Rachat De Credit

rachat de crédits: Relevé de notes révisé des gains de la LC par réunion téléphonique ou présentation, du 5 novembre à 19 h 00 GMT -Simulation


San Francisco 7 novembre 2019 (Thomson StreetEvents) – Transcription du compte rendu de la conférence ou conférence sur les bénéfices de LendingClub Corp. mardi, 5 novembre 2019 à 22 h 00 GMT

* Scott C. Sanborn

* Thomas W. Casey

Oppenheimer & Co. Inc., département de recherche – directeur et analyste senior

Bonjour et bienvenue à la téléconférence sur les résultats du troisième trimestre 2019 de LendingClub. (Instructions pour l'opérateur) Veuillez noter que cet événement est en cours d'enregistrement.

Je souhaite maintenant passer la conférence à Simon Mays-Smith, vice-président des relations avec les investisseurs. S'il vous plaît continuer.

Merci et bon après-midi. Bienvenue à la conférence téléphonique du LendingClub et au troisième trimestre de 2019. Scott Sanborn, PDG, vient nous parler aujourd'hui de nos résultats et des événements récents. et Tom Casey, directeur financier.

Nos commentaires d'aujourd'hui contiendront des déclarations prospectives fondées sur nos attentes et prévisions actuelles, ainsi que des risques et des incertitudes. Ces déclarations incluent, sans toutefois s'y limiter, nos directives pour le quatrième trimestre et l'ensemble de l'année 2019. Nos résultats réels peuvent différer considérablement de ceux envisagés dans ces déclarations prospectives.

Les facteurs qui pourraient entraîner une différence importante entre ces résultats sont décrits dans le communiqué de presse d'aujourd'hui et dans nos formulaires les plus récents, Form 10-K et Form 10-Q, déposés auprès de la SEC. Toutes les déclarations prospectives que nous faisons avec cet appel sont basées sur des hypothèses d’aujourd’hui et nous ne sommes nullement tenus de les mettre à jour à la suite de nouvelles informations ou d’événements futurs.

Au cours de cet appel, nous présenterons et discuterons également des mesures financières définies ou non par les PCGR. Une description des mesures non conformes aux PCGR et leur alignement sur celles-ci sont incluses dans le communiqué de presse sur les résultats et le diaporama associé. Le communiqué de presse et la présentation qui les accompagne sont disponibles dans la section Relations avec les investisseurs de notre site Web à l'adresse ir.lendingclub.com.

Et maintenant je veux transférer l'appel à Scott. Scott?

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – PDG et administrateur (3)

Merci Simon. Bienvenue à tous. Pour commencer, nous avons livré un autre bon trimestre en première ligne. Nous avons de nouveaux enregistrements pour les origines et les revenus et avons tous deux grandi conformément à nos attentes. Il s’agit d’anticiper le plan et d’obtenir un bénéfice net ajusté pour la première fois depuis ma prise de fonction en tant que PDG.

Comme l'indiquent les chiffres, notre attention constante à la rentabilité porte ses fruits et nous permet aujourd'hui d'accroître les prévisions pour le BAIIA ajusté et le bénéfice net ajusté. Nous sommes donc satisfaits de la performance de l'entreprise. Si nous reculons, nous sommes le premier fournisseur de prêts personnels au pays et nous continuons à prendre des parts de marché. Nous utilisons nos données, notre échelle et notre modèle de marché pour mettre en œuvre la discipline et augmenter nos avantages concurrentiels.

Notre programme de simplification et notre focalisation sur les partenariats transforment la société et fournissent une dynamique opérationnelle et financière tout en augmentant notre résilience.

Enfin, nous continuons de progresser dans notre stratégie à long terme pour devenir une plate-forme d’aide financière, avec de nouvelles opportunités innovantes qui nous préparent à la prochaine phase de croissance et d’expansion des marges.

En février, j’avais dit que 2019 viserait à générer une croissance responsable de nos revenus tout en continuant d’innover, tout en allouant avec soin des fonds propres, en gérant les risques et en simplifiant nos activités pour que notre croissance soit plus performante.

Comme vous pouvez le constater dans les résultats que nous avons publiés aujourd'hui, nous continuons à faire de grands progrès. Commençons par une croissance responsable. Au troisième trimestre, nous avons augmenté les volumes d’origination de 16%, les revenus de 11% et le BAIIA ajusté de 43%. Cette croissance nous a permis d’obtenir une rentabilité nette ajustée confortablement et, encore une fois, dans les limites du seuil de rentabilité du point mort selon les PCGR.

Du côté des investisseurs, notre programme de titrisation continue de nous présenter de nouvelles sources peu coûteuses de capital évolutif. Et une fois introduits, ces investisseurs emprunteurs achètent de plus en plus directement à LendingClub, à la fois par l’achat de prêts complets et par des programmes novateurs, tels que des certificats. En fait, ce trimestre, plus de 1 milliard de dollars de financement ont été fournis directement par des investisseurs qui nous ont été présentés pour la première fois grâce à notre programme de titrisation. Et notre innovation du côté des investisseurs se poursuit. Outre le lancement de la plate-forme Select Plus annoncée lors de l'appel du deuxième trimestre, nous avons récemment lancé LCX, notre plate-forme de transaction de prêt numérique. Il s'agit d'une première dans le secteur qui permet aux investisseurs de faire une offre de prêt en temps réel, puis de finaliser les transactions par un processus automatisé.

À long terme, la LCX pourrait encore améliorer la vitesse de notre bilan, tout en augmentant la liquidité et, en fin de compte, le prix de compensation de l'actif. Avec le lancement de LCX, cela porte à 5 le nombre total de plateformes d’investisseurs que nous proposons. La plateforme de billets originale pour nos investisseurs privés et 4 plateformes institutionnelles. Scale and Select, que nous avons lancé en 2017 et maintenant Select Plus et LCX. Ensemble, ces plates-formes nous donnent accès à des pools de capitaux plus importants, elles permettent une meilleure exécution et, en offrant plus de routes sur le marché, elles ont accru notre résilience. Ensemble, ils continuent de faciliter notre transformation en une catégorie d’investissement ordinaire.

