst

Begrepen. Okay. And lastly as far as the tax rate for this year, what's your expectation. And I assume that your tax rate will be much higher next year, but any kind of color in — for 2020, that would be very helpful?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Yeah, I think if you take a look as we kind of wrap up the year here. We'd expect that the operational tax rate will go back into the range we guided to, probably candidly toward the higher end of that range. And if you take a look, and we're talking about EBIT on a year-to-year basis in 2020, while we're not going to give guidance we need to keep in mind that there was a 20, — just under $23 million tax benefit in 2019 that will become a headwind next year. As we think about net income. So segregate EBIT versus net income. So the tax rate for next year on an operational basis, I have to see what other things happen and tax, but I think you should think about our operational guidance for this year to be roughly in line for next year.

Anthony LebiedzinksiSidoti & Company — Analyst

Okay, thank you very much. Best of luck.

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Dank je.

Operator

Your next question comes from the line of Shannon Cross from Cross Research. Please go ahead.

Shannon CrossCross Research — Analyst

Thank you very much. Just a couple of questions. The first one is on the price increases. Is there any reason to believe that they won't go through across your product set or is there a potential for volume discounts or something that would offset some just as we think about next year? Dank je.

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Thanks, Shannon. So look, the price increases, when you think about this. We've announced them through that as you know the industry does this, they're not all going to go through. There's going to be some volume discounts in particular as we sign larger clients etc., So you are going to see some give and takes. I don't think I would take just the existing revenue and POP it up by the amount of the increase and that's going to be also a competitive pressure, what the pricing is in the market. If you look at what's happened in the market. We're certainly not the outlier here. The market has moved in this direction. And I think ours is competitive

Shannon CrossCross Research — Analyst

Okay, thank you. And then, I'm curious Amazon has obviously made some moves to try to speed their delivery and significant investment there, what are you hearing from your customers in terms of the delivery times that they would, A, I guess, their customers are wanting to see, but more importantly that they're willing to pay for?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

So

Shannon CrossCross Research — Analyst

So yeah three years — three days, five days, one day, I'm just curious as to sort of what the discussion is out there?

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Oui And I think it varies on the clients, Shannon. So when we take a look, there is a combination of free versus fast. And when we look at that in the marketplace, remember a lot of the retailers that we deal with don't necessarily want to participate in the Amazon ecosystem. So they are looking at how do they most cost effectively get their product to the consumer and they're balancing fast versus free. Our studies have shown us that, if there something if it's, "free", there is nothing really free in the world. With Amazon you pay Prime, but here for our retailers, if it's free and they can get it within two days that seems to satisfy a large number of the clients. And you've seen us move our average delivery to under three days. That's going to — that's an average of under three days in certain markets where we have the facilities and more importantly where our clients have their inventory located allows us to do it faster than that.

Marc B. LautenbachPresident and Chief Executive Officer

Let me just plug shipping survey that comes out in the next several days, because that speaks to a lot of these dynamics. I think just To summarize what we're hearing from clients and importantly what we're hearing from consumers as well is, really, it's got to be two days or less and free. And that's kind of where the — the measure is, the second thing that we're continuing to hear and it was born out and last year's survey is that most consumers continue to be unhappy with their online experience. So that speaks to the opportunity that's in front of us. Clearly, the bar continues to be raised, which all of the retailers need to respond to and that's precisely the opportunity that we're selling into. And that's why we're so excited about how we're positioned in this marketplace, but more coming on next couple of days in the shipping survey.

Shannon CrossCross Research — Analyst

Okay. Yeah, we'll look for that. And then just my other question is with regards to the cyber attack. What have you learned from it? I guess, what changes are you making? Will there be incremental investments required in 2020? What are we getting at 2020 — yeah, god time flies, that maybe aren't already incorporated in expectations, because of incremental security needs in that. I'm just kind of curious as you step back if that you are making any changes?Thank you.

Marc B. LautenbachPresident and Chief Executive Officer

Sure. We're still going through the forensics of the attack. I would — that said, I'd highlight a couple of things which we know, your perimeter defense needs to be strong, where you need to be incredibly strong as once they're inside your network. We knew that before. And that was reaffirmed. In terms of incremental costs there'll be contained within the various budgets, we may I think quite well, we'll rebalance some of those budgets. We've already taken actions to implement some new software that is more behavioral oriented than screening for particular viruses.

So we'll get through this in the next several weeks to kind of get through lessons learned, but more to come. The other thing I'd say and it's saved us, it's our backup, there's two things that really were important for us to getting back up relatively quickly. One is, our backup was really, really good. So the reason we were able to restore our database is we have back to where it largely unaffected by the principal malware attack.

The second thing is our disaster recovery processes worked well. I must admit that we didn't contemplate something of the sprats, but if you look at our various disaster recovery process one at a time, all of those plans held. So what saddening (Phonetic) is it's just unfortunately a fact of life for companies and governments and other public institutions in today's economy. So you need to continue to get Better and better here because the bad guys are getting better and better.

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Oui I guess, I'd add a couple of things to that. First, just to reiterate, there is no evidence at any customer accounts or sensitive client partner employee data were impacted or extracted from our systems. Our financial system, this particular virus is a Microsoft Windows-based target and our financial systems and data are non-Windows systems, so they were not affected. And I — you always learn a lot when you go through these and for sure we have made and will make a number of updates to our architecture and the investments that go along with that, but you also learn a lot about the culture.

And I know Marc, I'll speak for Marc here, we couldn't be more proud of our team. They demonstrated a commitment to our clients and an enormous amount of grid. So I want to thank the PB team for that incredible dedication to get us back up and running. So we don't take a slightly. In fact, right now, we're working just as hard after recovery to make sure that we rebuild all that resiliency and prevent this from happening again really pleased with how the team did this bringing this back up

Shannon CrossCross Research — Analyst

Dank je.

Operator

And at this time there are no further questions. I'd now like to turn the conference back to Mr. Lautenbach for any closing remarks.

Marc B. LautenbachPresident and Chief Executive Officer

Oui Thank you, operator and thank you again for everyone joining. I would just reiterate what I said in my closing remarks. If you abstract up a level and evaluate the dynamics, we've got really strong momentum in our shipping business. Secondly, in our SendTech business, we've got good momentum because of the core investments we've made those investments in new products are now going to be spread around the world. So we like our positioning there. Our Presort business likewise has taken important structural actions, you see it in the labor costs and then underneath that we continue to drive operational excellence across all of our business.

So listen, it's a dynamic market, lots of things you can control lots of things you can control. But I'm pleased with the progress we've made, and I'm pleased with the position going forward. And if you look at the balance sheet actions that have been taken, that's just fortifies what we think has our strength going forward. So thank you for your time this point and we'll talk soon.

Operator

(Operator Closing Remarks)

Duration: 57 minutes

Call participants:

Adam DavidVice Président Relations Investisseurs

Marc B. LautenbachPresident and Chief Executive Officer

Stanley J. SutulaExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Allen KleeNational Securities — Analyst

Ananda BaruahLoop Capital — Analyst

Kartik MehtaNorthcoast Research — Analyst

Anthony LebiedzinksiSidoti & Company — Analyst

Shannon CrossCross Research — Analyst

More PBI analysis

All earnings call transcripts


AlphaStreet Logo