Ok, laissez-moi me tourner vers l'emprunteur. Lors de notre Journée des investisseurs en 2017, nous avons défini trois domaines d’intérêt pour stimuler la croissance: générer une demande; transit; et relation à vie. En générant la demande, nous avons officiellement enregistré une moyenne de 53 000 demandes de prêt par jour au troisième trimestre, soit 30% de plus qu’une année auparavant. En ce qui concerne le transit, nos efforts de conversion ont porté les émissions de 24 heures à 71%. C'est une augmentation de 11 points sur une base annuelle. Nous nous concentrons de plus en plus sur le troisième moteur de croissance, à savoir la création d’une relation durable en créant de la valeur grâce à l’adhésion à un club. L’adhésion au club est importante, c’est pourquoi vous allez nous entendre en parler davantage au cours des prochains trimestres. Alors que les Américains luttent contre l'endettement et que l'écart entre les taux des cartes de crédit et les prêts personnels atteint un sommet sans précédent, l'adhésion au club est le moyen par lequel nous pouvons renforcer et motiver chaque individu sur la voie de la santé financière. Augmenter les économies que nous générons pour eux, tout en réduisant les coûts d'acquisition de clients et en augmentant les revenus par membre pour LendingClub.

Nos initiatives de visiteur à membre et de produit à plate-forme décrivent comment nous allons créer des relations durables. Visiteur à membre vise à améliorer l'expérience client afin de continuer à ajouter de la valeur après le premier prêt. Une solution produit à plate-forme est la façon dont nous trouvons des moyens supplémentaires pour les membres d'économiser en exploitant à la fois nos propres efforts et ceux de tierces parties pour fournir des produits et services supplémentaires.

Nous commençons donc dans un très bon endroit. Nous avons plus de 3 millions de membres et notre satisfaction atteint de nouveaux sommets. Il s’agit donc d’une vaste base de clients installés qui aimeraient travailler avec nous. En septembre seulement, près de 0,5 million de membres se sont inscrits auprès de notre centre membre, ce qui représente une augmentation de près de 30% sur une base annuelle.

Lorsque j'ai parlé de visiteur à membre lors de notre appel téléphonique le trimestre dernier, je vous ai dit que nous étions en train de moderniser notre centre des membres pour le rendre plus utile et plus attrayant. Et ce trimestre, nous avons commencé à offrir aux membres sélectionnés une version bêta de la surveillance du crédit. Jusqu'à présent, près des deux tiers des membres auxquels ce service a été offert ont choisi de s'inscrire. C’est un chiffre incroyable pour un produit en version bêta et il a dépassé nos attentes.

Lorsque nous demandons aux clients pourquoi, pourquoi avez-vous choisi de choisir cette option avec nous? Ils nous ont dit que LendingClub peut réellement nous aider à utiliser ces informations. Et ils ont raison. Notre vision est d’utiliser les données de crédit afin de permettre aux membres de reprendre le contrôle de leur santé financière, de suivre les progrès accomplis dans la réalisation de leurs objectifs et de saisir d’autres possibilités d’économiser de l’argent. Qu'il s'agisse d'obtenir un nouveau prêt personnel en un clic, de refinancer leur prêt auto ou à terme, présenter des partenaires de confiance pour faire plus d'économies grâce à d'autres produits et services. C’est ainsi que les visiteurs, membres et produits, plates-formes prennent vie et qu’il s’agit d’une opportunité considérable.

À titre d’exemple, 61% des membres de LendingClub ont contracté un emprunt-auto, avec un solde cumulé de 30 milliards de dollars. Et nous avons un produit avec lequel ils peuvent chacun économiser en moyenne 3 000 $ pendant la durée de leur prêt. Cette option d’épargne fait partie de la raison pour laquelle nous restons enthousiastes face à l’opportunité automatique à long terme. Depuis que nous avons atteint la limite de 3 ans depuis son lancement, la société suit les prêts personnels au même stade de son cycle de vie pour seulement une fraction de l’investissement. Nous avons créé une expérience utilisateur de classe mondiale, par opposition à un processus qui prend traditionnellement des semaines, nous pouvons la refinancer en quelques jours. Et ce trimestre, nous avons franchi une nouvelle étape et livré une approbation dans les deux heures suivant l’inscription.

En plus de cette expérience, nous démontrons également l'efficacité de notre modèle de crédit et nous pouvons maintenant commencer à accélérer le programme. En 2020, nous prévoyons de doubler notre volume de création automatique et environ un tiers de ces créations proviennent de membres LendingClub existants.

Notre analyse continue montre clairement que la création d’une charte de la banque nationale permettrait d’améliorer nos efforts d’un produit à l’autre et d’un visiteur à l’autre. Et dans le cadre de notre planification d’allocation de capital plus large, nous évaluons activement les voies à suivre pour atteindre cet objectif. Notre vision est de construire sur notre modèle de marché et de le soutenir avec une banque de marché qui, selon nous, va se développer de manière stratégique et financière pour plusieurs raisons. Premièrement, nous pourrons attirer plus de membres, mieux les mobiliser et les servir, et générer davantage de données pour éclairer nos actions. Deuxièmement, cela augmentera notre résistance en fournissant une source de financement stable et bon marché, tout en clarifiant la réglementation grâce à une relation directe avec un organisme de réglementation principal. Troisièmement, une charte de banque diversifiera et augmentera nos revenus en récupérant revenus importants actuellement dépensés par les banques, ce qui réduit notre utilisation de lignes d’entrepôt coûteuses et génère un revenu net d’intérêts supplémentaire et récurrent.

En bref, en augmentant l'efficacité de notre capital, nous pouvons générer des revenus plus élevés, des marges plus élevées et un rendement des fonds propres plus élevé.

Nous vous avons dit que nous prévoyons quitter 2021 avec une marge d'EBITDA ajusté de 25%. Après 2021, nous pensons que l’ajout d’une charte bancaire apportera une contribution importante à la prochaine amélioration de 5 points des marges du BAIIA ajusté.

Permettez-moi de terminer en parlant des perspectives de crédit. Les consommateurs continuent de bien paraître, leurs dépenses sont élevées et leur taux de chômage toujours bas. Cela dit, les investisseurs nous demandent souvent comment LendingClub va gérer le ralentissement de l’économie. En règle générale, nous sommes donc convaincus que le rendement pour les investisseurs du portefeuille restera relativement attrayant, en raison uniquement du rendement élevé et de la courte durée de cet actif. De plus, notre propre analyse, ainsi que des recherches effectuées par d'autres sociétés telles que TransUnion, indiquent également que les prêts personnels occupent une place relativement élevée dans la hiérarchie des paiements aux consommateurs, ce qui contribuera à la performance relative. Cela dit, les années viticoles passées à la veille d'un cycle produiront des performances plus faibles, ce qui souligne l'importance pour les investisseurs de disposer d'un programme d'investissement et de réinvestissement pour égaliser leurs rendements au fil du temps.

Nous pensons que certains investisseurs rechercheront des rendements au cours du cycle et que nous pouvons générer un actif qui continuera de les intéresser. Ils savent que nous n'hésiterons pas à introduire des coupes de crédit et à augmenter les prix lorsque cela sera nécessaire, car nous pensons que notre pouvoir de marché augmentera effectivement, car la demande de crédit des consommateurs augmentera probablement au cours du cycle, alors que l'offre de crédit est limitée. devient.

Il convient d'ajouter que, ces dernières années, nous avons œuvré pour accroître notre propre volonté de travailler dans un environnement potentiellement plus difficile. Premièrement, nous avons réduit nos coûts unitaires et le pourcentage de nos coûts fixes. À partir d’aujourd’hui, environ la moitié de notre base de coûts est variable et peut être ajustée rapidement si les circonstances le nécessitent. Deuxièmement, nous avons augmenté nos liquidités, en plus de notre solide situation de trésorerie et de nos entrepôts réservés de 700 millions de dollars. Nous avons récemment ajouté un nouvel investisseur avec une large propension au risque qui s'est engagé jusqu'à 900 millions de dollars aux prix convenus pour les 12 prochains mois. Et troisièmement, nous avons encouragé la rentabilité, avec une croissance des bénéfices supérieure à celle des ventes, ce que nous continuerons de faire.

Alors, pris ensemble, les signaux actuels des consommateurs restent solides, nous reconnaissons l’importance de nous préparer à un environnement plus difficile et nous sommes convaincus que les points forts de notre modèle et les mesures que nous prenons nous ont incités à réagir. profiter d'une variété de conditions économiques.

En conclusion, nous avons obtenu de très bons résultats au cours des neuf premiers mois de 2019. Nous allons de toute urgence simplifier notre activité et augmenter nos marges. Et nous faisons preuve de discipline contre les initiatives des deux côtés de notre plate-forme, en atteignant nos objectifs à court terme et en bâtissant notre vision à long terme. Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre nos objectifs de bénéfice et avons de nouveau augmenté notre EBITDA et notre bénéfice net ajusté. En mettant en œuvre notre stratégie au cours des 3 dernières années, nous avons rendu LendingClub de la reprise à la croissance et nous le retrouvons désormais rentable. Et nous transformons ainsi l'ADN de la société, nos opportunités de marché adressables et notre capacité à générer des liquidités.

Donc, avec ça, Tom, à vous de choisir.

————————————————– ——————————

Thomas W. Casey, LendingClub Corporation – Directeur financier (4)

————————————————– ——————————

Merci Scott. Nous avons atteint notre objectif d’ajustement positif au troisième trimestre. C'est une étape importante qui démontre que notre stratégie fonctionne et que nous sommes bien préparés pour la prochaine phase de croissance.

Permettez-moi de commencer par examiner les résultats du troisième trimestre, puis de mettre à jour les conséquences en termes de coûts et d’aboutir à nos prévisions pour le quatrième trimestre et l’année complète. En commençant par les ventes au troisième trimestre, nous en avons eu une autre au troisième trimestre, avec des ventes en hausse de 11% pour atteindre 205 millions de dollars. Du côté emprunteur de la plate-forme, les coûts de transaction ont augmenté de 17% pour atteindre 161 millions de dollars, grâce à une augmentation de 16% des originaux et à une augmentation de 4 points de base des coûts de transaction en raison des avantages des modifications de prix apportées au quatrième trimestre de 2018. ont été partiellement compensés par des modifications constantes de la composition.

Les souscriptions nettes des investisseurs ont diminué de 5,7 M $ pour s'établir à 39,7 M $, en raison de la croissance des honoraires des investisseurs et des gains sur les ventes de prêts, contrebalancée par des ajustements plus importants de la juste valeur nette lors de l’utilisation du bilan pour équilibrer la plateforme. Les ajustements de juste valeur se sont améliorés d'un trimestre à l'autre, tant en dollars qu'en pourcentage des créations. Frais d’investisseur, frais et gain sur vente, liés à nos activités de règlement d’emprunts, le revenu combiné a augmenté de 21% à 48,6 millions de dollars, reflétant la croissance de notre portefeuille de prêts et celle des ventes. prêts. Le revenu restant était de 4 millions de dollars. Cette augmentation est principalement due aux revenus de location tirés de la sous-location de nos installations à San Francisco et à la référence de produit à plateforme via notre partenariat avec Opportunity Fund et Funding Circle sur les prêts aux petites entreprises.

Avant d’entrer dans les détails de la technologie et des frais généraux, je tiens à souligner l’efficacité que nous générons dans nos coûts variables. Il s’agit d’un domaine important dans la mesure où nous continuons d’améliorer notre efficacité en matière de F & S et de F & S, ce qui a augmenté notre marge de contribution de 370 points de base par rapport à l’année précédente. Les coûts de commercialisation et de vente se sont chiffrés à 74,3 millions de dollars, en hausse de 3,5% sur une base annuelle, avec une croissance à l'origine de 16%. Avec M & S en pourcentage des créations, une baisse de 27 points de base sur une base annuelle à 2,22%. Ceci est particulièrement remarquable au vu du volume et de l’octroi de crédit.

L'amélioration de 11% de l'efficacité du marketing est due en partie à nos efforts en matière de conversion, de création de demande et de renégociation des fournisseurs dans le cadre de notre programme de simplification. Mais nous continuons également à bénéficier d’un mélange amélioré grâce à nos membres récurrents, augmentant à nouveau en pourcentage du volume total d’origine.

Les coûts d’origine et de maintenance ont augmenté de 2% pour atteindre 24,8 millions de dollars. Les coûts de R & D en pourcentage des créations ont diminué de 10 points de base, ou 12%, à 74 points de base.

Pour vous donner une idée, les pourcentages combinés de M & S et de F & S par rapport aux originaux étaient de 3,39% en moyenne en 2017. Avec 2,96% au troisième trimestre 2019, les performances de M & S et de O & S étaient de 13% supérieures à celles d'il y a deux ans. une réduction significative de nos coûts d'acquisition de clients et de service. En conséquence, les dollars de contribution ont atteint un nouveau record de 105,8 millions de dollars, avec des marges de 51,6%, soit une augmentation de 370 points de base sur une base annuelle.

Parlons donc des coûts fixes en ingénierie et G & A.

Les dépenses totales en ingénierie de trésorerie ont diminué de 4% pour s'établir à 32 millions de dollars, les coûts de fonctionnement techniques allant jusqu'à 11% à 25,2 millions de dollars et les charges d'ingénierie en coûts d'investissement de 7,2 millions de dollars, soit une diminution de 35%. Comme nous l’avons indiqué au cours des derniers trimestres, nous optimisons notre infrastructure technologique pour soutenir des initiatives importantes qui stimuleront la différenciation de LendingClub. Alors que nous utilisons davantage de partenaires d’infrastructure et que nous passons au cloud, nous modifions la composition de nos dépenses d’ingénierie de CapEx à OpEx, réduisant ainsi nos coûts d’amortissement et d’amortissement futurs.

Les dépenses en frais généraux et administratifs ont encore augmenté de 7% pour atteindre 40,5 millions de dollars. Le produit de la sous-location de notre propriété à San Francisco est présenté dans les autres produits, tandis que les coûts de location de notre contrat de location Lehi sont inclus dans les frais généraux. Si vous éliminez les conséquences de cette inadéquation, les dépenses en frais généraux et administratifs n’augmentent que de la moitié environ de la croissance de nos revenus.

Grâce au travail acharné que nous avons accompli dans les domaines de la M & S, de l’exploitation et de la gestion, du BAI, le BAIIA ajusté a augmenté de 43% pour atteindre un record de 40 millions de dollars. En d'autres termes, les ventes ont augmenté de 20,3 millions de dollars et le BAIIA de 12 millions de dollars, en raison de 59% des ventes de la ligne du BAIIA ajusté. Cela s'est traduit par des marges d'EBITDA ajustées du troisième trimestre de 19,5%, soit une augmentation de 4,3 points de pourcentage sur une base annuelle, ce qui nous prépare bien pour 2020.

Passons maintenant au bénéfice net GAAP. La rémunération à base d’actions s’élève à 18,1 millions de dollars, soit une baisse de 188 points de base en pourcentage des produits, à 8,8%. À 14 millions de dollars, les amortissements et autres ajustements nets ont été légèrement inférieurs aux prévisions, en partie en raison du transfert des dépenses d’exploitation aux dépenses d’exploitation que je viens de mentionner. Tous nos efforts pour augmenter nos revenus et augmenter notre marge nous ont permis de déclarer un bénéfice net ajusté de 8 millions de dollars au troisième trimestre. Nous nous sommes fixé cet objectif il y a 2 ans et nous sommes ravis de l'atteindre. Ce qui est le plus encourageant, c’est la manière dont nous avons pu réaliser des bénéfices sur nos coûts fixes et variables, ce qui nous positionne bien pour générer des rendements intéressants de notre croissance future.

Déplacez le P & L vers le bas. Les coûts uniques se sont élevés à 8,3 millions de dollars. Cela comprenait 4,1 millions de dollars de coûts d’émission classiques, 3,4 millions de dollars de coûts de simplification, principalement liés aux indemnités de cessation d’emploi, et près de 1 million de dollars d’autres coûts non récurrents. Combinés, ces éléments, nous avons comptabilisé une petite perte nette consolidée conforme aux PCGR d’environ 400 000 $.

Laissez-moi vous donner une mise à jour de notre programme de simplification. Nous continuons à être encouragés par nos progrès ici. Nous avons radicalement changé la nature de notre base de coûts de deux manières importantes. Au troisième trimestre, 19% de notre effectif total faisait partie de nos partenariats BPO, tandis que 48% de nos effectifs étaient basés en dehors de San Francisco. Nos partenariats BPO et nos initiatives de géolocalisation ont augmenté les coûts variables en tant que pourcentage des coûts totaux et ont transformé les coûts unitaires de gestion de l'entreprise, augmentant à la fois l'évolutivité et la résilience.

Les économies résultant de ces initiatives se reflètent dans nos résultats pour 2019 et contribueront à la marge de BAIIA ajusté à mesure qu’elles arriveront en 2020 sur une base annuelle.

Avant de continuer avec les conseils, je veux noter deux choses. Premièrement, nous avons clôturé le trimestre avec des prêts détenus en vue de la vente d’une valeur de 710 millions de dollars, principalement constitués de prêts à fort taux de capital collectés pour notre titrisation au quatrième trimestre. Cette année, notre forte croissance en prêts préférentiels représente environ le double de la croissance de notre volume total de prêts, soit environ 30%. Au cours de la dernière année, nous n’avons inclus dans nos programmes structurés qu’une partie des prêts à taux de prime élevé. Au quatrième trimestre, nous avons le plaisir de mener à bien notre première titrisation à prime élevée.

Notre expérience des deux dernières années a prouvé que l’utilisation de notre programme de structure est un excellent investissement pour atteindre et attirer de nouveaux investisseurs sur la plateforme. Deuxièmement, nous ajusterons prochainement les inscriptions des billets de la SEC pour mieux refléter les activités de notre programme de vente au détail.

Pour rappel, les fichiers que nous soumettons actuellement à la SEC incluent notre programme standard complet. Et une fois cet ajustement effectué, il ne reflétera avec précision que la partie vente au détail de ce volume.

Nous sommes en train d'élaborer nos budgets pour 2020, mais je voudrais terminer par quelques réflexions préliminaires. Premièrement, nous poursuivrons notre évolution consistant à donner la priorité à la croissance des bénéfices par rapport à la croissance des revenus. Deuxièmement, la croissance des bénéfices bénéficiera des économies de coûts fixes et variables de notre programme de simplification calculées sur une base annuelle et contribuera à une nouvelle amélioration de la marge EBITDA ajustée. Troisièmement, notre caractère saisonnier habituel signifiera à nouveau que les revenus et les marges de BAIIA ajusté de la dernière partie de l’exercice seront plus solides que ceux du premier trimestre; et quatrièmement, la réduction des coûts de simplification sera partiellement compensée par les coûts de nos efforts accélérés pour obtenir une charte bancaire. Nous exclurons ces coûts uniques du BAIIA ajusté et du résultat net ajusté, afin que vous ayez une meilleure idée de la performance sous-jacente de la société.

Permettez-moi de terminer avec nos lignes directrices pour le quatrième trimestre, qui figurent à la page 5 de notre tableau de présentation des résultats. Nous supposons un profil de croissance similaire à celui des années précédentes, avec une croissance plus lente au quatrième trimestre avec une croissance des revenus de 5% à 10%, impliquant entre 190 millions $ et 200 millions $. Cela signifie une croissance des revenus de 9% à 11% tout au long de l'année et nous permet de générer des revenus dans une fourchette réduite de 760 millions de dollars à 770 millions de dollars. Nous nous attendons à ce que le BAIIA ajusté au quatrième trimestre se situe entre 34 et 39 millions de dollars, ce qui implique des marges comprises entre 17,9% et 19,5%.

Pour l’année entière, cela signifie que nous élevons le fond de notre série de BAIIA ajusté de 10 millions de dollars supplémentaires, pour atteindre une fourchette allant de 130 à 135 millions de dollars. À mi-parcours de notre ligne directrice pour le quatrième trimestre, nous sommes en voie d'atteindre 17,3% de marges de BAIIA ajusté en 2019, soit une augmentation de 14% en 2018 et de 7,8% en 2017.

Nous prévoyons des charges de rémunération à base d’actions d’environ 19 millions de dollars au quatrième trimestre et des charges d’amortissement et autres ajustements nets d’environ 15 millions de dollars. Nous prévoyons maintenant des charges de rémunération à base d’actions d’environ 76 millions de dollars pour l’ensemble de l’exercice, ainsi que des frais d’amortissement et autres ajustements nets d’environ 59 millions de dollars. Nous prévoyons donc un bénéfice net ajusté au quatrième trimestre compris entre 0 et 5 millions de dollars.

En raison de nos prévisions de BAIIA plus élevées pour l’ensemble de l’année et de nos directives de dépréciation et d’amortissement plus faibles, nous élargissons notre fourchette prévisionnelle de résultat net ajusté pour l’année entière avec une perte de 5 millions de dollars et à peu près au seuil de rentabilité.

En ce qui concerne le bénéfice net GAAP, en plus de certains problèmes liés à l’ancien héritage et aux coûts de simplification, nous engagerons des coûts exceptionnels au quatrième trimestre en ce qui concerne notre initiative de charte bancaire, que nous voudrions exclure de notre BAIIA ajusté et de notre résultat net ajusté. , Comme je l'ai dit auparavant.

Pour le quatrième trimestre, nous nous attendons à ce que le total des ajustements soit inférieur, car la plupart des coûts de notre programme de simplification ont déjà été comptabilisés. Comme vous l'avez entendu dans nos commentaires, nous sommes sur le point d'avoir une bonne année. Notre innovation, notre programme de simplification et nos partenariats transforment LendingClub, augmentent nos opportunités de marché, améliorent notre modèle économique et renforcent notre résilience, ce qui nous positionne tous à court et à long terme.

Scott, revenons à toi.

————————————————– ——————————

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – PDG et administrateur (5)

————————————————– ——————————

Merci Tom. Je vais rester bref. Nous sommes heureux de voir que nos efforts fonctionnent. La société est en voie d'atteindre ses objectifs financiers en 2019 et nous sommes satisfaits des progrès que nous réalisons dans le cadre de notre stratégie à long terme.

Donc, avec cela, je vais faire le tour pour répondre à vos questions.

=========================================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur (1)

————————————————– ——————————

(Instructions pour l'opérateur) Notre première question vient de Brad Berning avec Craig-Hallum.

————————————————– ——————————

Bradley Allen Berning, Groupe Craig-Hallum Capital LLC, Département de la recherche – Analyste principal de recherche (2)

————————————————– ——————————

Félicitations pour le progrès. Ici, je voulais suivre l'approche du type d'adhésion à vie et parler spécifiquement de la voiture. Et je me demandais simplement si vous pouviez parler un peu plus du moment où vous pensez du bilan ou si vous avez suffisamment d'antécédents de crédit du point de vue des acheteurs, juste pour nous aider à comprendre les implications financières de ce sujet. doubler les volumes dessus? Et ensuite la question suivante sur la LCX. En termes de temps réel, comment attirer de nouveaux groupes d’acheteurs par rapport à une réduction, tout comme pour les ajustements nets à la juste valeur, s’agit-il du véritable avantage des états financiers de LendingClub?

————————————————– ——————————

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – PDG et administrateur (3)

————————————————– ——————————

D'accord Je vais commencer, Tom, n'hésitez pas à intervenir. Donc, en voiture, je pense, prenez du recul, je pense, tout le monde peut vous rappeler que la proposition de valeur pour la voiture est que nous ressemblons beaucoup à des prêts personnels. Vous avez un prêt, ce n'est pas très bon et nous pouvons vous faire une meilleure offre. Le potentiel d'économie dans la voiture est en réalité plus élevé. Ce sont des prêts plus importants et, pour les véhicules d'occasion, nous pouvons nous attaquer aux mauvais prix structurels. Nous avons travaillé sur l'expérience pour que cela fonctionne et, pour nous, de mettre en ligne un vrai processus de traitement du papier hors ligne, c'est beaucoup de travail. Nous avons donc mis l’accent sur cet objectif, et c’est pourquoi, comme nous le disons, nous avons un processus de plusieurs semaines à quelques jours.

Nous pensons que, c’est-à-dire que réduire le frottement signifie que le marketing peut commencer plus efficacement. C'était donc une grande chose. La deuxième grande chose est de prouver le modèle de crédit. Il y a moins de coussins de retour en voiture qu'en prêts personnels. Donc – et c'est une nouvelle classe d'actifs pour nous, alors prouvons-le – le modèle prend du temps. Et plus vous montez dans le spectre du crédit, plus le coussin est mince. Nous avons donc travaillé notre expérience, nous avons utilisé notre solde pour faciliter le programme.

Dus nu, in wezen het toevoegen van een flinke belegger, stelt ons in staat om – laat ons in wezen een beperkter gebruik van de balans maken en het programma beginnen te schalen en in te spelen op de ervaringsveranderingen die we hebben gekregen en in staat zijn om te beginnen met cross-selling naar onze bestaande leden en gebruiken het ook als een manier om nieuwe mensen op het platform te krijgen. Het stellen van ieders verwachtingen, zoals ik al zei in de voorbereide opmerkingen, kredietbedrijven nemen de tijd om op te bouwen. Dus we zijn verheugd dat we een beetje vooruit zijn vanuit een volumeperspectief van PL, en we doen het voor een lagere investering, maar het verdubbelen van originaties is positief. Dat is ons echt beginnen te stijgen. Maar in termen van betekenis voor de algemene winst- en verliesrekening, hebben we waarschijnlijk nog een paar jaar voordat het echt zichtbaar wordt in de financiële resultaten, maar we zijn enthousiast. We zien dit als een belangrijke mijlpaal om te beginnen met ramping.

————————————————– ——————————

Thomas W. Casey, LendingClub Corporation – CFO (4)

————————————————– ——————————

Ik ben het eens Scott. We hebben de balans gebruikt om te testen, zoals we in het verleden hebben aangegeven, we gebruikten de balans die we testen. Ik ben erg opgewonden dat we nu eigenlijk leningen verkopen op basis van onze ervaring, wat echt een geweldige mijlpaal is. Dus laat me LCX aanraken, als ik kon. We zijn erg enthousiast over wat LCX aan tafel kan brengen. Wij geloven dat het extra investeerders op het platform zal brengen. Houd er rekening mee dat wat LCX probeert te doen, eigenlijk een veel bredere markt is. Jullie hebben ons horen praten over het bouwen van een activaklasse. Dit stelt beleggers in staat om op het platform te komen en individuele leningen te kiezen a pari, boven pari of onder pari en stelt ons in staat deze op een naadloze manier af te wikkelen, met een zeer efficiënte aanpak met behulp van technologie om dat te doen.

We denken dat er hier een grote kans is als we dit uitbouwen, we verwachten dat meer investeerders in de komende kwartalen op het platform komen, terwijl we die capaciteit blijven uitbouwen en meer en meer van onze leningen daar plaatsen naar dit nieuwe platform.

————————————————– ——————————

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & directeur (5)

————————————————– ——————————

Oké, hetzelfde, qua verwachting hier ingesteld. Dit bouwt in wezen een nieuwe markt op om te kunnen werken. We moeten voldoende beleggersvraag hebben om het aanbod daar te kunnen plaatsen. Dus het opbouwen, die investeerders toevoegen en begrijpen wat werkt, het is iets waar we ons gemakkelijk in voelen. Maar we denken op middellange termijn dat het een behoorlijk belangrijke mogelijkheid is en zal helpen met de liquiditeit van de activaklasse en de aantrekkingskracht van het activum in de loop van de tijd verhoogt.

————————————————– ——————————

Operator (6)

————————————————– ——————————

De volgende vraag is van Jed Kelly met Oppenheimer.

————————————————– ——————————

Jed Kelly, Oppenheimer & Co. Inc., Research Division – Director and Senior Analyst (7)

————————————————– ——————————

Super bien. Het lijkt erop dat je een mooie groei op originaties hebt gehad en versneld. Kun je gewoon praten over wat je doet of over een aantal procedures die je instelt op het gebied van conversie en een beetje rond de verkoop- en marketinghefboom die je aandrijft? And then just on the 4Q guidance, it does look like you took down the revenue a little lower than what we were modeling. So anything we should be aware of there?

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (8)

——————————————————————————–

Oui I will — I'll start. Turn it to you again, Tom. So what you're seeing — I mean, I guess, broad statements, if you think about the market right now, if you picked up in the prepared remarks, but the spread between credit cards and personal loans is at a record high, that's according to Fed data. So the appeal for this asset class and the interest by consumers continues to be quite strong. We, together with others, are being increasingly picky about the loans that we're booking. And what we are focused on right now is that if you take that data point I gave, 53,000 applications, that is just a lot of data that we are able to make use of.

And there's a number of things we're doing, everything from marketing message testing to actual experience testing, really drilling down into what channels are people coming from? What is the use case for these loans? How are they interacting with us to develop custom experiences to drive conversion and manage risk. So you see that in some of the numbers we put out there, the 24-hour approval is just increasingly automating processes and using new data sources to eliminate manual steps and very specifically eliminate friction on the part of the consumer.

So there's a lot going on there. And then when it comes to Q4, I would say, look, overall, we feel quite good. Demand is strong on both sides of the platform. And Q4 is a continuation of what we've been doing all year, which is prioritizing profit growth over revenue growth. And that really comes out to finding the right balance between investor demand and borrower demand. I don't know if you got anything to add, Tom?

——————————————————————————–

Thomas W. Casey, LendingClub Corporation – CFO (9)

——————————————————————————–

No, that's good.

——————————————————————————–

Jed Kelly, Oppenheimer & Co. Inc., Research Division – Director and Senior Analyst (10)

——————————————————————————–

Then on anything on the 4Q guidance?

——————————————————————————–

Thomas W. Casey, LendingClub Corporation – CFO (11)

——————————————————————————–

Well, just as Scott said on the 4Q guidance, I think that we're continuing to focus on profitable growth. We think all year, we've been lower on revenue. Our guide is in line with that, and as we're at the top end of the guide on EBITDA. So I think that's consistent with where we've been all year. I wouldn't overthink it. Typically, the fourth quarter is seasonally lower volumes anyway. We are seeing some transaction fee declines year-over-year. As you remember, we made some changes last year. But with the growth in high prime, those come in slowly — slightly lower transaction fees, so that's also part of it. So when you think of mix being high prime. That comes in at a slightly lower transaction fee. That's also some of it. But that's kind of what's driving it, but very consistent throughout the year.

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (12)

——————————————————————————–

Yes, a key data point, well, the total book this quarter as an example, grew loan originations, 16% A and B, volume grew 30% year-on-year. So that's a pretty material mix shift that's continued.

——————————————————————————–

Operator (13)

——————————————————————————–

The Next question is from Henry Coffey with Wedbush.

——————————————————————————–

Henry Joseph Coffey, Wedbush Securities Inc., Research Division – MD of Equities Research (14)

——————————————————————————–

Before I get into the details, great quarter. It's been years of work on your part. So congratulations. In terms of — most of what my questions are always focused on the funding side of the business because I know you'll take care of the marketing and the operating side. Back in September, there was some news about you changing your retail buying in 9 different states. Seems to have had a very small impact on the overall funding equation, but I've been getting a lot of questions about it as of late.

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (15)

——————————————————————————–

D'accord I'll take that one. So I guess, big picture, I think you know as well as anyone. We operate in a fairly complex regulatory environment activities on both sides of our platform. We have multiple activities on both the borrower and the investor side that are regulated, both at the state level as well as in a variety of places in the federal level. We — as part of our overall preparation for the bank charter, we did an updated view of our licensing requirements. We identified some that we have that we don't need and some that we believe we need that we don't have, and that's what you're seeing. It was 5 states not 9. And you're correct, the overall impact of funding really not material — disappointing customer experience for the investors in those 5 states. So we're working very quickly to get that resolved.

——————————————————————————–

Henry Joseph Coffey, Wedbush Securities Inc., Research Division – MD of Equities Research (16)

——————————————————————————–

And the idea being that when you get your — the licenses that you're comfortable with, you'll go back to the process of letting them buy loans?

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (17)

——————————————————————————–

Absoluut.

——————————————————————————–

Henry Joseph Coffey, Wedbush Securities Inc., Research Division – MD of Equities Research (18)

——————————————————————————–

And what was it? Just — is it the difference between state and federal regulations on the security side of the business?

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (19)

——————————————————————————–

Yes, that's exactly right.

——————————————————————————–

Henry Joseph Coffey, Wedbush Securities Inc., Research Division – MD of Equities Research (20)

——————————————————————————–

We're all somewhat familiar with that. And then I also — and I know, Tom, I think you addressed most of this, but the buildup in inventory in the third quarter is all prep for your securitization in the fourth? Is that the thought process there?

——————————————————————————–

Thomas W. Casey, LendingClub Corporation – CFO (21)

——————————————————————————–

Oui So what we were trying to do is change the cadence on our securitizations. We typically were doing them in the third month of each quarter because they require a level of seasoning. With us bringing our securitization target to be in November, there are more loans held at the end of the quarter. So that was why I wanted to call it on the quarter — the preceding quarter. So it's — what you see is the (9 30) increase in the balance sheet in anticipation of the securitization in November.

——————————————————————————–

Henry Joseph Coffey, Wedbush Securities Inc., Research Division – MD of Equities Research (22)

——————————————————————————–

Are we going to see more of this sort of cadence as you get a more sophisticated balance sheet? And I'm just going to get off. I'll listen in on — to your answer.

——————————————————————————–

Thomas W. Casey, LendingClub Corporation – CFO (23)

——————————————————————————–

We have done about — we continue to do around 10% to 15% of our volume in securitization. As we mentioned, this is something that we've been doing for a couple of years now. It is important for us to continue to reach out to new investors, so we do see it as an investment to reach new investors that are learning about the product. We've demonstrated that over the last couple of years in our high risk prime area. And so we're encouraged with our current focus on high prime. But we think it's important to have that at another good 10%, 15% type of range of total volumes.

——————————————————————————–

Operator (24)

——————————————————————————–

The next question is from Eric Wasserstrom with UBS.

——————————————————————————–

Eric Edmund Wasserstrom, UBS Investment Bank, Research Division – MD & Consumer Finance Analyst (25)

——————————————————————————–

Scott, maybe you've been, I think, now very explicit about the benefits of a bank charter and your intent to pursue one. So can you maybe give us the next couple of milestones, I guess, really 2 questions related to that. The first is, are there other elements of preparing yourself internally that you're pursuing prior to the actual filing of an application? And then the related question is, what, as you move through this process, are the next couple of milestones that we should pay attention to?

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (26)

——————————————————————————–

Yes, Eric. So an important thing to think about, and certainly, as part of the equation we had in our evaluation is that a lot of the internal preparations, in our case, are already in place. So if you think about the nature of who's buying loans from us and the kinds of activities? Banks. Who is providing capital to our other loan investors? Banks. And the activity that we're engaged in? Banking. We've got a lot of the infrastructure in place already. Three lines of defense, the right policies and procedures.

So there is a little more to do for us, but it's kind of on the margin. So we have brought on some advisers to help us do that GAAP assessment and get the remaining pieces in place, but it's not overall substantial. The other piece for us is going to be developing the overall business plan because that's an important piece of the picture is what will be the structure of the bank, how will it be capitalized, so that's what we'll be working on next.

——————————————————————————–

Operator (27)

——————————————————————————–

The next question is from Heath Terry with Goldman Sachs.

——————————————————————————–

Heath Patrick Terry, Goldman Sachs Group Inc., Research Division – MD (28)

——————————————————————————–

Est bon Just wanted to get a bit of an update on the customer acquisition side of things, particularly as you look at the relationship between loan growth and sales and marketing. This has been sort of another quarter where you've been able to get a degree of leverage, at least against net revenue and origination. How much further do you think you can push that? And is there a point that you're going to want to get to where you begin to reinvest and accelerating growth on that side of things? And then to the extent that we've — you've talked a good bit in the past about the relationship between transaction fees as a percentage of revenue and the mix shift there. This is another quarter where that percentage has come down. I know you've suggested that in the past that, that's more or less going to be flat. But as A and B growth keeps coming down, I'm just wondering if that's something that we should continue to model?

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (29)

——————————————————————————–

Super bien. So I'll start on the acquisition cost. Very pleased with the progress we've made to date, as Tom kind of covered. We're seeing it in both places, which is the marketing cost as well as in our O&S. So all of those costs we're gaining efficiency. And it's really a combination of things, it's our testing, our channel development, our conversion efforts, the use of our data for targeting and new targeting models, really leveraging the data as well as the scale. Also in our vendor contracts, it is building out our returning member experience to drive a better conversion and cost there.

So we've done a lot. In terms of where we're going, I'd say we feel good about the level we're at. And in terms of watching that, it would be, as we build out our lifetime value over time and really start to fill in what is right now kind of the vision we're moving towards. And as we start to add these other proof points, and we're able to drive lifetime value up for the customers, then I think we'll be in a position to evaluate what the right level is for that spend based on the value we're getting back. I don't know, Tom, do you want to take that field, anything to add there?

——————————————————————————–

Thomas W. Casey, LendingClub Corporation – CFO (30)

——————————————————————————–

I think the — this is a classic example of how our scale is differentiating us. The fact that we can take our change in mix where we are right now in the cycle, take the transaction fees down a little bit are more than offset by the efficiencies we're gathering. And the things Scott just talked about, moving to low-cost locations, getting the full annualized benefit of that next year, all the targeting we're doing. So continue to see that importance of our scale now with the G&A not growing as fast as it was in the past and improving our contribution margins are really, really important. That's why we took up the contribution margin to that 50% to 55%. That's offsetting. In fact, we actually grew contribution margin despite the transaction fee. So while it was putting a little bit of pressure on the revenue, we're seeing nice improvement in the contribution margin line.

——————————————————————————–

Operator (31)

——————————————————————————–

The next question is from Rob Wildhack with Autonomous Research.

——————————————————————————–

Robert Henry Wildhack, Autonomous Research LLP – Analyst of Payments and Financial Technology (32)

——————————————————————————–

I wanted to ask for an update on the competitive landscape. I think some of the other bigger players have maybe deemphasized growth, and Scott, you highlighted some market share gains. So just wondering the extent to which those would be related and wanted to hear your updated thoughts on what's out there in the market?

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (33)

——————————————————————————–

Oui I guess I'd distinguish 2 things, which I think are important. One is marketing activity, which remains at an extremely high level despite, I think, the individual commentary of some players. So if you just look at the kind of available third-party data, things like overall mail volume and those kind of pieces, you're going to see that with some shifting between players, the overall category, competitive intensity remains quite high. However, we've been talking in the past about some pressure on credit, driven by what we saw as supply side pressure. So I think across the board, you're seeing a number of people LendingClub included kind of prudently pulling in and tightening a little bit on the credit they're offering.

So I'd say the dynamic is lots of people marketing, approving less people. And there is some — you are seeing the benefits of scale here, at least what we can see in the data, the smaller players are having a more difficult time in this environment because if you don't have the data to differentiate your offerings and optimize your offerings, it's harder to get the pull-through like you're seeing at LendingClub.

——————————————————————————–

Operator (34)

——————————————————————————–

The next question is from James Faucette with Morgan Stanley.

——————————————————————————–

Steven Matthew Wald, Morgan Stanley, Research Division – Equity Analyst (35)

——————————————————————————–

It's Steven Wald on for James. Maybe just one quick one. As I look at the 4Q guidance, and I look at some of the initiatives you're doing, I guess we would have thought that initiatives like the Select Plus, where you're sort of be able to open the credit box, find more loans for what you already have coming through the pipeline, would add to that what I think you guys referred to as profitable growth. Is it just too early to see that coming through in the fourth quarter? Should we expect that maybe over the next year? Could you maybe just update us on what you're thinking there in terms of the growth boost from those initiatives?

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (36)

——————————————————————————–

Oui Thanks, James. That's — you got it exactly right. So a reminder for everybody, what Select Plus is, it's essentially an opportunity for us to host alternative models to our own and turn what is currently a no into a yes, for people who either have specific populations they specialize in or just a different view on the data. It is a profit play, not a volume play, meaning we — and although different market conditions, I think the size of this could vary based on what's happening. In general, I'd say it's more of a profit play than a volume play. And we are excited about it, but it is early. At this point, we have our first investor live. We worked out with any new program, we worked out some integration issues, but that's now up to the scale that we had looked for when we got this thing live, and we'll be adding our second investor as we exit the year.

And keep in mind, similar to the conversation we had on auto, right? These are people who are introducing new models into a data set. So they are going to start out the same way we started out in auto, which is let's book a few loans, see how they do, that'll give us the comfort to ramp up our exposure. So even the investors that we will be pulling in, they are not — they're not wide open. I mean, we're not exposing them to the full suite of our decline population. We're essentially testing our way in, and they are testing their way in on this. So we do think it will be valuable over time. We're on track with getting one live and a second one coming, but it'll be something that builds throughout the course of over the next 18 months.

——————————————————————————–

Steven Matthew Wald, Morgan Stanley, Research Division – Equity Analyst (37)

——————————————————————————–

Compris. C'est utile. And then just maybe one quick follow-up on the — I think you guys mentioned, stripping out some of the costs and you walked through some of those in terms of what you've taken on to explore the marketplace bank model. Could you just parse out, I assume you'll probably strip out the onetime costs related to exploring it. But just in terms of anything you bring on more permanently, that would be included in the run rate for adjusted EBITDA, right? I mean, that's how you get it adjusted out.

——————————————————————————–

Thomas W. Casey, LendingClub Corporation – CFO (38)

——————————————————————————–

Yes, absolutely. In my comments, I was referring to the consulting and advisory costs, as Scott just mentioned, these are just onetime costs. Keep in mind, we already have a lot of our infrastructure costs already in our numbers, the fastest-growing areas in our G&A line are credit and compliance. So we already have a lot of those on our run rate and don't expect significant increases on those in the fourth quarter.

——————————————————————————–

Operator (39)

——————————————————————————–

The next question is from Giuliano Bologna with BTIG.

——————————————————————————–

Giuliano Bologna, BTIG, LLC, Research Division – Director & Financials Analyst (40)

——————————————————————————–

Congratulations on a great quarter. I guess, kind of jumping back to the auto topic. Obviously, I heard your comments about how — there's this large opportunity, especially with even within your current base. But I'd be curious if you have any plans of thinking about kind of secured loan offering? And if there are opportunities to go further downstream in the credit spectrum with that or to offer more debt consolidated opportunities to existing clients who might be applying for a personal loan now because if you look at the data on your site, it looks like you could extend larger loans to lower credit cohorts with lower APRs. So just curious about the opportunities you might have there?

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (41)

——————————————————————————–

I would say your assessment of the opportunity is accurate, and that was part of the driver for us of this as the next adjacent category. We looked at the — where do our customers hold balances, where can we provide value and where is there real strategic synergy. You don't need to look too far outside of LendingClub to see that some of the other larger unsecured players have a very significant portion of their business in secured personal loans, secured through the auto title. So the capabilities that we're building are directly applicable there.

Again, getting the friction out of the system so that you can take a branch-based paperwork intensive experience online is one of the key requirements, but we do see that as a real growth vector, which is essentially taking our current personal loan applications, turning some nos into yeses, turning some higher rates into potentially lower rates, and turning some capped extensions into larger loans. We think all of that is on our medium-term road map.

——————————————————————————–

Giuliano Bologna, BTIG, LLC, Research Division – Director & Financials Analyst (42)

——————————————————————————–

That sounds good. And then thinking about what you're describing on the membership side and offering some credit monitoring solutions. Obviously rental monetization and being able to monetize the same clients over and over, it would be extremely helpful to the platform and margins over time. You have a couple of loan products right now, would you think about partnering for other loan products that might be useful to those clients and are there revenue opportunities there, assuming you would partner versus building in the near term?

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (43)

——————————————————————————–

Yes, that's exactly what this — when we talk about product-to-platform, that's exactly what we mean with that strategy, which is — so if you think about for a decent percentage of our customers today, we have the ability to see their transactions and their cash flow. We're now going to have the ability to see there, again, both of these with the customer's permission, their ability to monitor their credit. So our ability to provide an engaging experience for consumers and identify opportunities to add value. We can see what's happening in your financial life is really powerful.

And so there'll be some things we build and offer ourselves. So for a personal loan, we've talked about the fact this is not a one-and-done product. People do come back, they come in and out of the need, and that's kind of getting us to this place. So can we get to a one-click loan for returning members, and we're making — we've been investing in the data infrastructure and the user models and all those pieces to move us down that path. Then you have auto. And then absolutely, we're — there are categories of credit that we don't offer that for the right partner who would integrate with us and essentially be able to accept the credentials that we pass.

That's part of the value of membership, right, that we're able to say, hey, we see you have a mortgage, rates have come down, here you go. Can you be preapproved for an offer to save integrated into your LendingClub experience? So that is, again, setting everybody's expectations, this will be something we build to over time, but that's absolutely where we're going.

And that will help, obviously, with lifetime value of the members, which will feed our acquisition engine and drive profit.

——————————————————————————–

Operator (44)

——————————————————————————–

Hiermee is onze vraag-en-antwoord-sessie afgesloten. I would like to turn the conference back over to Scott Sanborn for any closing remarks.

——————————————————————————–

Scott C. Sanborn, LendingClub Corporation – CEO & Director (45)

——————————————————————————–

All right, that's it. Thanks, everybody, for joining us today. Obviously, anyone with additional questions, please reach out to Simon, and we look forward to connecting with everybody in February.

——————————————————————————–

Operator (46)

——————————————————————————–

The conference has now concluded. Thank you for attending today's presentation. You may now disconnect.